Homélie du vendredi 19 janvier 2018
publié le 15/02/2018 dans Non classé

Mystère de la vocation ! « Jésus appelle ceux qu’il voulait ». Mais auparavant, il a pris le temps de prier son Père. Oui, nous sommes tous connus dans la Trinité, car le Fils a parlé de nous à son Père. « On le choisit ; c’est vrai il a ses limites, ses pauvretés, mais nous le choisissons tel qu’il est ! »

Ce dialogue n’est pas réservé au choix des prêtres ! Tous, nous sommes le fruit de ce dialogue, car tous, nous sommes appelés à la sainteté.

« Jésus en institua douze ». Le verbe est fort : La vocation apostolique est constitutive de leur être. Le prêtre, l’est 24h sur 24, même pendant ses vacances ! Et il est institué pour être avec le Christ. C’est dire que sa première mission est spirituelle. L’apôtre est d’abord un être de prière. S’il veut laisser transparaître le visage du Seigneur dans sa pastorale, le prêtre doit vivre dans l’intimité du Christ. Loin de l’agitation du monde, des sollicitations multiples, ces rencontres gratuites avec son Seigneur le fortifient. Primat de la contemplation, pour que l’action soit celle de Dieu et non de l’Apôtre.

Être avec le Christ « pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle avec le pouvoir d’expulser les démons ». Le Christ précise bien la mission qu’il confie à ses disciples : l’annonce de l’Évangile et l’expulsion des démons ; ils poursuivent la mission du Christ. En effet le Christ est venu pour donner un enseignement nouveau qui n’enlève pas un iota de la loi, mais qui propose une nouvelle interprétation, moins étriquée que celle des scribes et des pharisiens. Cet enseignement nouveau est source de liberté parce qu’il conduit au bonheur. Le Christ vient ensuite libérer notre liberté en nous délivrant de nos esclavages ; ce sont les démons qui nous enchaînent, mais le Christ est victorieux du mal. Nous n’avons pas à avoir peur du grappin ; si nous nous appuyons sur la grâce qui habite en nos cœurs, aucune prise pour le diable.

Enfin, certains disciples changent de nom pour montrer la radicalité de leur vie. La vie apostolique transforme de l’intérieur celui qui se met à la suite du Christ. L’apôtre est proche du Christ et en même temps, il est proche des brebis qui lui sont confiées, pour leur montrer la miséricorde et la tendresse divines : « du ciel qu’il m’envoie le Salut, qu’il envoie son amour et sa vérité, » avons-nous chanté dans le psaume. Nous avons besoin de ce salut car nous ne transmettons que ce que nous avons reçu.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame