Homélie du vendredi 11 mai 2018
publié le 24/05/2018 dans Non classé

Hier, nous fêtions l’Ascension du Seigneur. Désormais assis à la droite du Père, le Christ ne nous abandonne pas. La présence de l’Esprit Saint est une force pour notre vie spirituelle. Certes, nous ne voyons plus le Christ, en attendant notre propre pâque où nous le reverrons et où il nous conduira à son Père, plénitude de la contemplation puisque nous verrons Dieu selon sa paternité et sa vision sera source de bonheur éternel puisque nous lui serons semblables.

Aujourd’hui nous sommes au cœur de ce monde et il nous faut vivre de notre foi. On aimerait bien le voir ; on aimerait bien son réconfort et sa force face à l’adversité. Mais cependant le Seigneur nous accompagne.

La petite Thérèse, au cœur de sa souffrance, disait qu’elle poserait plein de questions au Seigneur en arrivant dans le Royaume ; puis elle se ressaisit en disant qu’elle sera tellement heureuse d’être avec Lui, qu’elle n’aura plus de question, tout simplement parce qu’elle aura toutes les réponses !

Il est vrai que parfois l’absence du Seigneur se fait sentir, au cœur de nos croix, face à ce monde déboussolé, parfois dans notre prière où l’on trouve que le Seigneur est peu bavard ! Nous ne regardons pas plus loin que nos problèmes et nous y sommes englués… et le Seigneur est pourtant là avec sa main tendue. C’est pourquoi il nous faut rechercher sa présence qui est de l’ordre de la foi.

Cette présence est dans nos cœurs ; nous en faisons l’expérience par la prière silencieuse. Je reçois de nombreux témoignages de fidèles de KTO qui prient avec nous ; souvent seuls, éloignés de tout, ils me disent la joie de cette présence. Oh, cela n’enlève pas la souffrance de la solitude affective, mais l’espérance de la vision du Seigneur aide à avancer. La mort ne détruit pas l’amitié et l’amour ; même si nos êtres chers ne sont plus physiquement avec nous, ils sont en communion avec nous et nous pouvons par la prière, enrichir ces amitiés. N’oubliez pas vos êtres chers, car eux ne vous oublient pas ! C’est là la grandeur de notre foi, celle que je vous partage parce qu’elle me rend heureux !

« Tous les peuples, battez des mains

Acclamez Dieu par vos cris de joie. »

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame