Homélie du vendredi 11 aout
publié le 15/02/2018 dans Non classé

Tout comme Moïse, nous avons à rendre grâce pour toutes les merveilles que Dieu a faites et continue de faire pour chacun d’entre nous.

Tout d’abord, il nous a créés à son image et à sa ressemblance ; c’est dire que nous participons de sa bonté, de son amour et de sa liberté. Nous sommes appelés à lui ressembler de plus en plus ; c’est dire que progressivement nous sommes divinisés.

Ensuite, Dieu nous parle en utilisant des mots humains. Quelle proximité ! Et s’il nous parle, c’est pour que nous lui répondions. Sa parole est une lumière qui éclaire notre route pour nous conduire au bonheur.

Dieu nous a fait quitter le pays d’esclavage ; le passage de la Mer Rouge annonçait la grâce baptismale. Nous sommes ainsi devenus des êtres libres ; nous ne sommes plus esclaves du péché et de la mort grâce aux sacrements. Avec le peuple élu, nous possédons la terre promise. Malgré les infidélités d’Israël, Dieu n’a rien retiré de ses promesses. Le Christ nous a confiés sa vigne et attend que ses frères rejoignent un jour la Jérusalem nouvelle. Israël et l’Église avancent comme deux parallèles qui, un jour, se rencontreront.

Nous avons enfin reçu l’héritage promis et cet héritage, c’est notre divinisation ; la mort est vaincue, c’est la victoire de la vie.

Mais le Seigneur nous demande en retour la foi : « c’est le Seigneur qui est Dieu… il n’y en a pas d’autre » ; il nous faut vivre ses commandements en étant fidèles à sa Parole.

Et le Christ dans l’Évangile que nous venons d’entendre nous exhorte à marcher à sa suite, en renonçant à notre moi si envahissant pour nous laisser habiter par lui. « Ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi » dit saint Paul.

Porter sa croix non pas pour faire de nous des crucifiés, mais des enfants bien-aimés du Père, appelés à se donner sans compter. Tant qu’on n’a pas tout donné, on n’a rien donné ! Heureusement, nous avons toute notre vie pour y arriver.

La Croix est le signe de l’amour. Jésus est monté en croix par charité.

Sainte Claire, “ la petite plante de saint François,” comme elle aimait à se présenter, et que nous fêtons aujourd’hui, nous le rappelle à sa façon. Elle a vécu la pauvreté pour se désencombrer et se donner totalement à son Seigneur.

« Quel avantage, en effet, un homme aurait-il à gagner le monde entier si c’est au prix de sa vie ? »

Alors faisons mémoire de tout ce que le Seigneur fait pour nous comme le psalmiste : « Je me souviens des exploits du Seigneur, je rappelle ta merveille de jadis… sur tes exploits, je médite. »

Action de grâce, rendre gloire, n’être que louange… voilà notre vocation ! Nous avons été créés pour cela ! Dieu, certes, n’a pas besoin de notre louange, mais il veut nous redire ce soir, que cette prière comble nos cœurs et nous fait entrer dans l’intériorité divine. Tel est le bonheur qu’il nous offre chaque jour.

 

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame