Homélie du dimanche 24 décembre 2017
publié le 15/02/2018 dans Non classé

« Révélation d’un mystère gardé depuis toujours dans le silence ». Saint Paul dans sa lettre aux Romains veut nous plonger à la veille de Noël dans ce climat de contempl0ation. Quel est ce mystère ? Le dessein d‘amour du Père pour chacun d’entre nous. On s’attendait à une révélation extraordinaire et cependant elle commence dans le silence.

Silence dans cette maison de Nazareth où une jeune fille médite la Parole de Dieu ; c’est dans ce silence que surgit l’envoyé de Dieu, l’ange Gabriel, pour annoncer à Marie le mystère de l’Incarnation. C’est alors ce dialogue tout intérieur qui ne rompt pas le recueillement de la Vierge ; les mains sur son cœur, elle exprime son désir de ne faire que la volonté de Dieu et même si elle ne comprend pas tout le mystère, elle s’offre au Père pour la réalisation de son dessein d’Amour, car rien n’est impossible à Dieu.

Ce climat de silence, nous le retrouvons aussi auprès de « Joseph, son époux, qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret ». Heureusement, Joseph, modèle de l‘obéissance de la foi, accueille avec amour celle qui porte la Parole.

Climat de silence après le Magnificat ! Marie reste avec sa cousine Élisabeth trois mois pour l’aider. Présence priante, rencontre entre Jésus et Jean-Baptiste, à travers les deux cousines ! Il faut du recueillement pour être à l’écoute de l’enfant à naître. Marie apprend déjà à son futur nouveau-né la prière des psaumes : « l’amour du Seigneur, sans fin je le chante. »

Climat de silence à Bethléem qui refuse de recevoir Marie et Joseph car il n’y a plus de place ! C’est alors la crèche, isolée dans le champ des bergers, qui accueille le Verbe fait chair ! Le silence mystérieux devient Parole, plénitude de Dieu révélation du Père, « mystère porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi. »

 

Ainsi la meilleure façon de nous préparer à célébrer Noël, c’est de s’arrêter dans les préparatifs et s’asseoir dans le silence et le recueillement pour entrer dans ce mystère.

Il est vrai qu’il faut aussi préparer cette fête pour nos invités, nos familles, nos enfants, mais n’oublions pas l’essentiel : un moment de contemplation de votre crèche, moment d’émerveillement et d’action de grâce pour ce si grand mystère.

« Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours » vient de nous rappeler le Seigneur à travers le prophète Nathan.

Ce petit Enfant, le Fils du Père Éternel est le Roi de gloire, le roi de l’univers. Comment ne pas être désarmés devant ce petit Enfant qui vient sauver les hommes, précisément par sa tendresse et le don de sa vie.

Oui, frères et sœurs, nous entrons dans le mystère.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame