Homélie du dimanche 20 mai 2018
publié le 24/05/2018 dans Non classé

Après la Résurrection et l’Ascension, voici cette fête de la Pentecôte qui réalise les promesses du Christ. L’Esprit Saint nous est donné pour nous conduire à la Vérité qui est la plénitude du mystère de Dieu, la Trinité Sainte que nous fêterons dimanche prochain.

Nous contemplons la communion entre le Fils et l’Esprit qui « recevra ce qui vient de lui pour nous le faire connaître. »

Certes, l’Esprit procède du Père, mais il y a cette circulation d’amour entre les trois Personnes ; Nous confessons ainsi avec nos frères chrétiens : l’Esprit procède du Père par le Fils, même si dans notre Credo nous confessons que l’Esprit procède du Père et du Fils.

C’est dire l’importance de l’Esprit Saint dans notre vie spirituelle. Saint Paul, dans sa lettre aux Galates, nous parle de la vie dans l’Esprit.

Tous, nous connaissons cette tension entre la chair et l’Esprit. Le péché nous attire vers le bas et non vers le haut. L’Apôtre nous donne une liste de péchés ; une façon de faire son examen de conscience. Mais en cette fête, soyons positifs et regardons les fruits de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. Il est sûr que ces fruits de l’Esprit vont avec les dons de l’Esprit : la sagesse, l’intelligence, la science, la force, le conseil, la piété et la crainte qui n’est pas la peur de Dieu, mais le sens de sa grandeur.

Les dons et les fruits de l’Esprit déploient les vertus cardinales et théologales. C’est dire qu’il ne faut pas trop attendre pour recevoir la confirmation ; l’idéal est le moment du passage entre l’enfance et l’adolescence. Il n’empêche que ce fut une joie de voir hier soir dans cette cathédrale, les 400 adultes recevoir ce si beau sacrement.

Naturellement la grâce n’est pas magique ! Aide-toi et le ciel t’aidera !

Je mettrai la grâce en premier : la grâce t’est donnée et ouvre ton cœur pour l’accueillir ; sois docile à l’Esprit et transforme ta vie.

Saint Paul nous rappelle que « ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses convoitises ». Les Pères du désert cherchaient à tuer les passions et leurs convoitises. Là, il nous faut discerner, car il y a des passions qui nous font progresser dans la Sainteté.

 

Crucifié la chair nous invite à renoncer à nous-mêmes pour mieux vivre avec le Christ.

Cette fête de la Pentecôte est aussi celle de l’Église. Elle a besoin, comme chacun d’entre nous, d’être renouvelée en profondeur pour rester fidèle à sa mission d’évangélisation.

Le Pape François a été élu pour une réforme de l’Église, mais il sait bien que la seule vraie réforme est celle de la sainteté.

Alors reprenons à notre compte la séquence de la Pentecôte :

« Lave ce qui est souillé,

Baigne ce qui est aride,

Guéris ce qui est blessé,

Assouplis ce qui est raide,

Réchauffe ce qui est froid

Rends droit ce qui est faussé. »

L’Esprit a du travail… mais nous aussi ! Si tous les fidèles vivaient cela, je peux vous assurer que notre Église serait transfigurée.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame