Homélie du 23 février 2018
publié le 09/04/2018 dans Non classé

Sommes-nous du côté des méchants ou des justes ? Nous faisons partie des justes, mais des justes pécheurs. Et ce temps de carême nous exhorte à la conversion. C’est ce que le Seigneur attend, même si cette conversion n’est pas spectaculaire. Elle efface notre histoire de péchés, car notre Dieu est riche en miséricorde. J’entends souvent des fidèles me dire : « Dieu, lorsqu’il m’accueillera, se rappellera de tous mes péchés ! » Je lui réponds que s’il est accueilli par le Seigneur, c’est déjà bien ; ensuite, le pardon de Dieu n’est pas un pardon au rabais ! À la différence de nous qui entretenons nos mémoires en pensant à toutes les blessures qu’on nous a faits, Dieu lui oublie ; par son pardon, nous retrouvons la pureté de notre baptême.

Mais que dois-je convertir ? Le Christ dans son Sermon sur la Montagne nous invite à vivre la charité. Que de jugements qui peuvent tuer ! Que de paroles blessantes qui déstabilisent ! Alors ce soir le Christ nous pose quelques questions pour notre examen de conscience : te mets-tu en colère ? Est-ce que tu as insulté ton prochain ? Es-tu prêt à réparer cette offense ?

Quand on a dit du mal d’un prochain, essayons de dire aussi une parole positive ! Il nous faut transformer notre regard sur lui ; en effet ce sont souvent la jalousie, la rancœur, les antipathies, nos violences intérieures qui nous poussent à être dures avec le voisin ! Alors demandons la grâce de voir en lui non ce qu’il a, mais ce dont il a besoin ! De ne pas d’abord regarder ce qui nous agace, mais bien plutôt ses charismes, ses talents !

Et lorsque nous sommes en famille ou entre amis, ne nous encourageons pas à la médisance. Parfois il vaut mieux se taire et éviter ainsi de tomber.

Voilà une conversion importante pour ceux qui ont une langue bien développée et qui ont du mal à contrôler les dérapages ! Certains se taisent, n’en pensent pas moins ! Là aussi un appel à la conversion ! Et même à la réconciliation ! « Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire » pour qu’il devienne ou redevienne ton ami.

Que le Dieu de miséricorde qui ne se lasse pas de nous pardonner, nous donne les forces pour faire les premiers pas de réconciliation car

« Près de lui est l’amour ; près de lui, abonde le rachat ».

Alors « faisons-nous un cœur nouveau et un esprit nouveau ».

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame