Départ du 75ème Pèlerinage des Étudiants à Chartres

Samedi 27 mars 2010 à 7h00

Près de 1000 étudiants parisiens seront rassemblés dans la nef de la cathédrale au petit matin pour cette célébration du départ du Pèlerinage des Étudiants à Chartres. Un envoi similaire aura lieu dans les autres diocèses d’Île-de-France (Meaux, Versailles, Évry, Nanterre, Saint-Denis, Créteil, Pontoise) avant que tous se rejoignent sur la route de Chartres.

 

Bon maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? (Marc 10, 17)

Dans sa lettre apostolique adressée aux jeunes du monde en la solennité des Rameaux 1985 à l’occasion de l’année internationale de la jeunesse, Jean-Paul II se base sur ces paroles de l’homme riche (jeune d’après Saint Matthieu) que nous rapporte l’évangéliste Saint Marc pour inviter chacun d’entre nous à poser au Christ cette question de la Vie éternelle. Il revient ainsi à chacun d’effectuer par un discernement intérieur la quête personnelle de cette éternité.

Pour cela, il nous est nécessaire de dépasser la facilité que représente le fait d’attendre que Dieu nous dise ce que nous devons faire. Il nous incombe en effet de reconnaître en nos vies les signes de Dieu. Nous pourrons ainsi découvrir notre propre vocation à la vie afin que nous puissions devenir, à l’image du Christ, au don de soi, lequel don a atteint son accomplissement ultime dans la Passion salvatrice de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Le thème de ce 75ème Pèlerinage de Chartres et des très prochaines 25èmes Journées Mondiales de le Jeunesse nous conduira ainsi dans la méditation et la prière vers le but de notre pèlerinage : Chartres et la messe de la Passion dans la cathédrale.

 

Plus d’informations et modalités d’inscriptions en cliquant ici.

 

Le Pèlerinage des Étudiants à Chartres

Depuis 1935, le pèlerinage étudiant de Chartres constitue l’un des évènements incontournables de l’année universitaire pour beaucoup d’étudiants de la région parisienne.

Il a lieu chaque année au printemps, et rassemble de 2500 à 3500 marcheurs (années récentes) autour d’une formule bien rodée et d’un thème renouvelé. Ces pèlerins d’un week-end sont issus des aumôneries catholiques des universités, grandes écoles, mouvements, paroisses de l’Ile de France.

Traditionnellement, et après un envoi le samedi aux aurores dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, ces étudiants-pèlerins cheminent vers Chartres au sein d’une "Route" (groupe de 150 à 500 jeunes) sur un itinéraire particulier. Au sein d’une "route ", chaque étudiant participe à un "chapître", groupe de réflexion et de partage plus restreint.

Toutes les routes convergent vers la cathédrale de Chartres le dimanche après-midi, où est célébrée une messe de clôture et d’envoi, avant le retour sur Paris.

JPEG - 232.6 ko

© Godong

 

L’histoire commence le 14 juin 1912, lorsque Charles Péguy entreprend le pèlerinage de Chartres à la suite d’un vœu fait l’été précédent au chevet de son fils malade. Après la mort du poète en 1914, certains de ses amis empruntent son itinéraire pour faire mémoire.

En 1935, une poignée d’étudiants de la Sorbonne décide de marcher vers Chartres à la suite de Péguy. L’année suivante, le pèlerinage étudiant est né : plus structuré, il dure trois jours et accueille une centaine de pèlerins. Il continue à se développer et perdure malgré la guerre ; en 1945, il rassemble 4 000 marcheurs !

De la Libération au milieu des années 1960, le pèlerinage étudiant connaît un succès massif et régulier : la cathédrale de Chartres devenant trop petite pour accueillir tous les pèlerins, on en vient à dédoubler la messe de clôture, puis le pèlerinage en entier. Un étudiant parisien sur quatre y participe. Parallèlement, le pèlerinage conserve sa marque d’origine : organisé avant tout par les étudiants, il est le lieu d’une réflexion liturgique animée laissant présager des évolutions du Concile.

Avec le milieu des années 1960 s’ouvre une période de difficultés : entre la réception du Concile Vatican II et les événements de 1968, l’ambiance est souvent agitée, parfois tumultueuse. Au sein des universités "de masse" comme Nanterre, les chrétiens ont un mal croissant à se faire une place et à se retrouver. Le nombre des pèlerins entame une longue phase de déclin ; les deux pèlerinages sont rassemblés.

Avec les années 1990, la formule se renouvelle et l’ensemble de la "génération étudiante" de la région parisienne est invitée à participer. En 1996, la présence de la Croix des Journées Mondiales de la Jeunesse marque les participants et en 1997, le pèlerinage inaugure la dernière ligne droite vers les JMJ qui se tiennent à Paris. En 2000, il constitue la première des trois étapes proposées aux jeunes d’Ile de France pour leur démarche jubilaire. Rassemblant désormais un nombre régulier de pèlerins compris entre 2500 et 3500, il reste le rendez-vous fédérateur des différentes communautés étudiantes chrétiennes.

 

 

 

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits