Jean et Sébastien TOURET

Sculptors and creators of sacred art

Jean TOURET - 1916-2004
Sébastien TOURET - 1950

 

Jean TOURET est né le 7 avril 1916 en Mayenne.

Il se prépare à devenir cadre administratif dans une société d’assurances du Mans, quand la guerre lui révèle sa véritable personnalité d’artiste et lui forge une vision impérieuse du monde.
Au retour il commence une carrière de peintre, puis s’oriente vers la sculpture sur bois. Il effectue tout de suite des œuvres spirituelles monumentales, qui habiteront une multitude d’églises et de chapelles.

Toute sa vie il poursuit ses recherches esthétiques en expérimentant l’utilisation non conventionnelle d’une multitude de matériaux : bois, papier, cuivre, zinc, bronze, plexiglas, céramique, béton. Matériaux qu’il traite avec la même humilité, le même respect de la matière offerte à ses mains d’artisan.

Il meurt le 4 janvier 2004 nous laissant une œuvre généreuse, exigeante et prophétique.

Débonnaire et joyeux vivant, Jean TOURET sera un lecteur passionné et patient des Écritures, se transformant dans le feu des débats en implacable et intarissable exégète de ses propres travaux et mettant toujours en regard l’art et de la Parole de Dieu. Les silhouettes jalonneront son œuvre, silhouettes frémissantes avec toute la force de la vie cachée dans la matière, frémissantes mais pas hurlantes : le message est donné par un murmure qui ne se tait pas quand on a détourné le regard.

Je suis un ouvrier, un artisan. Nous n’inventons rien, nous découvrons...
La vie est contenue dans la matière, il faut être attentif.

Jean TOURET

 

JPEG - 24.1 kb
Sébastien TOURET

D.R.

La rigueur, l’humilité profonde, ne se traduisaient pas seulement en formules aux arêtes vives, mais dans le mode de travail de Jean TOURET. S’il disait plus souvent "nous" que "je" en parlant de son travail, c’est qu’il œuvrait en association avec son fils Sébastien, sculpteur comme lui, et peintre. Retrouvant l’ancienne pratique de "l’atelier", les TOURET travaillèrent ensemble dans une profonde harmonie, une joyeuse complicité, s’appuyant sur le respect réciproque de leurs différences.

Sébastien TOURET est en 1950 à Marolles (Loir et Cher).

Après le baccalauréat il choisit d’être artiste. Il apprend le dessin et la sculpture avec son père. Commence alors une riche collaboration de trente ans, à réaliser l’ornementation de nombreuses églises et chapelles. Parallèlement à ces travaux, il poursuit une carrière distincte de peintre et de sculpteur. La participation à de nombreuses expositions, collectives et particulières lui permet d’accroître le cercle d’amateurs de son art, sensible et élégant.

 

 

À l’initiative du Cardinal LUSTIGER, Jean TOURET et son fils Sébastien réaliseront plusieurs œuvres pour la cathédrale Notre-Dame de Paris, en particulier le maître-autel, une cathèdre pour l’archevêque, une représentation de Saint Denis et ses compagnons martyrs.

 

Le maître-autel

Lors de l’un de ses entretiens hebdomadaires [1] sur Radio Notre-Dame, le cardinal LUSTIGER présentait cet autel :

Un magnifique coffre de bronze avec un haut-relief de huit personnages : les quatre évangélistes (Mathieu, Marc, Luc, Jean) [2] et les quatre grands prophètes (Ezéchiel, Isaïe, Jérémie, Daniel) [3], comme déjà au portail sud [4] de Notre-Dame suivant la tradition de l’Église. L’autel est élevé à la croisée du transept, au centre de la cathédrale que Viollet-le-Duc avait déjà marqué extérieurement d’une flèche. Il fait converger vers lui tous les regards lorsque nous célébrons le signe le plus éclatant de l’amour de Dieu, le mystère eucharistique.

Jean TOURET voyait dans cet autel le lieu-temple, le lieu de rassemblement, et l’endroit de la descente de Dieu construit pour accueillir le geste du prêtre, la monumentalité du prêtre à l’autel. Il existe un rapport objectif entre l’objet et le geste.

Ce nouvel autel fut consacré le 16 juin 1989, à 19h00, par le Cardinal LUSTIGER et ses évêques auxiliaires, en présence de nombreux prêtres, séminaristes et fidèles de Paris.

En 1190, Maurice de Sully, alors évêque de Paris, avait inauguré le culte dans la cathédrale en cours de construction. Au XIXème siècle, après la restauration de Viollet-le-Duc, la dédicace de la cathédrale fut célébrée le 31 mai 1864. Selon le vœu du Cardinal LUSTIGER, nous fêtons tous les ans à la même date du 16 juin ces deux événements de la dédicace de la cathédrale et de la consécration de son autel, puisque désormais le calendrier de l’Église universelle nous fait célébrer la Visitation le 31 mai.

 

JPEG - 91.3 kb
Messe à Notre-Dame présidée par le cardinal LUSTIGER.

On peut voir le maître-autel, l’ambon, les chandeliers, et sur pilier du choeur, Saint Denis et ses compagnons. Ensemble réalisé par Jean et Sébastien TOURET. © Godong

 

Furent aussi réalisés :
- l’ambon du sanctuaire (aujourd’hui ambon du chœur des chanoines) ;
- sept chandeliers monumentaux, buisson de lumière auprès de l’autel ;
- un chandelier pascal (déposé dans la chapelle des Fonts Baptismaux).

 

JPEG - 38.7 kb

© NDP

Statues de Saint Denis et ses compagnons

Le cardinal LUSTIGER commanda aussi à Jean et Sébastien TOURET trois statues, en bois, représentant Saint Denis, Saint Patron du diocèse de Paris, et ses deux compagnons : le prêtre Eleuthère et le diacre Rustique. Elle sont placées au-dessus de l’ambon du sanctuaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1le 14 juin 1989

[2de face

[3sur le deux faces latérales

[4au centre de la claire-voie sous la Rose Sud

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Calendar
Hours
Visits
Contacts
Newsletter
Make a donation
Credits