Charles Péguy

Contemporain de Paul Claudel, puisqu’il vécut de 1873 à 1914, il composa le Porche du mystère de la deuxième vertu en 1911. Il s’adresse aussi à Notre-Dame de Paris par cet extrait où il énumère les saints patrons de Paris sculptés aux portails de la cathédrale.

Mais il vient un jour, il vient une heure,
- il vient un moment où saint Marcel et sainte Germaine,
- Et saint Germain lui-même et notre grande amie
- cette grande sainte Geneviève,
- Et ce grand saint Pierre lui-même ne suffit plus
- Et où il faut résolument faire ce qu’il faut faire…
- …Et s’adresser directement à celle qui est au-dessus de tout...
- …Parce qu’aussi elle est infiniment bonne,
- A celle qui intercède,
- La seule qui puisse parler avec l’autorité d’une mère.
- S’adresser hardiment à celle qui est infiniment pure,
- Parce qu’aussi est elle infiniment douce,
- A celle qui est infiniment noble
- Parce qu’aussi elle est infiniment courtoise ...
- A celle qui est infiniment jeune,
- parce qu’aussi elle est infiniment mère ...
- A celle qui est infiniment joyeuse,
- Parce qu’aussi elle est infiniment douloureuse

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits