Visite de Monseigneur TWAL, Patriarche latin de Jérusalem

Vendredi 6 mars 2009 à 15h00

Lors de son séjour en France, Monseigneur Fouad TWAL, Patriarche latin de Jérusalem, se rendit à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il présida la vénération la Sainte Couronne d’épines et inaugura la nouvelle chapelle capitulaire de l’Ordre équestre du Saint Sépulcre de Jérusalem.

 

Pour écouter l’intervention de Monseigneur TWAL au cours de la célébration, cliquez ici.

 

Le Patriarcat latin de Jérusalem

Le Patriarcat Latin de Jérusalem fut fondé par les Croisés après leur prise de la Ville Sainte le 15 juillet 1099.
Trouvant le siège de Jérusalem vacant après la mort à Chypre, où il s’était réfugié, du patriarche grec Siméon, les Croisés y élevèrent un des leurs, Arnoul.
Les patriarches latins se succèdent à Jérusalem de 1099 à 1187, puis à Acre jusqu’à la chute de la ville en 1291.

Le siège patriarcal fut restauré comme siège résidentiel le 23 juillet 1847 par Pie IX. Le premier titulaire, le patriarche Joseph Valerga, arriva le 17 janvier 1848 et prit possession de son siège par son entrée solennelle au Saint-Sépulcre, la cathédrale du patriarche de Jérusalem. Le patriarcat latin de Jérusalem a juridiction sur les seuls catholiques de rite latin d’Israël, de Jordanie et de Chypre, en majorité d’origine orientale.

Jusqu’en 1987, le patriarche latin de Jérusalem avait été traditionnellement choisi parmi les franciscains italiens ; pour la première fois en 1987, le choix s’est porté sur un prêtre d’origine palestinienne, S.B. Michel Sabbah. Depuis le 22 juin 2008, Sa Béatitude Fouad Twal, née en 1940 en Jordanie succède au patriarche Michel Sabbah après avoir été son co-adjuteur pendant deux ans et demi.

 

Monseigneur Fouad TWAL

Jordanien, appartenant à une tribu établie à Madaba où se trouve la plus ancienne représentation chrétienne cartographique de Jérusalem (mosaïque byzantine du VIème siècle), et cinquième d’une famille de neuf enfants, le patriarche a donc, comme son prédécesseur S. B. Michel Sabbah, une proximité culturelle naturelle avec le monde arabe tout en ayant un grand souci du dialogue avec le monde juif.

Né en 1940, Fouad Twal est ordonné prêtre en 1966 au séminaire de Beit Jala, une commune mitoyenne de Bethléem. En 1972, il entre à l’université pontificale du Latran à Rome. Il fera sa thèse de doctorat sur le droit tribal. Diplomate de carrière du Saint-Siège depuis près de trente ans, parfait francophone, sa première mission l’emmène au Honduras. Il sera ensuite en poste au Caire, à Bonn - il est en Allemagne lors de la chute du Mur - et au Pérou. En 1992, il est nommé évêque et envoyé en Tunisie. Il est alors le premier arabe à occuper cette fonction en Afrique du Nord, succédant à une longue lignée de prélats français. Initialement nommé pour trois ou quatre ans, il effectuera un mandat de treize années pendant lesquelles il accomplit un travail colossal et sera promu archevêque en 1994.

En septembre 2005, il est nommé coadjuteur au Patriarcat de Jérusalem et depuis juin 2008 intronisé comme Patriarche Latin de Jérusalem. Il est membre du Conseil pontifical interreligieux depuis janvier 2007.

Dans cette mission, il veut mettre l’accent sur les fondements spirituels de la vie chrétienne, et spécialement la joie, celle de vivre dans le Christ. Pour Mgr Twal en effet, c’est avant tout la qualité de la vie évangélique qui donnera à l’Eglise de Terre Sainte de ne pas être écrasée par la croix qu’elle porte, et d’aller de l’avant.

 

Monseigneur Fouad Twal inaugura la chapelle capitulaire de l’Ordre Équestre du Saint Sépulcre

La chapelle absidiale de la cathédrale, située dans l’axe de la nef et du chœur, autrefois Notre-Dame des Sept Douleurs, était depuis longtemps la chapelle du Saint Sacrement.

Depuis la venue du Saint Père à Notre-Dame de Paris en septembre 2008, elle accueille le nouveau reliquaire de la couronne d’épines et du bois de la Croix. C’est pourquoi elle a été accordée comme chapelle capitulaire des Chevaliers de l’Ordre Équestre du Saint Sépulcre de Jérusalem, gardiens statutaires de la Sainte Couronne d’Épine et des Reliques de la Passion conservées à Notre-Dame de Paris.

 

JPEG - 161.2 ko
Présentation de la plaque marquant la chapelle capitulaire de l’Ordre du Saint Sépulcre

© Godong

 

Béatitude,
Excellence,
Chers frères et sœurs,
Chers amis,

Lorsqu’au printemps 2005, je suis devenu archevêque de Paris, mon regretté prédécesseur le cardinal Lustiger, m’avait fait part d’un projet qu’il avait imaginé avec Maître Damien, à l’époque lieutenant de l’ordre du Saint Sépulcre. Comme vous le savez, il s’agissait de faire de la chapelle d’axe de la Cathédrale Notre-Dame, la chapelle capitulaire de l’Ordre du Saint Sépulcre, et de réaliser un reliquaire moderne pour la couronne d’épines.

Suite au déplacement de la chapelle du Saint Sacrement dans le déambulatoire sud, grâce au travail et à la détermination de maître Damien, grâce enfin au soutien financier de l’Ordre, je suis heureux et fier que la réalisation de ce projet ait été possible, et que la Saint Père au mois de septembre dernier ait pu vénérer la couronne d’épines ici-même.

De plus, je me réjouis que par un heureux concours de la Providence, l’inauguration du très beau reliquaire et de la chapelle dans sa nouvelle configuration puisse être présidée par S.B. Monseigneur Fouad Twal, patriarche latin de Jérusalem, en présence de Monseigneur Patrick Jacquin, recteur, et des personnalités des membres de l’Ordre Equestre de Jérusalem et du Saint Sépulcre et des fidèles rassemblés pour cette occasion.

En ces temps de Carême où nous sommes tendus vers la célébration de la Passion et de la Résurrection du Seigneur, je vous assure de ma prière et de mon respectueux souvenir.

† André cardinal VINGT-TROIS
Archevêque de Paris
6 mars 2009

Images
Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits