Audition et messe chantée par le

HAMRAHLÍÐARKÓRINN

Samedi 15 et dimanche 16 novembre

 

 

Dans le cadre des choeurs étrangers invités à participer aux liturgies de la cathédrale tout au long de l’année, Notre-Dame de Paris accueillit le HAMRAHLÍÐARKÓRINN, Choeur de Hamrahlid de Reykjavik en Islande sous la direction de Thorgerdur Ingolfsdottir.
Ce choeur, fleuron de la musique chorale islandaise, donna une audition le samedi 15 novembre à 20h00 et intervint dans le cadre de la liturgie le dimanche 16 novembre au cours de la messe internationale de 11h30.

 

 

 

Programme de l’audition du samedi 15 novembre à 20h00

-  Úr Þorlákstíðum
De l’office Sancti Thorlaci
13e siècle

-  Heilagi Drottinn himnum á
Seigneur aux cieux
Traditionnel ; Arr. Þorkell SIGURBJÖRNSSON (1938)

-  Hugsa jeg það hvern dag
C’est là que mes pensées tournent tous les jours
Hymnodia Sacra 1742 ; Arr. Hugi GUÐMUNDSSON (1977)

-  Fjögur íslensk þjóðlög - Quatre chansons traditionnelles
Nú vil ég enn í nafni þínu – Prière du Soir
Hættu að gráta hringaná – Cesse de pleurer, jeune fille
Sof þú blíðust barnkind mín – Dors, mon doux enfant
Veröld fláa sýnir sig – Le Monde montre sa force

Arr. Hafliði HALLGRÍMSSON (1941)

-  Heyr, himna smiður
Entends, Dieu du ciel
Þorkell SIGURBJÖRNSSON

-  Psalmus CL
Psaume CL
Commande du Symposium Mondial de Musique Chorale 2008
Þorkell SIGURBJÖRNSSON

-  Requiem
Jón LEIFS (1899-1968)

-  Fögnuður
Joie
Composé pour La Chorale de Hamrahlíð 2004
Haukur TÓMASSON (1960)

-  Húm I og II
Crépuscule I & II
Composé pour La Chorale de Hamrahlíð 2005
Atli Heimir SVEINSSON (1938)

-  Vorkvæði um Ísland
Poème du printemps
Jón NORDAL (1926)

-  Recessional
Uni deo sit Gloria
Composé pour La Chorale de Hamrahlíð 1981
Þorkell SIGURBJÖRNSSON

 

Thorgerdur Ingolfsdottir, direction

 

HAMRAHLÍÐARKÓRINN

Le choeur mixte de Hamrahlid occupe depuis plus de 40 ans une place de choix dans la vie musicale islandaise. Fondé en 1967 par l’actuelle directrice du choeur, Thorgerdur Ingolfsdottir, ses 60 choristes sont des étudiants du collège de Hamrahlid à Reykjavik. Au fil des ans, la chorale s’est taillée une belle réputation et est devenue une véritable institution. Plus de 2.000 adolescents islandais - ce qui représente environ 7% de la population de l’île - ont pu ainsi s’imprégner de musique classique en vivant l’expérience chorale de Hamrahlid. Certains, à leur début, n’avaient aucune connaissance musicale, mais grâce à la pratique assidue du chant ils ont fini par atteindre un très haut niveau d’exécution, depuis les chefs-d’oeuvre de Bach, Mozart et Beethoven aux nouvelles compositions islandaises.

La chorale est devenue une vraie pépinière de chanteurs, instrumentalistes et compositeurs. Parmi les anciens membres du choeur on peut citer Björk, de renommée internationale, les compositeurs Haukur Tomasson et Hugi Gudmundsson, le ténor Finnur Bjarnason et la basse Kristinn Sigmundsson. En 1982, les anciens du lycée ont fondé leur propre choeur qui est rapidement devenu l’un des meilleurs du pays.

Bien que la chorale de Hamrahlid se consacre surtout à l’enseignement de la musique, elle s’est efforcée d’atteindre dès ses débuts une certaine qualité d’exécution. Son chant est pur, souple et harmonieux, teinté d’une certaine exubérance et fraîcheur. Partout, les critiques ont souligné la précision de son intonation, la clarté de sa diction, ainsi que l’enthousiasme et l’engagement qui caractérisent l’ensemble.

Le répertoire du chœur comprend la musique classique religieuse et profane occidentale chantée a capella ou en accompagement, et ses enregistrements de musique traditionnelle islandaise connaissent de plus en plus de succès. Le chœur travaille étroitement avec les compositeurs islandais et plus de 70 partitions ont été écrites pour lui. Il a également donné les premières islandaises de musiciens tels que Arvo Pärt, John Cage et Vagn Holmboe pour certaines de leurs œuvres. Arvo Pärt était tellement admiratif devant l’exécution de son Te Deum en 1998 qu’il a écrit une pièce pour voix dédiée à Thorgerdur Ingolfsdottir : which was the son of (...qui était le fils de ... Évangile selon Saint-Luc 3, 23-28), dont la première eut lieu en 2000.

Le choeur de Hamrahlid a chanté dans plus de 20 pays et participé aux principaux festivals de chant choral en Europe, Asie et Amérique du Nord. Il a publié plusieurs enregistrements et participé à de nombreuses radio et télédiffusions. Il est membre de la Fédération européenne des jeunes chorales depuis 1978, et membre-fondateur de la Fédération internationale pour la musique chorale. Il a remporté de nombreux prix et cette année il participe avec 28 autres organisations au 8ème symposium mondial de la musique chorale à Copenhague, ce qui est une première pour l’Islande.

Après la quinzaine culturelle islandaise en France en 2004-2005, la venue de la chorale est l’événement culturel le plus important organisé par l’ambassade d’Islande à Paris. Le chœur chantera à Notre-dame de Paris, le 15 novembre pour une audition, et pendant la messe internationale du 16 novembre. L’UNESCO accueillera l’ensemble le 17 novembre et le 18 ce sera au tour de la cathédrale aux Armées, Saint-Louis des Invalides. Le 19 il chantera lors d’une cérémonie organisée par Ladies First International à Paris en l’honneur de Madame Vigdis Finnbogadottir, ancienne Présidente de la République Islandaise, pour ensuite se rendre à Caen le 20 novembre pour deux concerts dans le cadre du Festival les Boréales, consacré cette année à l’Islande. Le chœur terminera sa tournée à Strasbourg par un concert à l’Eglise Saint-Pierre le Jeune.

Thorgerdur Ingolfsdottir, qui dirige aujourd’hui le chœur, a fait ses études de musique en Islande et Autriche, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Elle a reçu de nombreuses distinctions et décorations, dont l’Ordre du Faucon d’Islande et l’Ordre du Mérite norvégien. En 2000 elle a été choisie pour diriger la jeune chorale multi-nationale venu des 9 capitales culturelles européennes, les Voix d’Europe. Elle siège sur le Conseil d’Europe Cantat et fait partie du Conseil olympique international des choeurs. Depuis 2008 elle est membre honoraire de la Société des Musiciens islandais.

JPEG - 183.5 ko

D.R.

La tradition vocale et chorale en Islande

Depuis le Moyen-Âge et avant la fin du XIXe siècle, l’Islande, isolée du continent et sous la domination du Danemark, ne connaissait que la musique sous forme vocale liée à un texte : psaume, chanson de geste, légende.
Il y avait les rimur, ou ballades, qui sont de longs poèmes narratifs chantés comme un long récitatif un peu nasal pour la distraction des gens pendant le travail manuel des longues soirées d’hiver. Aujourd’hui le groupe Sigur Ros puise dans cette tradition. Les sujets étaient tirés de romans de chevalerie et accompagnés par un instrument à cordes, le langspil .
On pratiquait aussi une forme de chant à deux voix, caractérisée par des quintes parallèles (tvisöngur), le croisement de voix et sur le mode lydien, si typique non seulement de certaines musiques antiques, mais de la musique islandaise. Les textes étaient religieux ou profanes.
Pendant le carême on chantait surtout les Psaumes de la Passion du poète et homme de Dieu, Hallgrimur Pétursson (1614-1674).
La première moitié du XIXe siècle était en Islande, comme ailleurs, une période d’éveil national. Les poètes islandais formés sur le continent adaptaient des chants patriotiques à des airs danois ou allemands, très loins de la musique traditonnelle.
Le renouveau de la musique chorale et religieuse passe par un organiste de la cathédrale de Reykjavik, Pétur Gudjohnsen, suivi par Jonas Helgason (1839-1903). Sveinn Sveinbjörnsson (1847-1926) compose l’hymne national et des chansons folkloriques, en plus de sa musique de chambre et vocale dans le style de Mendelssohn.
La continuité du chant traditionnel islandais s’explique par la fierté nationale, l’isolation géographique du pays, sa stabilité linguistique et son attachement à l’église.
Jon Leifs (1899-1968) mélange savamment des éléments musicaux islandais dans d’ambitions œuvres orchestrales et chorales, tel le Requiem.
Parmi les compositeurs figurant sur le programme du chœur de Hamrahlid, notons que Jon Nordal (1926), Haflidi Hallgrimsson (1941), Atli Heimir Sveinsson (1938) et Haukur Tomasson (1960) qui ont chacun remporté le prestigieux Concours Viotti pour leurs compositions.
Thorkell Sigurbjörnsson (1938), compositeur prolifique et musicien accompli est connu pour son néo-classicisme, aux influences française et allemande.

Il y a de nombreux chœurs en Islande qui ont une rénommé internationale et de plus en plus de chanteurs qui se font connaître sur les scènes internationales. Le chant en Islande, qu’il soit profane ou religieux, est bien vivant !

 

Fruit d’une collaboration

Cette intervention du HAMRAHLÍÐARKÓRINN à la cathédrale fut le fruit d’une collaboration entre l’Ambassade d’Islande à Paris, l’association Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris et Notre-Dame de Paris.

 

Avec le soutien du gouvernement islandais :
- Bureau du Premier Ministre
- Ministère de l’Education, de la Science et de la Culture
- Ministère des Affaires étrangères
- Ministère des Finances
- Ministère des Echanges
- Ministère de l’Industrie
- Ministère de la Santé
- Ministère de la Communication et des Transports

et de :
- Actavis
- Brim
- Caisse d’épargne d’Alsace
- Iceland Tourist Board
- Icelandair
- Landsbanki
- Landsvirkjun
- Rio Tinto Alcan
- Össur

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits