Cathédrale d’art et d’histoire

La Lapidation de Saint Etienne

par Charles LEBRUN (1651)

 

 

Le May de 1651, La Lapidation de Saint Etienne, peint par Charles LEBRUN (1619-1690), est actuellement accroché dans la chapelle Saint-Éloi.

 

Le tableau

Etienne vient d’être traîné hors de la ville, que l’on aperçoit au loin vers la gauche, et, étendu sur le sol, les bras écartés, il est lapidé par un groupe de bourreaux qui s’acharnent, tandis qu’un autre groupe, placé vers la droite, assiste à la scène. Dans le ciel apparaissent, portés pas des anges, dont l’un tient une palme, Dieu le Père et, à sa droite, son Fils, portant sa croix et tendant la main vers le jeune martyr qui le contemple.
D’après l’article de Pierre-Marie AUZAS (in La Gazette des Beaux-Arts, 1949)

Dans les Écritures

Étienne est présenté dans les Actes des Apôtres comme un juif helléniste converti au christianisme, choisi avec six autres hommes estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse [1] pour devenir les diacres chargés d’assister les apôtres. Étienne, qui était plein de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants [2]. Il faisait donc l’admiration de tous, à tel point qu’un jour des Juifs, furieux de ne pouvoir répondre à ses arguments, l’accusèrent faussement de blasphème et de complot contre les institutions de la Loi, et le traduisirent devant le tribunal du grand-Prêtre, le Sanhédrin. Là, inspiré par le Seigneur, Étienne proclame avec sagesse l’Évangile de Jésus-Christ ; toute la prédication des apôtres défile dans son discours qu’il termine ainsi en reprochant : "Hommes à la tête dure, votre coeur et vos oreilles ne veulent pas connaître l’Alliance : depuis toujours vous résistez à l’Esprit Saint ; vous êtes bien comme vos pères ! Y a-t-il un prophète que vos pères n’aient pas persécuté ? Ils ont même fait mourir ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, celui-là que vous venez de livrer et de mettre à mort. Vous qui aviez reçu la loi communiquée par les anges, vous ne l’avez pas observée". En écoutant cela, ils s’exaspéraient contre lui, et grinçaient des dents. Mais Étienne, rempli de l’Esprit Saint, regardait vers le ciel ; il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : "Voici que je contemple les cieux ouverts : le Fils de l’homme est debout à la droite de Dieu." Ceux qui étaient là se bouchèrent les oreilles et se mirent à pousser de grands cris ; tous à la fois, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent hors de la ville et commencèrent à lui jeter des pierres. Les témoins avaient mis leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul [3]. Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : "Seigneur Jésus, reçois mon esprit." Puis il se mit à genoux et s’écria d’une voix forte : "Seigneur, ne leur compte pas ce péché." Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort. [4].

Etienne est le premier martyr et, de ce grain tombé en terre, le premier fruit sera la conversion de Saul sur le chemin de Damas, pour qui le ciel s’ouvrira aussi.

 

 

[1Actes des Apôtres, Chap. 6, verset 3

[2Actes des Apôtres, Chap. 6, verset 8

[3Saul de Tarse qui deviendra, après sa conversion sur le chemin de Damas, Saint Paul

[4Actes des Apôtres, Chap. 7, verset 52 à 60

Images
Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits