Cathédrale d’art et d’histoire

Saint Thomas d’Aquin

par Antoine NICOLAS (1648)

Don du couvent dominicain de l’Annonciation du faubourg Saint-Honoré, en 1974, à l’occasion du septième centenaire de la mort de saint Thomas.

 

Ce tableau, datant très probablement de 1648, est attribué à un peintre langrois, Antoine Nicolas. On ignore pour qui ce tableau était destiné ; cependant, la communauté des Dominicaines de Saint-Maur-des-Faussés, à qui il appartenait avant d’arriver au couvent de l’Annonciation vers 1950, était établie à Langres en 1621. [1]

Saint Thomas d’Aquin (1225-1274) est assis sur un piédestal au centre de la composition, vêtu de l’habit de l’ordre dominicain, auquel il appartenait. Il est identifié par son titre de doctor angelicus, « docteur Angélique », inscrit à ses pieds. Il tient un crucifix de la main droite, la main gauche est posée sur un livre ouvert. Thomas porte un soleil retenu par une chaîne d’or et sa chape est étoilée. C’est avec ces ornements que saint Thomas d’Aquin apparut en vision à un dominicain au XIIIème siècle, Albert de Brescia : Sur sa poitrine brillait une escarboucle immense, en forme de soleil, jetant des feux de toutes parts. Sa chape était constellée de pierreries, sa tunique et son capuce avaient la blancheur de la neige. Au cours de cette vision, saint Augustin commenta lui-même au religieux la signification de ces ornements : [Saint Thomas] a éclairé de son enseignement l’Église de Dieu. Voilà ce que signifient les pierres précieuses qui lui servent de parure. Celle qui brille sur sa poitrine, marque spécialement la droiture d’intention avec laquelle il a défendu et affirmé la foi ; les autres désignent les livres nombreux et les écrits de toute sorte qu’il a composés. [2] Soleil et chaîne dorée devinrent dès lors les attributs iconographiques de saint Thomas d’Aquin.

De part et d’autre du saint, des personnages tendent des écuelles pour boire à la source jaillissante au pied du docteur Angélique. Une inscription au bas de la toile invite à venir s’y abreuver : Hi puros promunt divino e fontes liquores, « Ceux-ci tirent de pures liqueurs de la fontaine divine ». Quelle est donc cette source ? C’est la fontaine de la sagesse de Thomas. Sa théologie est une « liqueur » spirituelle qui abreuve les âmes qui ont soif de connaître Dieu. Une gravure d’Adrian Collaert [3] de 1615, représentant ce même sujet, est plus explicite : sur la fontaine est inscrit Summa D.T. : on vient boire à la fontaine de la Somme théologique de saint Thomas.

Les personnages entourant le saint sont essentiellement des religieux, non seulement dominicains, mais aussi issus d’autres ordres : on reconnaît un carme, un franciscain et un capucin. Les laïcs ont eux aussi accès à la fontaine : ils sont évoqués par les deux jeunes gens élégamment vêtus agenouillés au premier plan. A l’heure où ce tableau est peint, l’enseignement de saint Thomas profite en effet à toute l’Eglise. Près d’un siècle auparavant, les pères du concile de Trente avaient largement consulté ses ouvrages, pour répondre aux controverses doctrinales soulevées par la Réforme. A l’issue de cela, saint Thomas est élevé au titre de Docteur de l’Eglise en 1567 : ses écrits apportent des réponses lumineuses aux questions de foi, et on souhaite qu’ils soient mieux connus de tous les chrétiens.

 

Grâce à ce tableau, saint Thomas d’Aquin demeure à l’honneur en un lieu qui ne saurait oublier le « Docteur Angélique », « Fontaine de Sagesse » : Paris se souvient de Thomas qui professa la théologie à la Sorbonne pendant trois ans, écrivit plusieurs ouvrages dont une partie de la Somme au couvent Saint-Jacques, et vint sûrement se recueillir à la cathédrale, dont il vit construire le transept au temps de saint Louis.

 

JPEG - 164.2 ko

© NDP

 

[1La recherche de l’origine du tableau revient à Auzas P.-M., « Une représentation française inédite de saint Thomas d’Aquin » dans Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1974, pp. 35-42.

[2Bollandistes, Vita Sanctorum, Mars 1668, chap. VII, p. 708.

[3BnF, Estampes, Rd 2.

Images
Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits