Cathédrale d’art et d’histoire

Le Portail Sainte-Anne

Le Portail Sainte-Anne est le portail de la façade occidentale situé à droite. Il a été installé vers 1200 avant les deux autres portails de la façade. Son tympan* est le remploi d’un tympan précédent fait une cinquantaine d’années plus tôt pour la cathédrale précédente (l’ancienne cathédrale Saint-Etienne).

On remarque en son centre une merveilleuse Vierge à l’Enfant encore de style roman, avec toutes les caractéristiques d’élégance et de sérénité des vierges en majesté. Ainsi sous un dais et sur un trône, elle porte une couronne et un sceptre et serre sur ses genoux son fils qui tient le Livre de la Loi. Elle nous regarde et nous montre l’Enfant qui nous bénit et tous deux nous incitent à pénétrer dans la cathédrale pour se recueillir et pour prier. Marie semble dire : « entrez dans cette église placée sous mon patronage et venez-y adorer mon fils venu sur terre pour sauver l’humanité ».

De part et d’autre du trône se trouvent un ange puis à gauche un évêque de Paris et peut-être son trésorier, à droite un roi de France. L’évêque pourrait être Saint Germain et le roi Childebert, mais aucun de ces trois derniers personnages n’a pu être identifié avec certitude.

Au-dessus du tympan, dans les voussures* concentriques, nous voyons toute la cour céleste (Anges, Rois, Prophètes et Vieillards de l’Apocalypse) chanter la gloire de Dieu, merveilleux monceau d’harmonie et de finesse sculpturale.

JPEG - 90.5 ko

© Gérard Boullay

Les deux linteaux* au-dessous du tympan retracent dans deux belle frises sculptées le mariage de Joachim et d’Anne et celui de Marie et de Joseph (linteau inférieur), tandis qu’au linteau supérieur figurent les scènes de la venue sur terre du Christ, allant de l’Annonciation jusqu’à l’Epiphanie.

Au-dessous des linteaux, de chaque côté des deux portes en bois aux ferrures de fer forgé du XIIIème siècle merveilleusement ouvragées, nous voyons neuf statues en pied refaites au XIXe siècle par l’atelier de Viollet-le-Duc après les destructions révolutionnaires de 1793. On reconnaît successivement :
- à gauche, un roi, la reine de Saba, le roi Salomon et Saint Pierre
- au trumeau, Saint Marcel, évêque de Paris au Ve siècle, qui écrase un dragon symbolisant les fléaux dont son diocèse était alors affligé
- à droite, Saint Paul, le roi David, Bethsabée et un autre roi

 

Le Portail Sainte-Anne
Cliquez sur la photo ci-dessus pour naviguer dans l’image panoramique. © Andrew TALLON

Mot(s) du glossaire
Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits