Musique et Liturgie

Héritière d’une longue et prestigieuse tradition liturgique et musicale, la cathédrale tient à conserver, entretenir et faire fructifier ce trésor reçu des siècles, à l’image du talent de la parabole de l’Evangile (Matthieu 25, 14-30).

Ici, la musique ne fait qu’un avec l’architecture pour faire résonner la gloire de Dieu. Ici, la liturgie se doit plus qu’ailleurs encore de manifester l’identité de l’Eglise. Ici, la musique sert l’expérience de foi. Les diocésains de Paris, les habitués de la cathédrale, les millions de visiteurs anonymes, cette foule « que nul ne peut dénombrer » (Apocalypse 7, 9) doit pouvoir saisir que Celui qui est ici célébré est le Dieu tout-autre et pourtant tout proche, « Dieu de gloire et de majesté » (Canon romain).

 

 

 

Mettre en résonance

L’intuition et la ferveur des bâtisseurs du XIIème siècle se sont rapidement transformées en notes pour faire résonner ce vaste vaisseau de pierres et le mettre en parfaite harmonie avec la louange divine. Bien sûr, les musiques ont été marquées par leur temps, au point même, parfois, de marquer en retour leur époque pour la postérité, mais elles ont toujours été conçues comme un service. Comme la statuaire fige dans le temps les expressions de la prière et offre une image de l’Eglise mystique, comme les verrières traversées par la clarté du soleil deviennent l’image de la cité céleste se réalisant déjà dans la cité terrestre, la musique, quant à elle, met en mouvement, en résonance. Elle fait vibrer le lieu et les hommes avec lui. Elle est l’expérience instantanée, et pourtant dès lors inscrite dans les mémoires, de la gratuité de la pure louange.

Accroître l’intelligence de la liturgie

Une cathédrale n’est pas n’importe quelle église. Siège de l’évêque, elle est l’église-mère d’un diocèse. La liturgie que l’évêque y célèbre, avec ses prêtres et ses diacres, avec l’ensemble de son peuple, donne une vision parfaite de ce qu’est l’Eglise. De même, la musique, en parfaite adéquation aux rites. A Notre-Dame de plus, comme dans d’autres cathédrales, la présence d’un riche et influent chapitre de chanoines a permis au long des âges de garantir la présence de musiciens remarquables. Aujourd’hui encore, grâce à l’association Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris.
et à des musiciens professionnels
, la liturgie et la musique, toutes deux intimement liées, sont appelées à être matricielles non seulement pour le diocèse de Paris mais bien au-delà par la retransmission télévisuelle désormais quotidienne des vêpres, et celle de certaines messes et des grands évènements de la nation.

JPEG - 75.8 ko

© Godong

Servir l’expérience de foi

Le Concile Vatican II (1962-1965) a entrepris une vaste restauration de la liturgie catholique : des changements notables ont accompagné la réforme, dont le passage à la langue vernaculaire pour les lectures et la possibilité d’y recourir pour le chant (non obstant la primauté réaffirmée du chant grégorien) a été l’un des plus marquants. A Notre-Dame, Monseigneur Jehan REVERT, alors Maître de Chapelle, a su gérer cette mutation avec un vrai sens pastoral et un solide goût musical. Il s’est inscrit dans la longue tradition musicale de la cathédrale et dans le génie du lieu : tout en ne reniant pas le riche patrimoine musical à sa disposition, il proposait à l’assemblée des mélodies musicalement tenables en un lieu aussi vaste. Durant les offices, se côtoient de nos jours encore des polyphonies anciennes et contemporaines, des pièces d’orgue et des improvisations, des chants d’assemblée et le chant grégorien, offrant à tous à la fois des moments d’écoute et de participation, toutes deux constitutives de l’expérience dialogale même de la foi.

Relever un triple défi pour la gloire de Dieu

JPEG - 27.4 ko

© Godong

A l’aube du XXIème siècle, la rencontre de la liturgie et de la musique en un lieu aussi prestigieux et fréquenté que la cathédrale relève du défi :
- parce qu’il s’agit de célébrer le plus dignement et le plus justement possible les rites de l’Eglise en un lieu donné et en recourant à la musique la plus en adéquation possible avec ces rites et ce lieu,
- parce qu’il s’agit de toujours revenir au trésor de la tradition en la réinventant pour la pérenniser. Les musiciens de la cathédrale ont à cœur de composer des messes, des pièces, des psalmodies à l’instar de leurs illustres prédécesseurs, poursuivant ainsi le travail de création et concourant à la vitalité de l’Eglise,
- parce qu’il s’agit de dire quelque chose du mystère insondable de Dieu par le Beau et l’expérience esthétique et de le proposer aux hommes et aux femmes de ce temps soit dans des célébrations liturgiques qui seront de véritables lieux de Rencontre et d’Alliance, soit dans des programmations concertantes thématiques et en lien avec le temps liturgique.

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits