Célébration solennelle devant les reliques de la Passion

Visite de sa Sainteté Alexis II, Patriarche de Moscou et de toute la Russie

Mercredi 3 octobre 2007 à 17h45.

Sa Sainteté le Patriarche Alexis II de Moscou et de toute la Russie s’est rendu à Paris pour rencontrer les chrétiens de France à l’occasion de sa visite au Conseil de l’Europe à Strasbourg. Le Patriarche Alexis II a accepté avec reconnaissance l’invitation de Monseigneur André Vingt-Trois, archevêque de Paris, à se rendre à la cathédrale Notre-Dame de Paris pour y prier au cours d’une célébration solennelle devant les reliques de la Passion.

La veille, 2 octobre, le primat de l’Église orthodoxe russe est intervenu devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe à l’invitation de son président.

Monseigneur André Vingt-Trois, archevêque de Paris, avait déclaré que pour lui et pour les catholiques de Paris ce serait une fierté et une joie que de pouvoir accueillir le Patriarche de Moscou. Il avait souligné que la présence de l’orthodoxie russe en France était déjà ancienne et qu’elle y avait porté de beaux fruits et exprimé l’assurance que cette visite serait un encouragement pour les orthodoxes vivant en France.

Cette visite du Patriarche Alexis II, sa première visite officielle dans un pays occidental, est un signe fort de paix et un encouragement à poursuivre le dialogue entre chrétiens déclarait le Père Richard Escudier (vicaire épiscopal, délégué diocésain à l’œcuménisme) à l’hebdomadaire Paris Notre-Dame
 

Célébration solennelle devant les reliques de la Passion

3 000 fidèles chrétiens, catholiques et orthodoxes, étaient réunis en cette fin d’après-midi dans la cathédrale.
Plus de 300 autorités religieuses ainsi que de nombreux religieux catholiques et orthodoxes étaient présents dans le chœur : cardinaux, archevêques, métropolites, évêques, chanoines, prêtres, pères abbés et prieurs d’abbayes et communautés, moniales et moines, ainsi que des représentants des confessions chrétiennes réformées, le prieur et des frères de la communauté œcuménique de Taizé.
Les autorités civiles s’étaient aussi associées à cet office : nombreux ambassadeurs, membres du corps diplomatique, autorités de l’État Français, de l’Académie française…

Sa Sainteté le Patriarche Alexis II fut accueilli au Portail central de la cathédrale, par Monseigneur André Vingt-Trois, archevêque de Paris, et Monseigneur Patrick Jacquin, recteur-archiprêtre de la cathédrale.
Les chœurs de la Maîtrise de la cathédrale entonnèrent le Laudate Dominum au son duquel la procession s’avança vers le maître-autel ; le Patriarche Alexis II et Monseigneur André Vingt-Trois prirent place devant ce dernier. Monseigneur André Vingt-Trois adressa alors un mot de bienvenue au Patriarche, mot auquel celui-ci répondit tout en s’adressant à l’assemblée des nombreux fidèles réunis à cette occasion qui applaudirent chaleureusement ces deux interventions.
Le Patriarche remit à la cathédrale une icône de la Mère de Dieu de Vladimir qui fut déposée au pied du maître-autel.

JPEG - 140.8 ko
Monseigneur JACQUIN recevant l’icône de la Mère de Dieu offerte à la cathédrale par le Patriarche ALEXIS II le 3 octobre 2007.

©Godong

La Sainte Couronne d’Épines fut ensuite apportée en procession par le doyen du Chapitre Cathédral entouré des chanoines et des chevaliers du Saint-Sépulcre, ayant ensemble la garde statutaire de la précieuse relique. Elle fut déposée sur le maître-autel.
Un extrait de l’évangile de Saint Matthieu relatif à la Passion du Christ (27, 27-31) fut proclamé après l’acclamation de l’Alleluia reprit par toute l’assemblée.

S’en suivit une prière devant la Relique, prière au Christ crucifié :
Le Prêtre orthodoxe : Béni soit notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
Le Chœur russe : Amen. Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi. Roi céleste, Consolateur, esprit de vérité, partout présent et remplissant tout, trésor de biens et donateur de vie, viens, demeure en nous, purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes, toi qui es bonté.
Le Diacre orthodoxe : Le Seigneur est Dieu et il nous est apparu. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Rendez grâces au Seigneur, car il est bon, car éternel est son amour.

Le Chœur russe : Le Seigneur est Dieu et il nous est apparu. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Le Diacre orthodoxe : Ils m’ont entouré comme des guêpes, au nom du Seigneur je les repousserai.
Le Chœur russe : Le Seigneur est Dieu et il nous est apparu. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Le Diacre orthodoxe : Je ne mourrai pas, je vivrai et publierai les oeuvres du Seigneur.
Le Chœur russe : Le Seigneur est Dieu et il nous est apparu. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Le Diacre orthodoxe : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la tête de l’angle. C’est là l’œuvre du
Seigneur. Ce fut merveille à nos yeux.

Le Choeur russe : Le Seigneur est Dieu et il nous est apparu. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Seigneur,
sauve ton peuple et bénis ton héritage. Accorde la victoire à tes fidèles et garde par ta Croix le peuple qui t’appartient. Gloire au
Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen. Par Ta Croix, réjouis Tes fidèles, leur
donnant la victoire ; qu’ils gardent ton alliance, arme de paix, trophée de victoire. Délivre, ô Miséricordieux, tes serviteurs de toute
tribulation, car nous nous réfugions auprès de toi, notre Rédempteur miséricordieux, Maître de tout homme, Seigneur Jésus.

Le Diacre orthodoxe : Prions le Seigneur !
L’Assemblée : Kyrie eleison.
Le Prêtre orthodoxe : Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, Créateur du ciel et de la terre, Sauveur du monde, nous nous
prosternons humblement dans notre cœur devant ta majesté et chantons ta Croix et ta Passion. Nous te rendons grâce, Roi et Dieu, car
tu as bien voulu supporter, en tant qu’homme, des peines, des tribulations, des attaques et des souffrances pour devenir notre soutien et
un Sauveur compatissant en toute affliction, nécessité et agression. Nous savons, Maître tout puissant, que ce n’est pas par contrainte,
mais pour le salut du genre humain que tu as enduré la Croix et la Passion, afin de nous délivrer de l’esclavage de l’ennemi. Comment
pouvons-nous te remercier, Ami des hommes, pour tout ce que tu as souffert pour nous pécheurs ? Notre âme, nos corps et tout le bien
que nous avons sont déjà à toi, comme notre être tout entier. Nous comptons, Seigneur de bonté, sur ta miséricorde infinie, nous chan-
tons ta patience incomparable, nous magnifions ton dépouillement ineffable, nous glorifions ta grâce incommensurable, nous vénérons
ta Passion honorable, nous embrassons tes plaies, en clamant : Aie pitié de nous, pécheurs et fais que ta sainte Croix ne reste pas stérile
en nous. Rends-nous dignes de contempler la gloire de ton Royaume des cieux après avoir communié avec foi à tes souffrances.

L’assemblée : Amen.
Le Diacre orthodoxe : Sagesse !
Le Prêtre orthodoxe : Très Sainte Mère de Dieu, sauve-nous !
Le Choeur russe : Toi plus vénérable que les chérubins et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, qui
sans corruption as enfanté le Verbe de Dieu, toi véritablement Mère de Dieu, nous te magnifions.

Le Prêtre orthodoxe : Gloire à toi, Christ Dieu, notre espérance, gloire à toi !

Le Choeur russe : Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Kyrie eleison, Kyrie eleison, Kyrie eleison. Bénis !

Le Prêtre orthodoxe : Que le Christ notre vrai Dieu, par les prières de sa Mère toute pure, par la puissance de sa précieuse
et vivifiante Croix, par l’intercession de tous les saints, aie pitié de nous et nous sauve, lui qui
est bon et qui aime les hommes.

L’assemblée : Amen.
Le Chœur russe entonna : Nous nous prosternons devant ta Croix, Maître, et nous glorifions ta sainte Résurrection.

Le Notre Père fut chanté en latin et en russe, puis le Patriarche et l’Archevêque s’approchèrent de l’autel pour vénérer la Sainte Couronne d’épines.

Le Chœur chanta alors : Aujourd’hui est pendu
sur la Croix celui qui avait suspendu la terre sur les eaux. Aujourd’hui est ceint d’une couronne d’épines celui qui
est le Roi des anges. Il est revêtu d’un manteau pourpre celui qui avait paré le ciel avec les nuages. Celui qui dans
le Jourdain a libéré Adam est giflé. L’Époux de l’Église est cloué. Le Fils de la Vierge est transpercé par une lance.
Nous vénérons ta passion, ô Christ ; nous vénérons ta Passion, ô Christ, montre-nous ta Sainte Résurrection.

JPEG - 127 ko

©Godong

 

Monseigneur Vingt-Trois invita alors sa Sainteté Alexis II à bénir l’Assemblée.

 

L’archevêque offrit au Patriarche une Nativité en cristal ainsi qu’un ouvrage sur la cathédrale Notre-Dame de Paris en souvenir de son passage en ce haut lieu de chrétienté.
Tous se tournèrent vers la statue de Notre-Dame de Paris et l’on chanta le Salve Regina, antienne mariale qui clôt chaque journée de prière dans la cathédrale de Paris.

 

Accompagné par le grand orgue majestueux de Notre-Dame de Paris, l’ensemble du clergé se rendit en procession dans le déambulatoire Nord, à la chapelle Saint-Denys, pour vénérer l’icône de saint Denys, l’icône du Christ à la couronne d’épines et la Sainte Couronne d’Épines et les autres reliques de la Passion.

 

 

 

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits