Concert : Haydn, Les Sept dernières paroles du Christ en Croix

Mercredi 4 et Jeudi 5 mars 2015 à 20h00

Haydn Les sept dernières paroles du Christ en Croix Hob. Xx:2op.
Mendelssohn Wie der Hirsch schreit, Psaume 42 op. 42

 

Maîtrise Notre-Dame de Paris
Orchestre de Chambre de Paris
Lydia Teuscher soprano
Marie-Claude Chapuis mezzo
Zachary Wilder ténor
Konstantin Wolff basse
Leonardo Garcia Alarcon direction

L’oratorio Les Sept Dernières Paroles de Notre Sauveur sur la croix de Haydn répondait à une commande du chanoine d’une église de Cadix. Chaque Vendredi saint, un office s’y déroulait dans la crypte. L’évêque prononçait alors les sept dernières paroles du Christ en croix. Le chanoine demanda au compositeur sept adagios pour orchestre, précèdes d’une introduction. Le finale devait évoquer le tremblement de terre, à la mort du Christ.

Pour sa part, Schumann considérait le Psaume 42 « Wie der Hirsch schreit » comme le chef-d’œuvre de Mendelssohn. La musique puise sa source dans le classicisme de Bach et annonce déjà l’écriture de Wagner. Un sommet du romantisme choral.

 

Achetez vos places en cliquant ici.

 

Leonardo Garcia Alarcon, direction

Chef d’orchestre, claveciniste, professeur de la classe de Maestro Al Cembalo au Conservatoire de Genève, reconnu comme un des chefs d’orchestre les plus talentueux de sa génération, Leonardo Garcia Alarcon est salué par le public et la presse spécialisée pour ses redécouvertes d’œuvres inconnues du public et pour ses interprétations innovantes d’œuvres connues du répertoire.
Né en 1976 à La Plata, siège de la plus importante université musicale d’Argentine, il a grandi dans une famille d’artistes. Amoureux de la sonorité du clavecin, alors qu’on ne trouvait pas en Argentine d’instruments en état d’être joués, Leonardo Garcia Alarcon arrive à 19 ans à Genève. Parallèlement à sa formation théorique au Centre de Musique Ancienne de Genève, il étudie le métier de claveciniste auprès de Christiane Jaccottet, au Conservatoire. A son contact, il acquiert le certitude que, pour le répertoire baroque, un bon chef doit diriger de son clavecin – être un « maestro al cembalo » selon l’appellation de l’époque.
Passionné par la voix et féru de recherches musicologiques, Leonardo García Alarcón n’a de cesse d’explorer les idéaux esthétiques propres aux musiques baroques latines et de les faire rayonner sur celles du Nord. Le parcours Sud-Nord/Nord-Sud est devenu pour lui un geste de création, et constitue son terrain de travail idéal, lui permettant de se retrouver dans la diversité des langages et des goûts.
Il fonde son propre ensemble Cappella Mediterranea en 2005 à Genève. Depuis 2010, il est également directeur artistique et chef du Choeur de chambre de Namur. Sa discographie à la tête de ces deux ensembles a été unanimement saluée par la critique spécialisée internationale.
En 2010 et pour trois ans, il devient artiste en résidence au Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay, ville dont il est depuis citoyen d’honneur grâce à ses créations qui ont marqué les lieux avant de faire le tour de l’Europe, comme c’est le cas d’ « Il Diluvio Universale » de Michelangelo Falvetti.
En 2014, il devient artiste associé du Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay.
En 2011, il débute une prestigieuse collaboration avec la mezzo soprano Anne Sofie Von Otter avec laquelle il enregistre le disque Sogno Barocco pour Naïve en 2012.
La recréation de l’opéra « Elena » de Cavalli au festival d’Aix en Provence 2013 avec la complicité de Cappella Mediterranea lui vaut des invitations sur les scènes du monde entier et notamment à l’Opéra de Paris en 2016. Il est désormais invité à diriger et à jouer dans les opéras, festivals et salles de concerts du monde entier : Opéras de Paris, Montpellier, Lyon, Nantes, Rennes et Lille, Festival d’Ambronay, Konzerthaus de Vienne, Théâtre Colón de Buenos Aires, Le Grand Théâtre de Genève, Théâtre Zarzuela de Madrid, Concertgebouw d’Amsterdam, Opéra de Montecarlo, Théâtre des Champs Elysées, Wigmore Hall de Londres, Fondation Gulbenkian de Lisbonne, le Festival de la Chaise-Dieu, le Teatro Massimo de Palerme…
Récompensant la carrière d’un artiste emblématique du monde de la musique classique, Leonardo Garcia Alarcon a reçu le Prix Gabriel Dussurget du festival d’Aix en Provence en 2012 ainsi que le prix de la Presse Musicale internationale Antoine Livio en 2013.

 

L’Orchestre de chambre de Paris

L’orchestre autrement !
Depuis sa création en 1978, l’Orchestre de chambre de Paris, avec ses 43 musiciens permanents, s’affirme comme l’orchestre de chambre de référence en France. La forme originale de ses concerts, ses lectures « chambristes » des œuvres, son travail de décloisonnement des répertoires et des lieux comme sa démarche citoyenne en direction de nouveaux publics lui confèrent une identité originale dans le paysage musical parisien tout en assurant son inscription à la Philharmonie de Paris et dans le réseau des grandes formations de chambre internationales.
Après avoir travaillé avec Jean-Pierre Wallez, Armin Jordan, Jean-Jacques Kantorow, John Nelson – directeur musical honoraire – ou encore Joseph Swensen, l’orchestre s’entoure d’une équipe artistique. À sa tête, le chef et violoniste autrichien Thomas Zehetmair, chef principal et conseiller artistique, accompagné de Sir Roger Norrington, premier chef invité, Deborah Nemtanu, violon solo super soliste, et, nouvelle venue, la contralto et chef d’orchestre Nathalie Stutzmann, artiste associée.
L’orchestre poursuit sa complicité avec le chœur de chambre accentus et Laurence Equilbey, et met à l’honneur son compositeur associé, Philippe Manoury. En plus des concerts au théâtre des Champs- Élysées, à la cathédrale Notre-Dame, à la Cité de la musique ou encore au Théâtre du Châtelet, l’Orchestre de chambre de Paris se produit cette saison à la Philharmonie de Paris. Au-delà de la capitale, l’orchestre étend son rayonnement en France et à l’étranger à l’occasion de tournées et de festivals.
Ces dernières années, l’orchestre s’est distingué par plus d’une vingtaine d’enregistrements mettant en valeur les répertoires vocaux, d’oratorio, d’orchestre de chambre et de musique d’aujourd’hui. L’orchestre est porteur d’une démarche citoyenne déclinée autour de quatre engagements : territoire, éducation, solidarité, insertion professionnelle, au travers d’actions culturelles et d’une forte présence territoriale dans le nord-est de la métropole parisienne. Dans le domaine de l’insertion professionnelle et de la formation, il développe des partenariats avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, les étudiants des conservatoires à rayonnement régional et des pôles supérieurs.
L’Orchestre de chambre de Paris reçoit les soutiens de la Ville de Paris, de la DRAC Île-deFrance – ministère de la Culture et de la Communication, de Crescendo, cercle des entreprises partenaires, ainsi que du Cercle des Amis. La Sacem soutient les résidences de compositeurs de l’Orchestre de chambre de Paris. L’orchestre rend hommage à Pierre Duvauchelle, créateur de la marque Orchestre de chambre de Paris, et remercie Alexandre Tharaud pour la cession amiable de cette marque.

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits