Vêpres orthodoxes de la Fête de Saint Denis

Dimanche 5 octobre 2014 à 17h00

Comme il est de tradition pour la fête de saint Denis, nos frères orthodoxes viendront célébrer un office de vêpres dans la cathédrale. Cet office sera présidé par Monseigneur EMMANUEL, Métropolite de France, Exarque Œcuménique et président de l’Assemblée des Évêques Orthodoxes de France, en présence de Monseigneur Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris.

 

Sept ans après la visite du Patriarche Alexis II à Notre-Dame de Paris, nous sommes invités à nous associer à cette prière, signe de paix et de dialogue entre les chrétiens.

Cette tradition fraternelle, maintenant bien établie, des vêpres orthodoxes à Notre-Dame de Paris a été instaurée et suivie annuellement par le Cardinal Jean-Marie LUSTIGER. Attentif au dialogue œcuménique, le Cardinal André VINGT-TROIS, archevêque de Paris, poursuit cette invitation.

 

 

 

 

 

 

Allocution du Métropolite Emmanuel de France

Vêpres orthodoxes à Notre-Dame de Paris, Dimanche 17 octobre 2010

 

Monseigneur,
Messieurs les Chanoines,
Chers frères et sœurs en Christ,

Les traditions ont la dent dure et il en est une qui ne cesse de s’affermir, renforçant l’amitié pour ne pas dire la fraternité, entre l’Orthodoxie et le Catholicisme. La célébration des vêpres orthodoxes en la cathédrale Notre-Dame de Paris n’est pas uniquement un signe de paix rendu au monde, elle configure bien plus tout dialogue entre nos deux églises en France, le plaçant sous le haut patronage de Saint Denys l’Aéropagite. Le choix fait par le Cardinal Jean-Marie Lustiger d’initier l’événement de ce soir, en permettant aux orthodoxes de célébrer des vêpres byzantines, autour de la figure de Saint Denys, n’est pas fortuit.

JPEG - 56.7 ko
Le Cardinal Lustiger et le Métropolite Emmanuel

à Notre-Dame de Paris en 2004. © Godong

Saint Denys, disciple du Saint Apôtre Paul.

Saint Denys, évangélisateur d’Athènes.

Saint Denys, pont entre l’Orient et l’Occident.

Saint Denys, apôtre des Gaules.

En effet, dans la riche hagiographie de Saint Denys l’Aéropagite, il convient de retenir sa formidable aptitude à dialoguer avec les personnes, et les idées de son temps. Répondant aux sophistes, s’opposant aux astrologues, argumentant avec les philosophes, il continua avant tout l’œuvre de l’Apôtre des Nations ainsi que décrite dans le discours de ce dernier devant l’Aéropage. Il proclame que le "Dieu inconnu" des athéniens était celui qu’il venait leur annoncer par une proposition ô combien inconcevable : "nous sommes de la race de Dieu" (Act. XVII, 29) ; et bien plus encore : "en offrant à tous une garantie en ressuscitant des morts les hommes" (Act. XVII, 34).

Aujourd’hui encore, comme à l’époque de Saint Denys, annoncer la Résurrection en tant qu’elle constitue le cœur de la Bonne Nouvelle du Christianisme, demeure "folie". Sans la Résurrection, notre message est aussi vide que notre foi ainsi que ne cesse de la clamer Saint Paul (I Cor. XV, 14). C’est pour cette même foi que Saint Denys donna sa vie après en avoir fait le signe tangible de sa foi.

Orient et Occident célèbrent Saint Denys avec dévotion et révérence. Et nous à sa suite nous devons trouver les mots, les gestes, pour répondre à la même intuition que celle des contemporains de l’Aéropagite. Nous venons vous dire qui est ce Dieu inconnu, celui que vous cherchez sans savoir le nommer, celui que vous entendez du fond de votre cœur, sans pouvoir le reconnaître. Nous vous l’annonçons sans triomphalisme, mais bien avec l’espérance qui est au cœur de notre foi, Jésus-Christ le Ressuscite. C’est par sa résurrection que nous pouvons déclarer que nous sommes de la race de Dieu. À la suite de Saint Irénée de Lyon, Saint Athanase le Grand au IVème siècle viendra étayer la proposition : "Dieu s’est fait homme, pour que l’homme devienne Dieu".

Chers frères et sœurs dans le Seigneur,
Comme nous venons de le dire, la célébration de vêpres orthodoxes dans cette cathédrale, plus qu’une tradition, est devenue un rendez-vous attendu par tous les croyants. Je souhaite remercier son Éminence le Cardinal André Vingt-Trois, de soutenir l’œuvre bienveillante de son prédécesseur le Cardinal
Jean-Marie Lustiger, en nous permettant de poursuivre son initiative. Car, au-delà de nos divisions, ainsi que nous le dit l’évangéliste Jean : "c’est par l’amour que vous aurez les uns pour les autres", l’événement de ce soir en constitue un symbole de premier ordre, "que l’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples" (Jean XIII, 25).

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits