Appel décisif des catéchumènes

Samedi 8 mars 2014 à 10h00 et à 15h00

Aux premiers jours de ce Carême, l’Appel décisif marque le début du cheminement définitif vers le baptême qui aura lieu pour, cette année, plus de 400 adultes lors de la Vigile Pascale dans les paroisses de Paris. La célébration de l’Appel décisif rassemble ces catéchumènes, entourés par leurs responsables de communauté, leurs accompagnateurs, leurs parrains et marraines.

Avec l’Église entière qui les accompagne, ces catéchumènes forment un peuple en marche vers le mystère de Pâques et la grâce du Baptême. Lors de la célébration, chacun est appelé par son nom, parfois un nom nouveau ; chacun signe de son nom les registres des futurs baptisés, qui seront confiés à la prière de l’Église : ces registres sont remis aux communautés contemplatives de Paris. Chacun reçoit l’écharpe violette, que d’autres chrétiens porteront aussi pendant le temps du Carême, en signe de leur désir de conversion. Pour l’Église, l’Appel décisif est le moment où s’exprime la sollicitude qu’elle porte aux catéchumènes.

La célébration de l’Appel décisif, le samedi après les Cendres, et la célébration du Dimanche " in albis ", 2ème dimanche de Pâques, sont les deux moments où tous les baptisés de Pâques, rassemblés par l’Archevêque, peuvent commencer à découvrir leur Église particulière, le Diocèse de Paris.

 

 

Intervention du cardinal André VINGT-TROIS

Frères et Sœurs, Catéchumènes,

Chacune et chacun d’entre vous, à quelque moment de sa vie, s’est trouvé dans la situation de Bartimée, le fils de Timée, mendiant, aveugle au bord du chemin, et pas seulement pour quelques instants mais parfois pour de longues années.

Chacune et chacun d’entre vous a porté dans sa conscience, dans son cœur, dans son esprit, différentes souffrances de sa vie, différents espoirs. Bien sûr, tout au long de ces années vous n’étiez pas sans savoir que quelqu’un passait au milieu de la foule qui vous entourait, vous n’étiez pas sans connaître le nom de Jésus, ou au moins la trace de son souvenir historique, mais avant que vous ayez pu concevoir que Jésus de Nazareth pouvait représenter pour vous une espérance, il a fallu que se creuse en vos cœurs le désir de le connaître.

Pour différentes raisons qui vous sont propres, est arrivé un moment dans votre vie où sa présence, son passage, se sont faits plus proches. Il était là, tout à côté de vous, soit par l’écoute d’une parole de l’Évangile, soit par le sentiment d’une présence à travers votre prière, soit par la médiation de telle ou telle personne de votre entourage. Bref, Jésus n’était plus seulement Jésus de Nazareth qui a vécu il y a deux mille ans, il était Jésus, le Christ, le Seigneur, vivant, aujourd’hui. Et chacune et chacun d’entre vous sait quelle force il a fallu surmonter et déployer pour passer de cet état d’attente à l’état d’appelant, Jésus, « Fils de David, ait pitié de moi » (Mc 10, 48).

Combien d’autres solutions a-t-il fallu essayer pour s’en sortir sans lui ? Non seulement vous avez pu fréquenter les horoscopes, les visionnaires, les charlatans, les gens qui ont tous une solution pour vous…, sauf qu’elle ne s’applique jamais ! Vous avez tous pu essayer par vos propres moyens de construire quelque chose sans jamais aboutir à un résultat. Il a fallu que ce vide en vos cœurs se creuse pour qu’un jour vous ayez le courage de crier : Jésus, « Fils de David, ait pitié de moi », et ce cri vous l’avez exprimé d’abord dans le secret de votre cœur, ensuite peut-être dans une prière plus extériorisée. C’est bien de parler de Jésus, Christ et Seigneur ! Mais où est-il en ce temps ? Où est-il en ce monde ? Y a-t-il quelque part un lieu, un peuple, une communauté qui puisse être le signe de sa présence ? Quand vous avez commencé à répondre à cette question, votre cri s’est transformé en une démarche : vous avez eu assez de désir et de force pour franchir le seuil d’une église, non seulement pour y trouver le calme et le recueillement si difficiles à rencontrer dans notre monde, mais pour y rencontrer quelqu’un, pas simplement la présence confuse de Jésus au secret de votre cœur, mais quelqu’un qui puisse vous parler de Lui, quelqu’un qui puisse être pour vous l’intermédiaire, non pas pour vous faire taire - comme beaucoup de gens autour de Jésus voulaient faire taire le fils de Timée -, mais au contraire pour vous dire : « confiance, lève-toi ; il t’appelle » (Mc 10, 49). Le jour où cette parole de confiance a répondu à votre cri de pitié, le chemin qui vous conduisait à la rencontre du Christ s’est ouvert devant vous, c’était la manière dont le Christ vous disait : « que veux-tu que je fasse pour toi ? » (Mc 10, 51).   Et vous avez répondu à cette question du Christ en disant : « Rabbouni, que je voie » (Mc 10, 51), que je connaisse les chemins du Seigneur, que je connaisse la force de Dieu, que je connaisse la paix de la réconciliation. C’est à cette réponse que correspond le chemin dans lequel vous vous êtes engagés pour rencontrer le Christ, non seulement dans l’incertitude de votre prière personnelle, mais avec la garantie sacramentelle de l’Église. Il vous appelle pour recevoir les sacrements de sa présence, de sa force, de sa lumière, de sa vie, le sacrement du baptême, le sacrement de la confirmation et le sacrement de l’eucharistie.

Ainsi, en partant d’une expérience tout à fait particulière et unique, celle de chacune et de chacun d’entre vous, et que personne d’autre n’a vécu à votre place, en partant de cette expérience profonde, qui a pu être faite de désarroi, de souffrance, ou tout simplement du désir de voir votre vie trouver la plénitude de ses possibilités, vous avez été conduits à vous tourner vers le Christ, vous êtes engagés dans un chemin où la rencontre du Christ est indissociable de la participation à la vie de l’Église. Et c’est par ce chemin que peu à peu vous avez appris à connaître non plus simplement une figure lointaine, mais la figure concrète de Jésus de Nazareth tel que nous le révèlent les évangiles, sa présence par la puissance de son Esprit, son geste, sa parole, « que veux-tu que je fasse pour toi ? ». C’est en cheminant progressivement dans cette Église que vous avez découvert que la communion avec le Christ est indissociable de la communion avec le peuple de ceux qui le suivent et qui continuent de le chercher, indissociable de la communion avec les frères que constituent ses disciples. C’est ainsi que vous vous êtes levés et que vous avez commencé à suivre Jésus sur la route.

Aujourd’hui, au nom de l’Église, comme responsable principal du diocèse de Paris, chargé du ministère des Apôtres pour annoncer la Bonne nouvelle et accueillir les nouveaux disciples du Christ, je vais appeler chacun et chacune d’entre vous pour l’ultime étape qui va le conduire au baptême, à la confirmation et à l’eucharistie. Le chemin que vous avez parcouru plus ou moins longtemps, de façon plus ou moins chaotique, de façon plus ou moins claire, ce chemin aujourd’hui je l’authentifie et je le reconnais comme le chemin par lequel Dieu a voulu vous conduire jusqu’à la foi.

Pendant ces quarante jours qui nous séparent de la célébration de la Pâque où vous serez baptisés dans l’Esprit Saint, vous allez franchir les ultimes étapes du combat spirituel commencé à travers votre chemin catéchuménal. C’est une grande joie de vous recevoir et de vous accueillir, non seulement pour moi, mais pour l’Église de Paris, et à travers elle pour l’Église toute entière. Au moment où beaucoup s’interrogent pour savoir quel est l’avenir de l’Église, moi je m’interroge pour savoir combien d’hommes et de femmes resteront aveugles à la vie du Christ présent en notre monde. Et cette vie du Christ présent en notre monde, vous allez en être les témoins et les signes par votre participation à la vie des disciples du Christ. Nous vivons donc un moment plein de reconnaissance pour ce que Dieu vous a donné, un moment plein de force pour la décision que vous avez prise, un moment plein d’espérance pour ce que Dieu accomplira avec vous à travers votre vie.

Amen.

† André, cardinal VINGT-TROIS
archevêque de Paris

 

JPEG - 94.1 ko

© Yannick Boschat

 

Dimanches de Carême à Notre-Dame de Paris

Samedi :

- 17h45 : Offices des premières Vêpres du dimanche de Carême
- 18h30 : Messe anticipée du dimanche de Carême

 

Dimanche :

- 8h30 : Messe du dimanche de Carême
- 9h30 : Offices des Laudes du dimanche de Carême
- 10h00 : Messe grégorienne du dimanche de Carême
- 11h30 : Messe internationale du dimanche de Carême
- 12h45 : Messe du dimanche de Carême

- 16h30 : Conférence de Carême
- 18h00 : Office des Vêpres du dimanche de Carême
- 18h30 : Messe du dimanche de Carême célébrée par le cardinal André VINGT-TROIS, archevêque de Paris

 

Semaine Sainte et Pâques 2014 à Notre-Dame de Paris

L’accès à la cathédrale, lieu de culte catholique romain, est libre et gratuit. Pour assister à l’une des nombreuses célébrations liturgiques de la cathédrale (messes, offices…), il vous suffit de vous joindre à l’assistance quelques minutes avant le début de la célébration. La participation aux célébrations liturgiques est publique et gratuite, aucune réservation n’est nécessaire ni possible. Il est simplement conseillé d’arriver 15 à 20 minutes à l’avance.
Participation in liturgical celebrations is open to the public and free of charge, it is not necessary and not possible to make a reservation. To attend services, please take any seat in the nave 15 to 20 minuts before services.

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits