Installation du portrait de San Juan Diego Cuauhtlatoatzin en la cathédrale Notre-Dame de Paris

Mercredi 25 septembre 2013 à 18h15

Le mercredi 25 septembre prochain, au cours de la messe de 18h15, le portrait de San Juan Diego Cuauhtlatoatzin sera installé dans la chapelle de Notre-Dame de la Guadalupe.

Biographie de San Juan Diego Cuauhtlatoatzin

Saint Juan Diego Cuauhtlatoatzin, que Jean-Paul II canonisa le 31 juillet 2002 dans le sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe, est un indios né en 1474, dont le nom signifie aigle qui parle.

Il était d’humbles origines mais non esclave. Il possédait un terrain sur lequel il habitait, et fabriquait des couvertures qu’il vendait.

A la suite de la prédication faite aux indios par Frère Toribio de Benavente, entre 1534 et 1525, Cuauhtlatoatzin se convertit au christianisme avec sa femme. Ils reçurent les noms de Juan Diego et María Lucia, et lorsque celle-ci mourut en 1529, Juan Diego se déplaça de Tolpetlac à Tenochtitlán, avec son oncle Juan Bernardino, à 14 km de l’église de Tlatilolco.

Le 9 décembre 1531, au cours d’une marche, alors qu’il traversait bois et villages pour regagner sa maison de Tenochtitlán, la Vierge lui apparut pour la première fois, en un lieu depuis appelé Capilla del Cerrito, lui parlant dans sa langue, le náhuatl. Marie lui demanda d’y bâtir un sanctuaire en son honneur, afin qu’elle puisse offrir amour, aide et compassion aux habitants du lieu. Sur ordre de la Vierge, Juan Diego avertit son évêque qui demanda une preuve pour le croire.

Trois jours plus tard, la Vierge apparut à nouveau à Juan Diego pour lui dire de monter au sommet du Tepeyac, où il devait trouver des roses de Castille à porter à l’évêque, alors qu’elles ne fleurissaient pas à cette saison. Lorsqu’il remit ces fleurs au prélat, une image de Marie apparut miraculeusement sur le manteau dans lequel il avait recueilli les roses. C’est cette image que l’on vénère depuis presque 500 ans dans le sanctuaire de la Guadalupe.

Juan Diego mourut en 1548, à 74 ans, devenant l’un des sujets de la dévotion populaire latino-américaine. En 1737, Notre-Dame de Guadalupe fut proclamée Patronne du Mexique, et en 1910 des Amériques, et en 1935 enfin, des Philippines. Jean-Paul II a élevé le bienheureux Juan Diego a la gloire des autels en 1990.

Le sanctuaire actuel de Notre-Dame de Guadalupe (qui a vaincu le serpent) se trouve à 15 km du centre de Mexico, face à l’ancien, utilisé jusqu’au milieu du XX siècle. Lorsque cet édifice devint un danger pour les fidèles, la Conférence épiscopale mexicaine décida la construction d’une nouvelle Basilique, dont la première pierre fut posée le 12 décembre 1974. L’oeuvre fut inaugurée deux ans plus tard.

Notre-Dame de Guadalupe est maintenant le sanctuaire marial le plus grand et le plus visité du monde (20 millions de pèlerins l’an). Extérieurement il ressemble à une tente circulaire dans le désert, en mémoire du tabernacle dressé par Moïse au pied du Sinaï. Il est recouvert de cuivre dont le vert rappelle le manteau de la Vierge de Guadalupe. Le pilier central, qui est recouvert de cèdre doré, conserve le manteau de Juan Diego et l’image de Marie.

 

Discours de Mme Ana Rita Valero de Garcia Lascurain

En 1938, Il y a donc 75 ans, le Vénérable Episcopat Mexicain et le Chapitre de Guadalupe entamaient les démarches en vue de couronner la Sanctissime Vierge de Guadalupe à Paris.

Leurs Excellences don Luís María Martínez, archevêque de Mexico et don José Garibi, de Guadalajara, avaient alors adressé une demande à Sa Sainteté Pie XII, la priant d’autoriser le couronnement de la Guadalupe en la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Le Saint-Père avait alors exprimé son consentement par une lettre au Cardinal de Paris, le Très Eminent Monseigneur Jean Verdier afin qu’il apporte son aide à la réalisation du projet mexicain. Cependant, la seconde guerre mondiale donna un coup d’arrêt à ce projet.

En 1948, la paix revenue, le nouvel archevêque de Paris, Monseigneur Emmanuel Suhard prit contact avec don Luís María Martínez, et la date du 26 avril 1949 fut retenue pour ce couronnement tant attendu.
En raison de l’importance de l’évènement, deux commissions furent nommées, une en France et une au Mexique, chargées de toute l’organisation et de la mise au point du protocole de réception des personnalités qui viendraient d’Amérique et d’Europe.

La fabrique de mosaïques du Vatican fut chargée de réaliser une image de la Vierge au format exact de l’original sacré. Cette image, bénie à Rome par Sa Sainteté Pie XII, alors qu’il célébrait son jubilée d’or sacerdotal, fut le cadeau du Chapitre de Guadalupe à la France.
L’abbé de Guadalupe, don Feliciano Cortés, imagina une couronne en or 18 carats agrémentée de perles et d’émeraudes que réalisèrent les Frères Mellerio, joailliers à Paris, considérés comme les meilleurs de l’époque.

La cérémonie fut présidée par Monseigneur le Cardinal Emmanuel Suhard, accompagné de don Luís María Martínez, en présence du Nonce Apostolique, l’Excellentíssime Monseigneur Angelo Roncalli, futur Pape Jean XXIII.
Aux côtés de ces si honorables dignitaires, 16 archevêques et évêques de France, 20 prélats de différents pays, des représentants de différents Ordres et Congrégations religieuses ainsi que le Chapitre de Notre-Dame de Paris assistèrent à la cérémonie.

Au nom de l’Episcopat Mexicain, les évêques Pío López, Abraham Martínez, Alfonso Escalante et le très illustre Chapitre de Guadalupe emmené par son Secrétaire Monseigneur Gregorio Aguilar, en l’absence de l’Abbé don Feliciano Cortés, participèrent à la cérémonie.

Monsieur Río Cañedo, Ambassadeur du Mexique en France était présent, accompagné de membres du corps diplomatique.
Notons également la présence du président de l’Assemblée Municipale de Paris, M. Pierre de Gaulle, frère du futur Président Charles de Gaulle.

A la suite de cette cérémonie, Monsieur Robert Schuman, Ministre des Affaires Etrangères de la France agissant au nom du Gouvernement Français, rendit hommage à l’Episcopat et au Peuple Mexicains en décorant don Luís María Martínez de la Légion d’Honneur.

On se rend compte que le couronnement de la Sanctissime Vierge de Guadalupe à Notre-Dame de Paris fut un évènement historique de première importance qui eut pour résultat la propagation de la dévotion guadalupéenne en Europe à partir de la France, fille aînée de l’Eglise.

Mais Juan Diego était absent...
Une dette courait toujours envers San Juan Diego Cuauhtlatoatzin.

C’est pour cela, pour combler cette omission, qu’après la canonisation de San Juan Diego Cuauhtlatoatzin, le prêtre et Docteur en Histoire Eduardo Chávez et le Père José Luís Guerrero Rosado ont oeuvré.

Ainsi, le très Illustre Monseigneur Patrick Jacquin, Recteur de la Cathédrale Notre Dame de Paris, et son pair du Sanctuaire de San Juan Diego Cuauhtlatoatzin, Monseigneur Diego Monroy Ponce ont pu prendre la décision d’introniser aujourd’hui, 25 septembre 2013, une image du Saint Mexicain qui tiendra compagnie à la Sanctissime Vierge en sa demeure parisienne, ceci pour le plus grand bonheur de tous les dévots des deux continents.

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits