Messe d’action de grâce à l’occasion des 75 ans de Monseigneur POLLIEN

Samedi 29 septembre 2012 à 18h30

Le Pape Benoît XVI, a accepté la démission de la charge d’évêque auxiliaire de Paris de Monseigneur Michel Pollien, fonction qu’il occupait depuis 1996, successivement auprès du cardinal Jean-Marie Lustiger puis du cardinal André Vingt-Trois.

En ce jour de la fête de saint Michel, une messe d’action de grâce pour son ministère à Paris et à l’occasion de ses 75 ans sera célébrée par le cardinal André Vingt-Trois.

 

Biographie

Né le 22 août 1937, Michel Pollien est évêque auxiliaire de Paris depuis 1996.

Il entre au séminaire des vocations tardives de Morsang sur Orge, avant de compléter sa formation au Séminaire Saint-Sulpice d’Issy les Moulineaux. Il est ordonné prêtre pour le diocèse de Paris le 26 juin 1966.

Nommé Vicaire à Sainte-Marie des Batignolles (1966-1968), ainsi qu’à Notre-Dame-de-la-Gare, il se retrouve en Mission ouvrière dans le sud de Paris. De 1968 à 1978, il est aumônier d’Action Catholique spécialisée (ACO-JOC). En 1978, il est nommé curé de la Paroisse Saint-Jacques-Saint-Christophe de La Villette puis doyen du 19ème arrondissement. Nommé vicaire épiscopal décanal en 1982, il devient vicaire général du diocèse de Paris en 1987. Le 11 octobre 1996, à Notre-Dame de Paris, Michel Pollien est ordonné évêque auxiliaire du diocèse de Paris par le cardinal Jean-marie Lustiger alors archevêque.

Monseigneur Michel Pollien est membre du Conseil pour les mouvements et associations de fidèles au sein de la Conférence des évêques de France.

 

Allocution de Monseigneur Michel POLLIEN

A la fin de la célébration, Monseigneur Michel POLLIEN, très ému, prononça ces quelques mots.

JPEG - 108.8 ko
Monseigneur Michel POLLIEN prononçant son allocution à la fin de la célébration.

À ses côtés, Monseigneur Patrick CHAUVET, doyen du Chapitre cathédral. © M.-C. Bertin

Le 25 juin 1966, l’Eglise m’appelait à être prêtre, dans cette Cathédrale.
Le 11 octobre 1996, ici-même, je recevais l’ordination épiscopale par le cardinal Lustiger, avec Eric Aumônier.
A la fin de cette ordination, il convenait que je dise un mot.
Je cherchais à conclure et dans l’émotion qui m’envahissait, je me souviens de n’avoir pu dire que ces quatre mots : Je vous aime tous.

Je lis dans le Cantique d’Isaïe, au chapître 40 : « Comme un berger qui fait paître son troupeau, ses bras le rassemblent. Il porte ses agneaux sur son cœur. Il mène au repos ses brebis ».
C’est bien dans cette conviction que j’ai vécu mon ministère épiscopal.

Mes 75 ans accomplis, selon le vœu de l’Eglise, j’ai donc remis ma charge d’évêque auxiliaire entre les mains du Pape Benoît XVI.

Ce soir, à la fraternelle demande du cardinal Vingt- Trois,je rends grâce à Dieu de tout ce qu’il m’a été donné de vivre, d’être et d’aimer.

Je remercie mes frères évêques, ceux qui m’ont accompagné dans mes premiers pas ; je remercie tous mes frères prêtres et diacres, sans qui je n’aurai pas pu faire grand-chose.

Mais surtout, je rends grâce à Dieu pour le peuple qu’Il m’a confié : ces laïcs, jeunes et vieux, rencontrés et accompagnés dans les communautés paroissiales comme dans les mouvements.
De tout mon cœur, j’ai voulu faire et j’ai tout fait pour que ces laïcs soient au cœur de ce monde, témoins de l’amour de Dieu pour chacun, mais qu’ils restent avec tous les hommes d’aujourd’hui quels qu’ils soient, compagnons d’humanité.

Votre présence ce soir me va droit au cœur et en vous voyant toutes et tous, le Cantique de Marie prend vraiment pour moi toute sa dimension : Le Seigneur fit pour moi des merveilles, et à cause de cela, je proclame : Saint est Son nom.

L’émotion et la fatigue ne me permettent pas de dire beaucoup plus, mais ce soir encore, j’éprouve le besoin de vous dire à nouveau : En Dieu, je vous aime tous.

Au jour de mon ordination épiscopale, j’ai aussi été nommé, et je le reste, évêque de Pulcherriopoli : siège ancien et historique.
Pulcherriopoli, on peut tout aussi bien traduire par « la belle ville ». Certains, avec humour, m’ont donc félicité d’être évêque de « Belleville ». Quoiqu’il en soit, je reste évêque de Pulcherriopoli, dans cette belle ville et ce beau diocèse qu’est Paris.

Je remercie le cardinal Vingt-Trois de bien vouloir m’y accueillir.

En la Cathédrale Notre-Dame de Paris, le 29 septembre 2012,

+ Michel Pollien.

JPEG - 88.2 ko

© M.-C. Bertin

 

« Je reste marqué par Christifideles Laici »

Propos recueillis par Claire Le Guen pour la Conférence des Évêques de France.

Claire Le Guen : Vous avez été nommé évêque auxiliaire du cardinal Lustiger. En quoi a-t-il marqué votre ministère ?
Monseigneur Michel Pollien : Incontestablement, c’est le cardinal Jean-Marie Lustiger qui, m’ayant appelé, m’a aidé à construire mon ministère épiscopal. Il m’a laissé une grande et fraternelle liberté de le vivre, dans une confiance pour laquelle je le remercierai toujours. J’ai plutôt un parcours un peu particulier et un peu spécifique, lié à l’Eglise en mouvements, à toute une époque post-conciliaire. Il m’a aidé à construire mon épiscopat tout en le respectant dans son originalité.

CLG : Vous étiez très en lien avec le monde ouvrier. Comment a-t-il évolué ?
Mgr MP : Le monde ouvrier s’est beaucoup diversifié mais il existe encore aujourd’hui. Une masse de gens travaille dans la précarité. Certains n’ont pas de boulot, d’autres vivent avec peu d’avenir. Cette situation nous renvoie à l’attention que l’Eglise a toujours portée aux plus fragilisés dans la société.

CLG : Est-ce qu’une parole vous aide à traverser l’épreuve de la maladie ?
Mgr MP : Je dirais : « Ma grâce te suffit » (2 Corinthiens 12, 9). Mais c’est assez difficile d’accueillir cette épreuve. Mon handicap limite beaucoup ce que je souhaiterais faire à la sortie d’une vie intense vécue dans le diocèse de Paris et dans mes responsabilités. J’aurais aimé continuer dans une vie dense personnelle et apostolique.

CLG : Que direz-vous aux Parisiens lors de la messe du 29 septembre ?
Mgr MP : Ce que je leur ai dit quand j’ai été ordonné évêque : je les aime profondément ! Je voudrais témoigner de cette amitié et de cet amour que j’ai vécus, du bonheur de vivre ce ministère qui m’a été confié par l’Eglise, en signe de l’amour de l’Eglise pour les hommes. Je dirai ce qui a compté dans ma vie : la vie sacerdotale vécue avec les autres prêtres et les autres évêques, mais surtout la présence dans le monde des baptisés laïcs. Je reste marqué par Christifideles Laici (1988), sur la vocation et la mission des laïcs dans l’Eglise et dans le monde. C’est pour moi une source essentielle.

JPEG - 84.6 ko

© Yannick Boschat

 

Aux prêtres et aux diacres de Paris

Paris, le 1er septembre 2012

Chers amis,

Le 22 août de cette année, Mgr Michel Pollien a atteint son soixante-quinzième anniversaire. Conformément aux dispositions du code de droit canonique, il a présenté au Saint Père sa démission de sa charge d’évêque auxiliaire. Le Pape l’a acceptée le 31 août.

En peu de mots, il est difficile d’exprimer à Mgr Pollien la reconnaissance du diocèse, tellement sa vie sacerdotale a été riche en missions diverses. Après avoir été vicaire à Sainte-Marie des Batignolles puis à Notre-Dame de la Gare, il a participé pendant six ans à l’équipe interdecanale de la Mission Ouvrière de Paris-Sud. De 1978 à 1988, il a été curé de St. Jacques-St. Christophe de la Villette. Depuis 1987 il est Vicaire Général du diocèse de Paris, vingt-cinq ans déjà ! Il est devenu évêque auxiliaire en 1996. Ces quelques repères historiques suffisent à rappeler la grande richesse de l’expérience pastorale de Mgr Pollien. Beaucoup de chrétiens et de prêtres ont profité de sa grande proximité, de sa vigilante attention et de son extrême disponibilité.

Pour le cardinal Lustiger, comme pour moi-même depuis sept ans, il a été un soutien précieux dans le gouvernement du diocèse. Depuis quelques années, il consacrait son ministère à l’accompagnement des prêtres âgés et malades. Ils savent avec quelle délicatesse.

Pour exprimer notre action de grâce et notre reconnaissance, j’invite tous ceux qui le peuvent à se joindre à la célébration eucharistique que je présiderai le samedi 29 septembre à 18h30 à Notre-Dame de Paris.

En vous souhaitant une bonne rentrée, je vous assure de mes sentiments cordiaux.

† André cardinal VINGT-TROIS
Archevêque de Paris

 

JPEG - 88.2 ko

© M.-C. Bertin

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits