Mission Métropoles

"Hosanna dans la ville"

Du vendredi 30 Mars au dimanche 1er Avril 2012

« Hosanna dans la ville ! » sera le point d’orgue de Mission Métropoles, projet à l’initiative du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, qui aura lieu simultanément dans 12 grandes villes d’Europe pendant le carême 2012.

 

Depuis plusieurs années, les catholiques parisiens multiplient les occasions de rencontre avec leurs contemporains pour rappeler le sens des grandes fêtes et témoigner de leur foi : Holywins à la Toussaint, le Parvis des Gentils en mars 2011, Mission Notre-Dame à l’Ascension, Missions de Noël, chemins de croix dans les rues, pèlerinage fluvial le 15 août, etc.

« Hosanna dans la ville ! », ce sera 3 jours d’animations avec plus de 1000 témoins disponibles pour accueillir les visiteurs, partager leur foi et leur joie de vivre en chrétien. Ils offriront des rameaux bénis, des évangiles selon St Marc et inviteront chacun à découvrir les grandes étapes de la Semaine Sainte et l’espérance de Pâques.

Cette grande mission sera animée par le diocèse de Paris, en particulier par le Séminaire de Paris, par la cathédrale Notre-Dame de Paris, par les paroisses St-Séverin et St-Louis en l’Ile, les communautés de l’Emmanuel, du Chemin Neuf et Aïn Karem et le mouvement Anuncio. Les néophytes et les catéchumènes et de jeunes lycéens se joindront aussi aux missions d’évangélisation.

 

ÉVÉNEMENTS À NOTRE-DAME DE PARIS ET SUR LE PARVIS

Dans la Cathédrale

Accueil, prière, confessions, et messes des Rameaux et de la Passion tout au long du week-end.

- Vendredi 30 mars 2012
Office de la vénération de la couronne d’épines à 15h00.
Bol de riz géant, à 19h30, inscription en ligne. Une participation de 5 € minimum sera demandé, elle sera destinée à la construction de l’église Notre-Dame de Galilée à Boukeia.
Veillée de prière sous la présidence du cardinal André Vingt-Trois, à 20h30. Au cours de la veillée : vénération des reliques de la sainte Couronne d’épine et hymne « Acathiste à la Mère de Dieu » chantée par le chœur des Séminaristes Russes de Paris.
Cette veillée sera retransmise en direct sur KTO, Télévision catholique, et sur Radio Notre Dame.

- Samedi 31 mars 2012
Concert de la maîtrise de Notre-Dame de Paris à 20h15.
Ce concert sera retransmis en direct sur KTO, Télévision catholique.

- Dimanche 1er avril 2012
Petit déjeuner servi aux sans abris par l’Ordre de Malte à 8h30, comme chaque dimanche à Notre-Dame d’octobre à Avril.
Conférence de Carême suivie d’un débat avec Andrea RICCARDI, Fondateur de la Communauté de Sant’Egidio, à 16h30.

 

Sur le parvis

- Un podium et plusieurs tentes à thème seront disposés sur le parvis : un « coin-café », un stand relayant des projets de solidarité à soutenir en ce début de semaine sainte, un espace de jeux pour les enfants, des lieux de discussions sur la famille et un espace de questions sur la foi.

Concerts sur le parvis :
- Vendredi 30 mars 2012
15h30 : Diana Hamilton (Gospel)
18h00 : Ronah Hartner (Jazz Tzigane)
- Samedi 31 mars 2012
12h30 : Cruz (Pop rock)
14h45 : Anuncio (Pop Louange)
17h15 : Light Singers (Gospel)
- Dimanche 1er avril 2012
13h30 : Gueule d’anges (Pop)
15h30 : Family One (Gospel)

 

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

 

Homélie du Cardinal Vingt-Trois
Veillée de prière dans le cadre de Mission Métropole 2012

Il est difficile d’annoncer un Messie crucifié. La mission de l’Eglise ne s’appuie jamais sur la supériorité de ses moyens humains, mais sur la Parole de Dieu, inspirée par l’Esprit Saint dans le cœur de pauvres pécheurs.

Ga 4, 4-7 ; Ps 40 ; Jn 19, 25-27

Frères et Sœurs,

Ne croyez pas qu’il soit facile d’annoncer un Messie crucifié ! Ne croyez pas qu’il soit facile de montrer Jésus en croix comme le signe du salut ! Ne croyez pas qu’il soit facile aux hommes de reconnaître la vie dans ce signe de mort ! Saint Paul, au long de ses voyages à travers le Bassin Méditerranéen, a souvent été confronté à cette difficulté d’annoncer un Messie crucifié : « scandale pour les Juifs, folie pour les païens » (1 Co 1, 23).

Tous, tous les hommes sont à la recherche de celui qui peut leur apporter le bonheur. Tous veulent trouver celui qui pourra dominer les forces mauvaises qui abiment le monde, les puissances qui détruisent l’univers et broient les âmes et les cœurs. Mais tous, ils attendent celui qui va maitriser le monde à la manière dont ils comprennent la maitrise du monde. Ils cherchent un tout-puissant qui écrase ses ennemis.

Dans l’Évangile, à plusieurs reprises, les disciples eux-mêmes entendent Jésus annoncer qu’il va à Jérusalem pour y être crucifié, pour mourir et pour ressusciter. Mais ils ne comprennent pas. Ils ne peuvent pas concevoir que la victoire sur le péché et sur la mort passe par l’offrande que Jésus fera de sa vie. De même, la petite foule des hommes et des femmes groupés sur le Golgotha, au moment de la crucifixion, ne pouvaient pas imaginer que la condamnation et l’exécution de Jésus n’était pas la signature de son échec, mais le premier pas de sa victoire. Ils se moquaient de lui. Ils le provoquaient : « S’il est le Christ de Dieu qu’il se sauve lui-même ! » (Lc 23, 35) ; « S’il est le roi d’Israël, qu’il descende maintenant de la croix et nous croirons en lui » (Mt 27, 42). Nous-mêmes, dans ces jours où nous vivons la longue méditation de la Passion du Christ, nous sommes confrontés à cette tentation : croyons-nous vraiment que l’amour jusqu’à l’extrême et jusqu’au don de sa propre vie est victorieux du malheur et de la mort ?

Sans doute ne pouvons-nous pas venir seuls au pied de la croix. Nous ne pouvons pas regarder seuls le Christ crucifié si nul ne nous tient la main et nous permet d’ouvrir les yeux et le cœur. Marie, au pied de la croix, traverse l’épreuve que vit son Fils. Au pied de la croix, elle représente l’humanité elle-aussi éprouvée par la mort. Le disciple que Jésus aimait est la figure de l’humanité en attente, dont les yeux sont encore voilés sans pouvoir comprendre complètement ce qui se passe. Jésus confie le disciple qu’il aimait à sa mère. Il nous confie nous aussi à sa mère, pour qu’elle se tienne à nos côtés quand nous nous tournons vers le Christ crucifié. Et Jésus confie sa mère au disciple qu’il aimait pour que l’Église prenne soin de celle qui allait rester seule.

Missionnaires d’Hosanna dans la ville, à l’appel de l’Église, vous vous efforcez, d’annoncer un Messie crucifié pendant ces trois jours. Vous voulez témoigner que le sacrifice du Christ est un signe éclatant de l’amour de Dieu, et non pas le signe dégradant de l’indifférence de Dieu à l’égard de son Fils. Vous faite vôtre cette parole de Jésus : « Celui qui veut me suivre, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » (Mt 16, 24). Vous ne cherchez pas à prouver que vous êtes plus forts, plus saints ou plus croyants que les autres. Vous annoncez plutôt que, dans votre faiblesse, votre péché et les questions qui habitent votre cœur, vous êtes soutenus par la Vierge pour accueillir, comme elle, la puissance de l’Esprit et devenir capable de prononcer les mots de Dieu. Vous n’êtes pas invités à une entreprise de propagande ou de démarchage toute humaine, mais à une entreprise de foi. Ce que Dieu peut réaliser à travers notre faiblesse, il peut le réaliser dans le cœur de tout homme. Pour tous ceux et celles que vous rencontrez sur le parvis de la cathédrale ou dans les alentours, et qui seront surpris peut-être de vous voir si heureux d’être témoins d’un Messie crucifié, vous apprenez peu à peu à devenir témoins de la puissance de l’Esprit qui a relevé le Christ d’entre les morts, et qui nous a délivrés de la mort par notre baptême.

Ce n’est donc pas une forme de recherche morbide qui nous conduit à vénérer les signes de la Passion : la couronne d’épines, un morceau de la vraie croix, un clou. Nous puisons dans notre foi la conviction que celui qui a été mis à mort est ressuscité pour notre Salut, et qu’il a envoyé son Esprit Saint sur ses disciples pour étendre la mission de l’Église à la terre entière. Aussi, en nous approchant pour vénérer la Sainte Couronne d’épines, nous avançons avec humilité, pour que notre démarche exprime le désir de notre cœur, pour qu’elle nous permette de grandir dans la foi et nous fortifie dans la capacité de devenir témoins de la Bonne Nouvelle.

Amen.

+ André cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris

 

Semaine Sainte et Pâques 2012 à Notre-Dame de Paris

L’accès à la cathédrale, lieu de culte catholique romain, est libre et gratuit. Pour assister à l’une des nombreuses célébrations liturgiques de la cathédrale (messes, offices…), il vous suffit de vous joindre à l’assistance quelques minutes avant le début de la célébration. La participation aux célébrations liturgiques est publique et gratuite, aucune réservation n’est nécessaire ni possible. Il est simplement conseillé d’arriver 15 à 20 minutes à l’avance.
Participation in liturgical celebrations is open to the public and free of charge, it is not necessary and not possible to make a reservation. To attend services, please take any seat in the nave 15 to 20 minuts before services.

- Dimanche des Rameaux et de la Passion 1er avril 2012 : Office et Messes avec Rituel d’ouverture des portes de la cathédrale, Bénédiction des rameaux, Lecture de la Passion, Conclusion du cycle de Conférences de Carême
- Mardi Saint 3 avril 2012 : Concert de le Semaine Sainte
- Mercredi Saint 4 avril 2012 : Messe chrismale
- Jeudi Saint 5 avril 2012 : Office des Ténèbres, Messe en mémoire de la Cène et Procession au reposoir
- Vendredi Saint 6 avril 2012 : Office des Ténèbres, Vénération de la Sainte Couronne d’Épines, Office Choral, Chemin de Croix, Office de la Passion
- Samedi Saint 7 avril 2012 : Office des Ténèbres, Vigile pascale
- Dimanche de Pâques 8 avril 2012 : Offices, Messes

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits