Ouverture de la saison de concerts 2011-2012

Concert "Salve Regina"

Mardi 4 octobre 2011 à 20h30

Maîtrise Notre-Dame de Paris
Grand orgue : Olivier LATRY
Orgue de chœur : Yves CASTAGNET
Direction Lionel SOW

 

PROGRAMME

- Olivier MESSIAEN (1908-1992) :
Apparition de l’Église éternelle (1932)

- Benjamin BRITTEN (1913-1976) :
Rejoice in the Lamb op. 30 (1934)

- Jehan ALAIN (1911-1940) :
Aria (1938)

- Yves CASTAGNET (1964) :
Messe Salve Regina (2007)

- Henryk GORECKI (1933-2010) :
Totus tuus (1987)

 

Créée en 2007, la "Messe Salve Regina » d’Yves Castagnet, organiste titulaire de l’orgue de chœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, fut unanimement saluée par la critique lors de son enregistrement pour le Label Hortus en 2008. Entièrement basée sur le thème du "Salve Regina", l’oeuvre s’inscrit totalement dans l’univers musical de la cathédrale, pour lequel cette oeuvre a été pensée. En regard de cette Messe, des oeuvres de Britten et Gorecki viendront compléter ce programme où tradition, et modernité se conjuguent pour un concert d’ouverture réunissant les principaux acteurs de la musique à Notre-Dame de Paris : le grand- orgue, l’orgue de chœur et la Maîtrise.

Pour écouter le sanctus de la Messe Salve Regina pour choeur et deux orgues d’Yves CASTAGNET, cliquez ici.

 

À propos de la "Messe Salve Regina" d’Yves CASTAGNET

Entièrement construite sur des thèmes issus du grand « Salve Regina » grégorien, cette messe pour chœur, soli et deux orgues comprend quatre mouvements dont trois furent composés en 2002 : le Kyrie, le Sanctus et l’Agnus Dei. Le Gloria, plus récent, date de 2007.
La composition de cette messe m’a été résolument inspirée « par » et « pour » la cathédrale Notre-Dame de Paris. Cette musique est en effet intimement liée à l’univers sonore de la cathédrale, à ses orgues, à sa Maîtrise, ainsi qu’aux ambiances spécifiques de ce lieu unique qui est au cœur de ma vie de musicien et de chrétien depuis de nombreuses années.

Le Kyrie s’ouvre sur une première présentation du thème principal, traité tout d’abord en canon par le Grand-Orgue, avant d’être développé par les voix et l’orgue de chœur.
Le deuxième thème (« Christe ») est lui aussi traité en canon par les voix ; mais pour quelques mesures, l’esthétique devient clairement médiévale, dans l’esprit du célèbre « Livre vermeil de Montserrat » (en particulier du canon « O Virgo », lui aussi dédié à la Vierge Marie).
Le Grand-Orgue vient alors reprendre à son tour la même incise thématique, pour la répéter et l’amplifier progressivement, alors que les supplications du chœur se font plus insistantes.
Pour finir, la flûte harmonique du Grand-Orgue vient chanter une nouvelle fois le thème principal, dans une couleur plus contemplative d’où va émerger le dernier Kyrie, en canon entre les voix aiguës, avant une dernière exposition du thème à l’unisson des quatre voix.

Le Gloria utilise à nouveau l’incise première du « Salve Regina », mais cette fois-ci en mouvement contraire. Conformément à l’usage liturgique, l’invocation initiale est d’abord lancée par le baryton solo, avant d’être reprise par le chœur. Tout au long de la pièce, le Grand-Orgue va alors ponctuer les interventions du chœur par de grandes volées d’accords, dans l’esprit d’un grand et puissant carillon. Plus loin, dans des ambiances plus contrastées, le « Domine Deus » et le « Qui tollis » seront respectivement confiés aux voix solistes de soprano et de baryton, avant que le Grand-Orgue ne vienne relancer les invocations finales du chœur.

Le Sanctus est écrit sous la forme d’une grande toccata pour orgue. Véhémente et ininterrompue, cette toccata est elle-même solidement appuyée, comme par de grandes « colonnes vocales », par les acclamations puissantes et répétées du chœur.
Ce grand tumulte ne s’apaisera que provisoirement pour laisser place aux couleurs plus sereines du premier « Hosanna » et du « Benedictus », avant que les deux orgues ne reviennent en force pour propulser l’« Hosanna » final du chœur.

L’Agnus Dei s’ouvre par une longue introduction de Grand-Orgue où l’incise thématique est progressivement développée vers l’aigu, avant de laisser la place aux voix. Celles-ci vont alors suivre le même cheminement, en insistant de plus en plus sur l’imploration « miserere nobis ».
Dans le deuxième verset, cette même supplication sera à nouveau répétée dans une alternance entre voix aiguës et voix graves qui vont ensuite se rejoindre pour mener cette progression encore plus avant.
Comme dans le Kyrie, c’est à nouveau le Grand-Orgue qui va amener l’apaisement final. L’alto solo vient alors déployer la dernière phrase (« dona nobis pacem ») dont la ligne mélodique n’est autre que la citation fidèle des dernières notes du grand Salve Regina : « O clemens, ô pia, ô dulcis Virgo Maria »

Yves Castagnet

 

LA MESSE "SALVE REGINA" D’YVES CASTAGNET, ENREGISTRÉE PAR LA MAÎTRISE NOTRE-DAME DE PARIS

Le Salve Regina, du ton solennel sert de fil conducteur à ce disque paru en mai 2008. La grande antienne mariale, composée au XIème siècle, est une source intarissable d’inspiration pour les musiciens de la cathédrale Notre-Dame de Paris depuis près de 1000 ans. Du XIème au XXIème siècle, un pont est lancé entre le chant grégorien et la création contemporaine, celle la Messe Salve Regina d’Yves Castagnet (composée entre 2002 et 2007), celle du Salve Regina d’Olivier Latry (composé en 2007), grand commentaire instrumental de l’antienne mariale.

Pour écouter le sanctus de la Messe Salve Regina pour deux deux orgue et choeur d’Yves CASTAGNET, cliquez ici.

Pour vous procurer ce disque, cliquez ici .

 

 

 

 

Yves CASTAGNET

JPEG - 42.7 ko

© NDP

Yves Castagnet a effectué ses études musicales au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, dans les classes d’orgue, d’harmonie, de contrepoint, de fugue, d’orchestration et d’improvisation. Ces études ont été récompensées par plusieurs premiers prix, au nombre desquels un premier prix d’orgue en 1985.

En 1988, il remporte le grand prix d’interprétation au Concours international d’orgue Grand Prix de Chartres. Il commence alors une carrière de soliste qui lui permet de se produire régulièrement en France comme à l’étranger. C’est cette même année qu’il sera nommé, par concours, organiste titulaire de l’orgue de chœur de Notre-Dame de Paris.

Parallèlement à ses activités de soliste, Yves Castagnet consacre une très grande part de son temps au métier d’organiste liturgique au chœur Notre-Dame de Paris, où il accompagne quotidiennement les offices chantés par la Maîtrise de la cathédrale.
À la fois récitaliste et continuiste, Yves Castagnet est très attaché à l’accompagnement des chanteurs. Dans le cadre de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, il enseigne l’interprétation aux chanteurs du chœur d’adultes, dont il accompagne régulièrement les productions en concert. Il est également invité par d’autres formations, comme le Concert d’Astrée (Emmanuelle Haïm), le Chœur de Radio France ou le Chœur de l’université Paris-Sorbonne.

Yves Castagnet a déjà enregistré cinq disques, tous salués par les plus hautes récompenses des revues spécialisées : Dupré (Symphonie-Passion et Évocation) et Vierne (Première et Deuxième Symphonies) aux grandes orgues de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen, chez Sony ; Mendelssohn (les Six Sonates) aux grandes orgues de l’église de Masevaux et Duruflé (Requiem) aux grandes orgues et avec la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, chez BMG ; et enfin un album Liszt, Reubke, Schumann, Mendelssohn aux grandes orgues de l’église de la Madeleine (Paris) chez MKI. Fin 2005, il a publié chez Intrada un disque Dupré aux grandes orgues de Notre-Dame de Paris, avec au programme Le Chemin de la Croix et la Deuxième Symphonie, en ut dièse mineur (Intra020), disque qui fut souligné par la critique musicale et reçu un Diapason d’Or. Il apparaît également dans le double CD rassemblant les meilleurs moments de la saison 2004/2005 des Concerts à Saint-Étienne-du-Mont (Paris), où il joue Mendelssohn, Vierne, Widor et Dupré (Intra018).

 

Olivier LATRY

JPEG - 44.8 ko

© NDP

Olivier LATRY est considéré comme l’un des organistes les plus marquants de sa génération, non seulement en France, mais également sur la scène internationale.

Après avoir débuté ses études musicales à Boulogne-sur-Mer, où il est né en 1962, il entre dans la classe d’orgue de Gaston LITAIZE au Conservatoire National de Région de Saint-Maur en 1978. Au Conservatoire de Paris, il travaille l’écriture avec Jean-Claude RAYNAUD.

Professeur d’orgue dès 1983 à l’Institut Catholique de Paris puis au CNR de Reims, il succède à son maître Gaston LITAIZE au CNR de Saint-Maur en 1990. En 1995, il est nommé professeur d’orgue au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris aux côtés de Michel BOUVARD.

Titulaire du grand orgue de la Cathédrale de Meaux de 1981 à 1985, il est nommé par concours, à 23 ans, titulaire des prestigieuses grandes orgues de Notre-Dame de Paris, à la suite de Pierre COCHEREAU. Il partage toujours cette activité avec Philippe LEFEBVRE et Jean-Pierre LEGUAY.

Olivier LATRY mène une activité de concertiste qui l’a amenée à se produire dans plus de cinquante pays sur les cinq continents, notamment aux Etats-Unis où l’invitation par l’American Guild of Organists au congrès d’Houston en 1988 lui a prévalu de devenir l’un des organistes français les plus populaires en Amérique du Nord. Il a aussi réalisé de nombreux enregistrements (Bach, Mozart, Schumann, Widor, Franck, Vierne, Duruflé…) qui lui ont valu l’éloge de la critique.

Sans vouloir se spécialiser dans un répertoire précis, Olivier LATRY se veut l’ambassadeur de la musique française des XVIIème au XXème siècles qu’il s’attache à faire vivre parallèlement à l’art de l’improvisation. On le compte parmi les improvisateurs actuels les plus réputés, dans la tradition d’une lignée française d’exception de Charles TOURNEMIRE à Pierre COCHEREAU.

Il porte une prédilection particulière aux musiques de notre temps et a ainsi participé à la création d’œuvres de Xavier DARASSE, Claude BALLIF, Thierry PECOU, Vincent PAULET, Thierry ESCAICH et Jean-Louis FLORENTZ. Il a également effectué un important travail sur l’œuvre d’Olivier MESSIAEN qui s’est conclu en l’an 2000 par une intégrale des œuvres pour orgue donnée lors d’une série de concerts fort remarqués à Paris, Londres et New-York, et par un enregistrement de cette intégrale à Notre-Dame de Paris pour la firme Deutsche Grammophon.

Son action en faveur de l’orgue lui a permis de remporter le Prix de la Fondation Cino et Simone Del Duca, qui lui a été officiellement remis en Novembre 2000 sous la coupole de l’Institut de France. Il a également reçu, au Royaume-Uni, un Honorary Fellowship de la North and Midlands School of Music en 2006, et du Royal College of organists en 2007.

Pour consulter la discographie d’Olivier LATRY à Notre-Dame de Paris, cliquez ici.

 

Lionel SOW

JPEG - 20.2 ko

© E. Mangeat

Après une formation de violoniste, tout d’abord au Conservatoire Supérieur de Paris C.N.R. (1er prix en 1996), puis auprès d’Annie JODRY à l’École Nationale de Musique de Fresnes (Prix de virtuosité en 1998), Lionel SOW se tourne vers la direction de chœur.

Il suit une formation musicale au C.N.R. et au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, couronnée par de nombreux premiers prix : harmonie, contrepoint, fugue (dans la classe de Thierry ESCAICH), direction de chœur (dans la classe de Patrick MARCO), direction de chant grégorien, écriture XXe siècle et contrepoint Renaissance. Il obtient le Certificat d’Aptitude à la direction d’ensembles vocaux en 2005.

Parallèlement à des études de chant avec Nicole FALLIEN, et de direction d’orchestre avec Jean-Jacques WERNER, il prend la direction de plusieurs ensembles vocaux spécialisés en musique ancienne et baroque.

Avec la Maîtrise des Petits Chanteurs de Saint-Christophe, qu’il dirige depuis 1995, il enregistre en 2000 le Requiem et les Lamentations de Jean GILLES, en 2003 la Matthaüs Passion de H.SCHÜTZ et en 2004 les Geistliche Lieder de J. BRAHMS et A. BRUCKNER.

En janvier 2000, Lionel SOW est le directeur artistique de l’ensemble vocal Les Temperamens, et en septembre 2002, il devient l’assistant de Nicole CORTI à la Maîtrise de Notre-Dame de Paris où il assure la direction du chœur d’enfants.

Depuis 2004, il dirige régulièrement le Chœur de Radio France pour des concerts a capella ou la préparation de programmes avec orchestre.

En septembre 2006, Lionel SOW prend la direction de l’ensemble de la Maîtrise Notre-Dame de Paris (Chœur d’enfants, Jeune Ensemble et Chœur d’adultes).

 

Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris

JPEG - 37.5 ko

© J. Dumoux

La musique a toujours fait partie intégrante de la vie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. C’est alors même que s’élevaient les voûtes en ogive, lancées en plein ciel pour constituer le chœur de l’église, que naissait l’École de Notre-Dame et ses grandes polyphonies. A l’audace des bâtisseurs de cathédrales répondait celle des musiciens. Depuis lors, la tradition musicale de Notre-Dame de Paris s’est maintenue au plus haut niveau et chaque génération est venue apporter sa pierre au prestigieux édifice que constitue l’histoire musicale de la Cathédrale.

Conscients de ce patrimoine séculaire, du rayonnement national et international des activités et de l’excellence des formations dispensées par la Maîtrise Notre-Dame de Paris, l’Etat, la Ville de Paris et l’Association diocésaine de Paris ont décidé conjoin-tement en 1991 de créer l’association Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris.

Chargée de la coordination artistique et administrative de l’ensemble des aspects musicaux de la Cathédrale, Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris a pour missions essentielles l’enseignement musical et la formation des chanteurs, l’animation musicale des célébrations liturgiques de la Cathédrale, l’organisation de concerts et auditions, la recherche musicologique autour du patrimoine de Notre-Dame de Paris, la diffusion et la création musicales.

Un dispositif vocal et instrumental très complet est mis en œuvre au service de ces missions. L’élément central en est la Maîtrise Notre-Dame de Paris, composée de plusieurs ensembles (Chœur d’enfants, Jeune Ensemble, Chœur d’adultes en formation professionnelle, Ensemble grégorien), auxquels s’adjoignent ponctuellement des orchestres baroques ou symphoniques. Le grand-orgue, l’orgue de chœur et l’équipe d’organistes qui leur sont attachés sont également des acteurs majeurs.

La saison de concerts, les auditions d’orgue du dimanche après-midi, l’accueil chaque année d’une cinquantaine de chœurs du monde entier, ainsi que la présence quotidienne de la musique à Notre-Dame de Paris, témoignent d’une exigence de qualité musicale en harmonie avec la vocation exceptionnelle de ce haut lieu.

 

Retrouvez tous les concerts de la saison 2011-2012 en cliquant ici.

 

JPEG - 115.6 ko
Les chœurs de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris

© Godong

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits