Messe d’action de grâce pour les

400 ans de l’Ordre de la Visitation

Dimanche 14 novembre 2010 à 18h30

Du 24 janvier au 13 décembre 2010, la famille salésienne fête une année jubilaire à l’occasion du 400ème anniversaire de la fondation de l’ordre religieux de la Visitation, ordre monastique fondé
par Saint François de Sales et Sainte Jeanne de Chantal, en 1610.

Cette messe d’action de grâce à Notre-Dame de Paris sera présidée par le Cardinal André VINGT-TROIS, archevêque de Paris.

François de Sales (1567-1622) et Jeanne de Chantal (1572-1641) ont vécu à Annecy à la charnière des XVIème et XVIIème siècles, époque troublée par la violence des querelles politico-religieuses, et passionnante par la richesse des progrès humains. La volonté de l’un et de l’autre de rester attentifs à leur mission, sans trahir leurs rôles respectifs dans la cité, a d’étonnantes résonances contemporaines.
À ce titre, l’événement du 4ème centenaire de l‘ordre de la Visitation, en tant que tel, intéresse à la fois les familles salésiennes et ceux et celles qui aujourd’hui, s’interrogent avec un esprit d’ouverture, sur le sens de la vie, sur le sens de l’accueil (Visitation) pour une meilleure compréhension de la société actuelle.
Colloques, conférences, expositions, spectacles, visites guidées, pèlerinages et célébrations diverses ont jalonné cette année 2010 afin de marquer cet anniversaire et de faire mémoire de « l’impact » cultuel et culturel de ces deux grands saints connus dans le monde entier.

 

François de Sales
Savoyard, évêque, homme de lettres et saint (1567 - 1622)

-  21 août 1567 : naissance à Thorens
- 1578-1591 : études de droit civil et canonique
- 1593 : ordination sacerdotale
- 8 décembre 1602 : consécration épiscopale
- 6 juin 1610 : fondation de la Visitation Ste Marie
- 28 décembre 1622 : décès à Lyon
- 1665 : canonisation
- 1877 : Docteur de l’Église

Saint François de Sales est né à Thorens, en 1567. Il fait ses études à La Rochesur-
Foron, Annecy, Paris, puis enfin Padoue où il est reçu Docteur en droit civil et
canonique. Il abandonne alors la carrière juridique à laquelle le destine son père
pour devenir prêtre en 1593. L’évêque de Genève en exil à Annecy l’envoie en
Chablais pour ramener à la foi catholique, les habitants récemment convertis au
protestantisme. Ces années sont décisives : François parcourt la région à pied, parfois au péril
de sa vie. Orateur de talent, il rédige de sa main, article par article, une présentation claire et
solidement argumentée de la doctrine catholique qu’il placarde dans les lieux publics ou glisse
sous les portes.
Il est ordonné évêque en 1602 : il a alors 35 ans.
Au cours de son ministère, des visites de son diocèse ou lors de ses voyages et missions à
Paris, François rencontre des personnes de tous les milieux. Il prend conscience d’un réel désir
de plusieurs d’entre elles de servir Dieu dans leur quotidien. À leur intention, il écrit l’Introduction
à la vie dévote, une règle de vie pour vivre en accord avec Dieu dans toutes les situations,
suivie du Traité de l’amour de Dieu, un traité spirituel pour entrer dans la vie mystique
d’union à Dieu.
“ Nul n’est exclu de la vie d’union à Dieu ”…
Il se rend compte également d’un autre vide à combler : mettre la vie religieuse à la portée de
toutes les santés, de toutes les aspirations.
En 1604, il rencontre pendant le Carême à Dijon où elle vit, Jeanne de Chantal, veuve à 29 ans
et mère de 4 enfants. L’amitié spirituelle qui les unit leur inspire la fondation à Annecy en 1610,
de l’ordre de La Visitation Sainte-Marie. François s’épuisera au service de Dieu et de l’Église. Il
n’épargne rien pour annoncer l’Évangile : ni visites dans son diocèse, ni catéchèses familiales
et des petits enfants, ni visites aux condamnés, ni voyages apostoliques.
Diplomate et ambassadeur de la Savoie, au retour d’un voyage en Avignon, il meurt à Lyon en
1622.

 

Jeanne de Chantal
Épouse, mère, fondatrice de l’ordre (1572-1641)

-  23 janvier 1572 : naissance à Dijon
- 28 décembre 1592 : mariage
- 5 mars 1604 : 1ère rencontre avec François de Sales
- 6 juin 1610 : fondation Visitation Ste Marie à Annecy
- 13 décembre 1641 : décès à la Visitation de Moulins
- 16 juillet 1767 : canonisation

Jeanne-Françoise Fremiot, fille d’André Frémiot - premier président du Parlement de
Bourgogne - âgée de vingt ans, fut donnée en mariage au baron de Chantal. Parents
de nombreux enfants, rien ne manquait à leur bonheur, quand une catastrophe épouvantable
vint le briser : le baron fut blessé à la chasse, par accident, de la main d’un
de ses amis, et mourut quelques jours après, dans la foi. Jeanne avait vingt-huit
ans ; elle reçut le coup terrible sans faiblir et fit à Dieu, à l’instant même, le voeu de chasteté,
se traça un plan de vie austère, se vêtit sans luxe, et se donna tout entière à l’éducation
de ses enfants, tout en menant une vie chrétienne authentique.
Elle rencontra bientôt François de Sales, à Dijon même ; dès lors elle se mit sous sa direction
spirituelle, et sa vie s’éleva rapidement à une perfection supérieure :
"J’ai trouvé à Dijon, pouvait dire le Saint, la femme forte,
en Madame de Chantal." ( François de Sales )
Elle devint fondatrice de l’ordre de la Visitation. La séparation fut pour elle un sacrifice ; il
lui fallut passer outre les larmes de son fils aîné, qui s’était couché sur le seuil de la porte,
criant : " Maman, ne me quittez pas ! ". Émotion sans doute réelle d’un fils, par ailleurs excellent
comédien. Jeanne de Chantal, religieuse, aura toujours le souci de l’éducation de ses enfants.
Elle en vint à faire le voeu de choisir toujours ce qui lui paraîtrait le plus parfait. L’amour de Dieu
emplissait son âme au point qu’elle n’en pouvait supporter l’ardeur.
"Ah ! disait-elle, si le monde connaissait la douceur
d’aimer Dieu, il mourrait d’amour ! ".
Voyageuse infatigable, elle parcourut tous les chemins de France pour veiller à l’édification des
nombreux monastères de la Visitation. Elle participera activement à la diffusion des ouvrages
de saint François de Sales et, par ses propres écrits, apportera sa contribution à la pensée
salésienne.

 

L’Ordre de la Visitation Sainte-Marie

- 6 juin 1610 : fondation Visitation Ste Marie à Annecy
- 1615 : fondation du monastère de Lyon
- 1622/1641 : fondation de 74 monastères
- 2009 : La Visitation est présente sur 4 continents ; 2
communautés en Asie ; 7 en Afrique ; 21 en Amérique
du nord ; 4 en Amérique centrale ; 23 en Amérique du
sud ; 92 en Europe

L’ordre de la Visitation Sainte-Marie inaugure sa première maison le 6 juin 1610.
Après la messe à l’Évêché, Jeanne et ses compagnes passent la journée à
visiter les églises et les pauvres. François remet à Jeanne “les petites Constitutions”
écrites de sa main en lui disant :
“Suivez ce chemin, ma très chère fille, et faites-le suivre à toutes
celles que le ciel a destinées pour suivre vos traces”.
Tout un peuple conduisit les Visitandines jusqu’à la “Galerie ”, petite maison achetée pour la
fondation de l’ordre. L’expansion du nouvel Institut fut très rapide : après Annecy (1610) et Lyon
(1615) furent fondés Moulins, Grenoble, Bourges, Paris, Montferrand, Nevers... Si à la mort de
François en 1622, on comptait 13 monastères, à la mort de Jeanne en 1641, il y en avait 87,
dont 74 fondés par elle.
“L’esprit de la Visitation est un esprit de profonde humilité envers
Dieu et d’une grande douceur envers le prochain.”
Dans la spiritualité de la Visitation, nous retrouvons la personnalité de François, homme de Dieu
et de conciliation, homme d’équilibre.Trois caractéristiques : l’imitation du Christ doux et humble
de coeur ; vie fraternelle et engagement apostolique. Les moyens sont ceux de toute vie
contemplative cloîtrée. Notons cette originalité : conformément à la volonté de leurs fondateurs,
les Visitandines peuvent accueillir, en clôture, des femmes et des jeunes filles désirant vivre un
temps de retraite ou de recul.
La Visitation est présente aujourd’hui sur les quatre continents : dans les années qui précédèrent
la fondation de la Visitation Sainte-Marie, François eut une vision : au fond d’une vallée, les
branches d’un arbre s’allongeaient, passant par-dessus les montagnes. Il sut alors que l’Ordre
nouveau rayonnerait par toute la terre. De fait, aujourd’hui, François de Sales et Jeanne de
Chantal sont à l’origine d’un arbre immense qui n’a pas fini de croître.

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits