Nuit Blanche 2010

Samedi 2 octobre 2010 de 20h00 à 5h00

Comme tous les ans, Notre-Dame de Paris s’associe à cette initiative de la Ville de Paris.
Au cours de la nuit, la cathédrale reste accessible à tous pour plusieurs concerts de musique sacrée par les chœurs de la Maîtrise, les grandes orgues et une installation lumineuse de l’artiste Thierry DREYFUS.

Des prêtres se tiendront à votre disposition jusqu’à 1h00 pour vous accueillir, fidèles, pèlerins, visiteurs, en ce haut lieu de chrétienté, chefs d’œuvre de l’architecture gothique.
Plus qu’un monument historique, notre-Dame de Paris est avant tout « la Maison de Dieu et la Demeure des hommes », car cet édifice, vivant par la foi et la prière des fidèles, est chargé d’expérience humaine et chrétienne. Ce lieu est un témoin de la vie du Peuple de Dieu, du rayonnement de sa charité, de sa fervente espérance.
Depuis ses origines, ce sont les pierres vivantes, constituées par les croyants, qui lui donnent sa véritable existence.

 

20h00 à 5h00 : ILLUMINATION DE LA CATHÉDRALE NOTRE-DAME DE PARIS

Pour la Nuit Blanche 2010, la cathédrale Notre-Dame de Paris, à l’initiative de la Ville de Paris, accueillera une installation lumineuse de l’artiste Thierry DREYFUS.
La mise en lumière consiste à éclairer la rosace sud et la rosace du parvis de la Cathédrale depuis l’intérieur, ainsi que les vitraux côté choeur. La lumière, émanant de projecteurs de lumière blanche placés à l’intérieur de la Cathédrale, est diffusée avec une intensité variable à la manière d’une respiration. Cette installation est à contempler depuis l’extérieur et l’intérieur de la cathédrale.

 

« OFFREZ MOI VOTRE SILENCE ....n°5 » / « 41398 »
Travaillant la lumière depuis plus de trente ans, l’artiste Thierry Dreyfus l’appréhende comme « un matériau qui ne s’arrête sur aucune surface, mais trouve écho dans tous les volumes. La Lumière murmure, se retient ou crie, sans pour autant toucher notre tympan ». Pour sa deuxième participation à la Nuit Blanche - 5 ans après avoir mis en lumière le Grand Palais pour sa réouverture - Thierry Dreyfus investit Notre-Dame de Paris pour la révéler de nuit et nous inviter à regarder la ville différemment. Avec légèreté, en ralentissant le temps.
« La nuit, la mise en lumière urbaine devrait offrir à la ville un autre paysage que celui que l’on traverse de jour. La lumière, la nuit, doit attraper le regard, créer une surprise qui devient évidence comme dans nos rêves, une poésie sans mot ; ouvrir une voie intime, où la nuit invite à s’approprier ce que l’on ne regarde plusde jour.
En éteignant toutes les lumières de Notre Dame, je souhaite la faire respirer. Espace monochrome, uni et apaisant, l’intérieur devient un poumon de lumière qui vibre lentement à travers les vitraux, en révèle les couleurs et la présence au coeur de la nuit. Un appel à la beauté dans la pénombre ; un appel au rêve accompagné, entre les plages de concert, par une composition pour piano seul écrite par Henri Scars Struck.
Au contact de cette vision nocturne, le souvenir de Notre-Dame restera, je l’espère, dans vos yeux. Dès lelendemain, vous la regarderez avec tendresse, et peut-être avec regrets... en tous cas, différemment ».
Thierry Dreyfus

La composition pour piano seul d’Henri Scars Struck, intitulée « 41398 » sera diffusée de 22h30 à 3h00.

 

20h00 : Concert de chant grégorien et musique médiévale

Plus d’informations prochainement...

Maîtrise Notre-Dame de Paris, Ensemble grégorien, Instruments médiévaux
Sylvain DIEUDONNÉ, direction

 

21h00 : Récital aux grandes orgues de la cathédrale

Par les élèves des classes d’Orgue et d’Improvisation du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

- Jean Sébastien BACH / Antonio VIVALDI - Concerto en la mineur BWV 593
par Ami HOYANO

- Jean Sébastien BACH - Prélude et fugue en sol majeur BWV 541
par Thomas OSPITAL

- Improvisation d’une Passacaille
par Samuel LIEGEON

- César FRANCK - Cantabile
par Thomas OSPITAL

- César FRANCK - Pièce héroïque
par Samuel LIEGEON

- Louis VIERNE - Allegro de la Troisième Symphonie
par Thomas OSPITAL

- Louis VIERNE - Final de la Troisième Symphonie
par Ami HOYANO

- Improvisation de variations sur un thème populaire
par Samuel LIEGEON

- Marcel DUPRE - Cortège et Litanies
par Thomas OSPITAL

 

dimanche 3 octobre à 3h00 : Fermeture de la cathédrale

 

JPEG - 108.9 ko

© Mathias Wendzinski

 

Thierry DREYFUS

JPEG - 10.1 ko

D.R.

Si la lumière compte parmi les éléments les plus intangibles, Thierry Dreyfus parvient à en capter l’essence pour, ensuite, la transmettre et la faire partager.
Magnifiant le Grand Palais pour sa réouverture, il éblouit près de 500 000 personnes à travers une série d’émotions lumineuses : “J’avais envie de faire rêver les visiteurs”, ajoute-t-il. A ce titre, Suzy Menkes le décrivit dans un article du International Herald Tribune comme « l’artiste qui a su habiller la Ville des Lumières à sa juste mesure ».

Directeur artistique et artiste, Thierry Dreyfus collabore depuis 1985 avec les plus grands noms de l’industrie de la mode, et pousse, à leur contact, la réflexion sur la scénographie des défilés. Coproduits exclusivement par la société parisienne Eyesight, ces défilés sont l’occasion d’explorer de nouveaux champs visuels et mettre en scène la lumière de manière conceptuelle. Aussi, au fils des années, Thierry Dreyfus a collaboré avec des marques comme Dior Homme, Helmut Lang, Calvin Klein, Ann Demeulemeester, Sonia Rykiel, Chloé, Marni, Jil Sander ou encore Yves Saint Laurent, dont il signait la direction artistique du défilé rétrospective « haute couture » en 2001.

S’il goûta à la lumière pour la première fois au contact du théâtre et de l’opéra, il imagine ses propres mises en scène depuis près de vingt ans : après avoir créé une pièce pérenne pour la Caisse des Dépôts et Consignations, puis une installation pour la Biennale de Lyon en 2000, il a mis en lumière le Grand Palais pour sa réouverture en 2005. En 2006, il illuminait les bassins du parc du Château de Versailles avant d’ériger une échelle de 80 mètres de haut pour la Nuit Blanche dans l’enceinte de la Bibliothèque Nationale. La même année, il reçut du groupe hôtelier américain Starwood une commande de deux installations uniques sur les façades et toits du Méridien à Shanghai et San Francisco. À Shanghai, un faisceau rouge, symbole de pouvoir, vibrait dans la ville comme un cœur qui bat, tandis qu’à San Francisco, des panneaux et filtres colorés habillaient la façade ; ils transformaient la vision de la vile depuis les chambres, et créaient, le soir venu, un rythme organique à l’extérieur.

In fine, quels que soient le domaine ou la nature des commandes, Thierry Dreyfus conte des histoires de lumière. Il transforme sa matière ineffable en un corps, une émotion, un volume pour que chacun puisse ensuite y projeter ses désirs. Ainsi la lumière créer un lien entre l’espace, son architecture et le visiteur.

En parallèle, Thierry Dreyfus imagine des lampes qu’il appelle « éléments de lumière », dont certaines furent exposées au Palais de Tokyo avant d’être prisées par les collectionneurs. Et bien que son studio parisien soit un univers de haute technologie, on y découvre le prototype de lampes remplies de cristaux de sel ou de néons à section carrée ; réalisées en 8 exemplaires, elles sont vendues à des particuliers. De facto, Thierry Dreyfus expérimente avec la lumière comme d’autres peignent ou sculptent ; à l’instar d’un artiste ou designer, il cherche aujourd’hui à éditer certains de ses prototypes.

Photographe, il enregistre, à travers autant de clichés, les « tempéraments de la lumière », intimement convaincu que « la lumière ne peut s’exprimer à travers des mots ; elle ne parle pas à l’intellect. Elle est émotion. » Aujourd’hui, il travaille sur un portfolio intitulé « Photography of Light »…

Chemin faisant, son art sort de l’ombre, pour gagner la lumière.

 

Henri Scars Struck

Henri Scars Struck est un compositeur français qui vit à New York. Inspiré par toutes les musiques, il a créé et développé un formidable catalogue musicale compilant origines et styles différents. Ses projets sont variés et destinés à des disques, des films ou encore des installations artistiques.

Doté d’un Grammy award, il a travaillé avec des artistes tels que Malcolm McLaren (Associé), De La Soul, Rakim, Barry White, Charles Aznavour, et Andy Hughes (The Orb).

On peut noter dans son travail, des pièces pour piano lors des installations pour les nuits blanches parisiennes 2006 (Bibliothèque Nationale Francois Mitterand) et 2007 (Versailles Off), une œuvre de 24 heures pour les hôtels Le Méridien (Starwood) qui mélangent des sons naturels et des musiques et instruments du monde entier et la musique originale du film « A Big Road » réalisé par Alec Tok et produit par Damon Chua (Wong Kar Wai), présenté au festival du film international de Singapour. Récemment il a écrit une œuvre pour ballet pour la compagnie de danse Pilobolus en hommage à Jacques Yves Cousteau.

Son travail a été cité dans des publications tel que le New York Times, International Herald Tribune, New York Magazine, Le Monde, Fast Company. Il fait partie de la série sur la chaine de télévision Sundance Channel qui s’intitule "New Revolutionaries".

La composition pour piano pour l’installation de Thierry Dreyfus qui sera diffusé à Notre-Dame de Paris lors de la nuit blanche 2010 (3 au 4 octobre) s’intitule « 41398 ».

 

Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris

JPEG - 37.5 ko

© J. Dumoux

La musique a toujours fait partie intégrante de la vie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. C’est alors même que s’élevaient les voûtes en ogive, lancées en plein ciel pour constituer le chœur de l’église, que naissait l’École de Notre-Dame et ses grandes polyphonies. A l’audace des bâtisseurs de cathédrales répondait celle des musiciens. Depuis lors, la tradition musicale de Notre-Dame de Paris s’est maintenue au plus haut niveau et chaque génération est venue apporter sa pierre au prestigieux édifice que constitue l’histoire musicale de la Cathédrale.

Conscients de ce patrimoine séculaire, du rayonnement national et international des activités et de l’excellence des formations dispensées par la Maîtrise Notre-Dame de Paris, l’Etat, la Ville de Paris et l’Association diocésaine de Paris ont décidé conjoin-tement en 1991 de créer l’association Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris.

Chargée de la coordination artistique et administrative de l’ensemble des aspects musicaux de la Cathédrale, Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris a pour missions essentielles l’enseignement musical et la formation des chanteurs, l’animation musicale des célébrations liturgiques de la Cathédrale, l’organisation de concerts et auditions, la recherche musicologique autour du patrimoine de Notre-Dame de Paris, la diffusion et la création musicales.

Un dispositif vocal et instrumental très complet est mis en œuvre au service de ces missions. L’élément central en est la Maîtrise Notre-Dame de Paris, composée de plusieurs ensembles (Chœur d’enfants, Jeune Ensemble, Chœur d’adultes en formation professionnelle, Ensemble grégorien), auxquels s’adjoignent ponctuellement des orchestres baroques ou symphoniques. Le grand-orgue, l’orgue de chœur et l’équipe d’organistes qui leur sont attachés sont également des acteurs majeurs.

La saison de concerts, les auditions d’orgue du dimanche après-midi, l’accueil chaque année d’une cinquantaine de chœurs du monde entier, ainsi que la présence quotidienne de la musique à Notre-Dame de Paris, témoignent d’une exigence de qualité musicale en harmonie avec la vocation exceptionnelle de ce haut lieu.

Retrouvez tous les concerts de la saison 2010-2011 en cliquant ici.

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits