Solennité de Pentecôte
publié le 04/04/2010 dans 2010

le dimanche 23 mai 2010, tout le détail des offices, concerts…

Dimanche 23 mai 2010

L’Esprit du Seigneur remplit l’univers,
et lui qui englobe toutes choses,
sait se faire comprendre des hommes de toutes langues, alléluia.

(Antienne d’ouverture de la messe de Pentecôte)

 

Aujourd’hui, Seigneur, par le mystère de la Pentecôte, tu sanctifies ton Église chez tous les peuples et dans toutes les nations ;
Répands les dons du Saint-Esprit sur l’immensité du monde, et continue dans les cœurs des croyants l’œuvre d’amour que tu as entreprise au début de la prédication évangélique.

(Oraison de Pentecôte)

 

 

La Pentecôte, du grec pentékostê, « cinquantième », est célébrée 50 jours après Pâques. Elle clôture le temps de Pâques en célébrant le don de l’Esprit Saint aux apôtres et la naissance de l’Église.

Au cours de sa dernière rencontre avec les disciples, le Christ avait dit : vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre[[Actes des Apôtres, chapitre 1, verset 8]].
Les Actes des Apôtres[[Actes des Apôtres, chapitre 2, versets 1-13]] racontent ensuite que les douze disciples et Marie, mère du Christ, étaient tous ensemble réunis lorsqu’un souffle semblable à un coup de vent remplit la maison et que des langues de feu apparurent.
Remplis d’une force intérieure nouvelle, dans laquelle ils reconnaissent l’action de l’Esprit de Jésus en eux, les apôtres surmontent leurs peurs et commencent à témoigner avec élan de la bonne nouvelle de la Résurrection. A Jérusalem d’abord, puis de ville en ville et par toute la terre, les premières communautés chrétiennes commencent à s’organiser. La Pentecôte marque la naissance de l’Église, qui rassemble tous les baptisés dans la foi chrétienne. 

 

 

Samedi 22 mai 2010
– 17h30 : Sonnerie du Bourdon Emmanuel
17h45 : Office des Premières Vêpres de le Pentecôte

– 18h15 : Sonnerie du Bourdon Emmanuel
18h30 : Messe anticipée de la Pentecôte

– 20h45 : Sonnerie du Bourdon Emmanuel
21h00 : Vigile de la Solennité de Pentecôte : messe avec confirmations d’adultes présidée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris.
retransmise en direct sur KTO, Télévision Catholique.

Grand-orgue, Philippe LEFEBVRE; Orgue de chœur, Yves CASTAGNET

 

Dimanche 23 mai 2010

8h30 : Messe de la Pentecôte

9h30 : Laudes solennelles de la Pentecôte

– 9h45 : Sonnerie du Bourdon Emmanuel
10h00 : Messe grégorienne de la Pentecôte
Maîtrise Notre-Dame de Paris, Chœur d’adultes, Jeune Ensemble, direction Sylvain Dieudonné

– 11h15 : Sonnerie du Bourdon Emmanuel
11h30 : Messe solennelle de la Pentecôte
Maîtrise Notre-Dame de Paris, Chœur d’adultes, Jeune Ensemble, Chœur d’enfants, direction Lionel Sow

12h45 : Messe de la Pentecôte

 

16h30 : Audition aux grandes orgues par Philippe LEFEBVRE, organiste titulaire. Au programme : Séquence de la Pentecôte Veni sancte spiritus, versets improvisés en alternance avec les chantres – Chorals Komm, Gott, Schöpfer, heiliger Geist BWV 631 et 667 de Johann Sebastian BACH (1685-1750) – Variations sur le Veni Creator de Maurice DURUFLÉ (1902-1986) en alternance avec les chantres – Improvisation

– 17h15 : Sonnerie du Bourdon Emmanuel
17h45 : Vêpres solennelles de le Pentecôte

– 18h15: Sonnerie du Bourdon Emmanuel
18h30 : Messe solennelle de la Pentecôte
présidée par Monseigneur Michel AUPETIT, Vicaire général du diocèse de Paris.
retransmise en direct sur KTO, Télévision Catholique.
Maîtrise Notre-Dame de Paris, Chœur d’adultes, Jeune Ensemble, Chœur d’enfants, direction Lionel Sow

Grand-orgue, Philippe LEFEBVRE; Orgue de chœur, Yves CASTAGNET

 

 

*La descente du Saint-Esprit

import-681.jpg La descente du Saint-Esprit peinte par Jacques BLANCHARD (1600-1638) pour le May de 1634, est actuellement accrochée dans la chapelle des Fonds Baptismaux de la cathédrale.

À l’intérieur d’un édifice orné de pilastres à chapiteaux ioniques, les disciples rassemblés manifestent leur surprise à la vue des langues de feu qui se posent sur leurs têtes. Ils sont disposés de dos ou de face, de part et d’autre de la Vierge qui est assise à droite, les mains jointes, sur un siège élevé sur deux degrés.
Germain Brice[[Nouvelle description de la ville de Paris…, 8ème édition, Paris, 1725]] en a dit : « Cette peinture est fort estimée et approche de la perfection des beaux ouvrages des maîtres du premier rang, quoi que ce Peintre l’eût fait dans un âge où il pouvait espérer d’aller bien plus loin, étant mort âgé seulement de trente-huit ans » et Piganiol de la Force[[Description historique de la ville de Paris et de ses environs, 1765]] estime que ce tableau est celui « qui a le mieux soutenu la réputation de ce peintre ». Dans l’important ouvrage de Charpentier, on peut voir la gravure de ce may par Tardieu.

D’après l’article de Pierre-Marie AUZAS (in La Gazette des Beaux-Arts, 1949)

 

 

 

 

 

allumer une bougie à notre-dame