Homélie du vendredi 9 février 2018
publié le 15/02/2018 dans Non classé

« Effata ! C’est-à-dire ouvre-toi ! » Le jour de notre baptême, le Seigneur nous a ouvert les yeux, les oreilles et délié notre langue. Mais il nous arrive de nous replier sur nous-mêmes, de fermer nos volets pour plus voir ce monde. Ce sont souvent les circonstances qui nous conduisent à nous enfermer ! Parfois aussi ce sont les autres qui nous empêchent de parler… Que de personnes isolées qui ne rencontrent plus personne car abandonnées !

Pourtant nous avons besoin de ces relations pour vivre. Alors notre prière de ce soir adressée au Christ : « Seigneur ouvre-moi ».

Et d’abord, fais que j’ouvre la porte de mon cœur. Oui le Christ frappe à la porte, et nous la laissons fermée. Quelle grâce de pouvoir accueillir le Seigneur – rappelez-vous le livre de l’Apocalypse : « voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » (Ap 3, 21)

Ensuite, ouvrir ses yeux pour voir la beauté de la création ; cette beauté me fait découvrir la beauté de Dieu. Notre seul désir est de voir Dieu ; déjà en ce monde, nous pouvons le voir, en commençant par son Fils : « Qui m’a vu a vu le Père ». Nous voyons aussi la Trinité à travers la charité. Toute notre vie spirituelle est comme aimantée par ce désir qui se réalisera en plénitude après notre pâque ; alors nous verrons Dieu tel qu’il est et nous lui serons semblables. La vision de Dieu, c’est la source du bonheur éternel et de notre divinisation.

Ouverture du cœur, ouverture des yeux, ouverture de nos lèvres pour proclamer la Bonne Nouvelle. Celui qui est guéri de sa surdité dans l’Évangile, accompagné des gens de son village, ne peut pas se taire malgré l’ordre du Seigneur : « Il fait entendre les sourds et parler les muets ». Nous ne pouvons pas garder ce trésor pour nous ; il nous faut la même audace que le sourd-muet. Nous avons à rendre compte de notre espérance. Nous avons à témoigner des guérisons reçues, de l’amour du Père qui nous accueille comme nous sommes.

Chaque jour, n’hésitez pas à prier la Parole de Dieu que la liturgie vous propose. Elle va nourrir non seulement votre prière, mais vous saurez quelle est la volonté du Père pour vous aujourd’hui. Un cœur habité par la Parole pourra la transmettre autour de lui.

Ce soir le Seigneur vous invite à rendre grâce pour tous les bienfaits reçus ; il vous exhorte aussi à ouvrir vos cœurs pour que vous puissiez lui offrir votre liberté, car sans ce don, il ne pourra rien faire ; oui, Seigneur ouvre nos lèvres pour que nous puissions dire en vérité : « me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté. »

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame