Homélie du vendredi 8 juin 2018
publié le 31/05/2018 dans Non classé

Cette fête du Sacré-Cœur est l’occasion de contempler le dessein d’amour du Père. Le très beau texte d’Osée met en lumière le Cœur de Dieu. Il n’est qu’Amour. Le prophète souligne le lien indéfectible entre Dieu et Israël. Que de tendresses ! Quelle proximité : « Je le traitais comme un nourrisson qu’on soulève tout contre sa joue. » Mais Israël à la nuque raide… tout comme nous ! Il nous arrive de refuser de revenir vers Dieu.

Dieu aurait pu se mettre en colère ! Non « son cœur se retourne contre lui ». Notre Dieu a des entrailles ; il nous aime et ne veut que notre bonheur, car nous avons été créés pour cela ! Dieu n’est qu’Amour, c’est pour cela que vous ne ferez jamais naître de la vengeance dans le Cœur de Dieu.

Le Père ne pouvait pas supporter de voir l’homme créé à son image se déshumaniser ; c’est pourquoi Il a envoyé dans le monde ce qu’il a de plus cher, son Fils unique. Le sacrifice du Christ est source de salut ; de son côté ouvert, sortent le sang et l’eau, vie jaillissante, source de la liturgie. Désormais, nous pouvons répondre à notre vocation grâce aux sacrements.

C’est saint Paul, « le plus petit de tous les fidèles », qui nous fait contempler le mystère d’amour, ayant lui-même bénéficié de tant de grâces. Dieu a réalisé dans le Christ son dessein d’Amour.

La grâce de la foi nous permet d’accéder auprès de Dieu ; est-ce que nous réalisons ce qui se passe en nos vies dès maintenant ? Nous sommes par la foi enracinés dans l’amour et nous entrons toujours plus profondément dans la connaissance de ce dessein d’amour.

Découvrir que Dieu nous aime comme nous sommes, voilà une joie profonde. Comment avoir peur de Dieu ? C’est par l’amour que vous entrerez dans le dessein d’amour. La peur ne convertit pas, l’amour convertit ! Notre prière de ce soir : « Que se fortifie en nous l’homme intérieur », il s’agit de notre cœur, lieu de la présence. Il nous faut donc accueillir l’amour pour que notre cœur soit un ciel divin ; c’est ainsi que nous pourrons nous unir à l’amour de Dieu et transformer notre amour limité en amour divinisé qui nous fera aimer tout homme, même notre ennemi, de manière totalement gratuite.

Comment ne pas reprendre le cri de sainte Marguerite-Marie : « Ce cœur qui a tant aimé le monde et qui n’a reçu qu’ingratitude. »

À chacun d’entre nous de témoigner du don du Fils, de son amour pour chacun d’entre nous. En vivant de son amour, nous deviendrons des êtres illuminés, car l’amour, rayonne sur les visages.

Notre monde a besoin de témoins transfigurés… Nous en faisons partie !

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame