Homélie du vendredi 18 mai 2018
publié le 24/05/2018 dans Non classé

« M’aimes-tu plus que ceux-ci ? » La question du Christ à saint Pierre s’adresse aussi à chacun d’entre nous. Si nous sommes là dans cette cathédrale ou en communion avec KTO, c’est bien parce que nous aimons le Christ et que nous voulons nous donner toujours plus à lui.

Dans la question, il y a « plus que ceux-ci ? » ; est-ce que le Christ est le tout de notre vie ? Il ne s’agit pas d’abandonner les êtres que nous aimons, mais de voir quelle est la place du Christ dans notre vie ?

Le Christ pose trois fois la question à Pierre. Il fut peiné par l’insistance du Seigneur ; peut-être un rappel du reniement pour Pierre ?

Ce qui est sûr, c’est que la réponse positive de l’apôtre conduit Jésus à l’instituer pasteur de ses brebis.

Et j’imagine que le Pape François en méditant ce passage d’Évangile a fait le lien entre l’amour du Christ et sa charge d’Évêque de Rome attentif à toutes les brebis.

« tu sais bien que je t’aime »  est notre façon de renouveler notre attachement au Christ jusqu’au don du sang ! Nous sommes, Dieu merci, dans un pays où nous pouvons témoigner de notre foi et vivre notre relation au Christ en toute liberté. Mais pensons à nos frères chrétiens qui sont morts martyrs, comme nos frères d’Orient ! Et dans d’autres pays ! Ce sont eux qui prient pour nous et qui nous donneront les forces nécessaires pour être fidèles jusqu’au bout, si un jour nous devions choisir entre le Christ et le monde.

Après l’annonce du martyr, le Christ dit à Pierre : « Suis-moi ». L’appel à la vie apostolique, à la suite du Christ, comporte bien la dernière béatitude : « Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ».

À la veille de la Pentecôte, ouvrons nos cœurs pour raviver les sept dons de l’Esprit que nous avons reçus à notre confirmation. On les oublie souvent, alors qu’ils sont indispensables pour notre fidélité à la suite du Christ.

« Comme le ciel domine la terre,

Fort est son amour pour qui le craint »

Voilà le secret pour grandir dans l’amour et répondre en vérité au Christ, oui, Seigneur tu sais bien que je t’aime.

C’est l’amour du Christ en nous qui rend fort notre amour et nous divinise.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame