Homélie du vendredi 10 novembre 2017
publié le 15/02/2018 dans Non classé

Saint Paul, dans sa conclusion de sa lettre aux Romains, rappelle la mission qu’il a reçue du Seigneur. Il est l’apôtre des nations ; jusqu’au bout il aura annoncé l’Évangile et il sait que c’est d’abord l’œuvre de Dieu. Par respect pour les autres prédicateurs, il est allé là où le Salut n’était pas encore annoncé. Tout son travail d’évangélisation a porté de nombreux fruits. Il a mis dans tout le bassin méditerranéen le feu de l’amour. L’apôtre savait que le Christ répondait à une attente de la part des païens. À la différence des dieux de l’Olympe, le Christ, lui, était proche des hommes ; il était à l’écoute de leurs soucis ; il s’intéressait à l’humanité.

Aujourd’hui, que de peuples ne connaissent pas l’Évangile ! Que de nos contemporains ignorent le Christ… et n’allons pas dans des contrées lointaines… Il suffit d’être sur le parvis de la Cathédrale. Les braises sont encore chaudes et il nous faut souffler dessus pour que le feu reprenne. Mais qui va souffler ? Vous, moi, celles et ceux qui sont en communion avec nous par KTO. Il est vrai que la mission est difficile. Il y a ceux qui ont tout abandonné, ceux qui sont indifférents, ceux qui sont contre l’Église, tous ceux qui ne demandent plus rien à l’Église. C’est pourtant ceux-là qu’il faut rejoindre.

Il nous faut être rusé comme le gérant malhonnête ; non pas en adoptant sa malhonnêteté, mais en étant un peu “fourbe”, comme dit le Pape François.

Il nous faut de la créativité et de l’audace pour rendre compte de notre foi et de notre espérance. Saint Paul passait du temps dans une ville pour découvrir ce que ses contemporains attendaient… Tout d’abord un sens à leur vie, une recherche de bonheur qui ne soit pas un paradis artificiel ? Que de jeunes appartenant à des communautés missionnaires ont l’audace paulinienne ; que ce soit par la musique, par internet, ils arrivent à rencontrer des jeunes qui ont un désir enfoui de rencontrer Celui qui va donner sens à leur vie. N’oublions pas que tout homme est créé à l’image de Dieu et que ce désir d’être comme Dieu est caché dans un repli de son âme. Pour pêcher un beau poisson, il faut des hameçons séduisants. À nous tous d’inventer des hameçons pour attirer les poissons.

Mais on se décourage comme les disciples dont les filets étaient vides ; et le Christ est là pour nous redire « allez au large et jetez les filets ». Le Pape François nous exhorte à être des missionnaires ; il est notre exemple. Il est proche de ce que vivent les fidèles, il sait ce dont ils ont besoin. L’apôtre doit être simple, proche, souriant, compréhensif, prenant les gens là où ils en sont. L’apôtre accompagne sur le chemin de la foi jusqu’à la rencontre avec le Seigneur. Ne cherchons pas à faire du nombre… Un chrétien passionné en appelle un autre et, comme une traînée de poudre, cela mettra le feu au monde. Alors, ne baissons pas les bras,

« Chantez au Seigneur un chant nouveau

Car il a fait des merveilles. »

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame