Homélie du vendredi 1 décembre 2017
publié le 15/02/2018 dans Non classé

Nous achevons l’année liturgique et dimanche prochain, nous ouvrirons ce temps de l’Avent pour préparer nos cœurs à accueillir notre Sauveur. La liturgie de la Parole nous invite au discernement : « Lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche ». Certains voient des signes un peu partout, mais trop de signes devient insignifiants. Ce sont ceux qui essaient de se rassurer, car ils ont peur.

D’autres ne voient aucun signe et ils se sont endormis, oubliant le retour du Fils de l’homme. Des signes, nous en avons : les cataclysmes, les ouragans, les tremblements de terre, les attentats, les guerres, la famine… Mais qui envoie ces signes ? Ne soyons pas trop rapides ! Dieu n’est pas responsable ! Ce sont les hommes, par leurs égoïsmes, qui sont responsables de ces fléaux ! Toutefois, il faut se poser la question de la conversion.

Le Seigneur nous montre les conséquences de nos actes ! Loin de Dieu, nous jouons à l’apprenti-sorcier et nous prenons la place de Celui qui est le Tout Puissant, Créateur du ciel et de la terre. Pour nous chrétiens, ce qui motive le respect de notre terre, c’est que Dieu en est le Créateur et qu’il nous a confié la terre, non pour l’exploiter, mais pour la respecter. Ce que nous vivons aujourd’hui est un appel à plus de respect de la nature !

Nier Dieu comme Créateur, c’est nier le Christ comme Rédempteur. En effet le Christ est venu pour récapituler la création et permettre de nouveau à l’homme de répondre à sa vocation d’être créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. « Nous avons été créés pour être saints, vivre dans l’amour en présence de Dieu. » Par notre vie sacramentelle, nous pouvons répondre à notre vocation. Par la prière, nous pouvons demeurer dans la communion avec le Seigneur. Par la lecture priante de la Parole de Dieu, nous pouvons faire la volonté du Père. C’est ainsi que nous éradiquerons l’orgueil et l’égoïsme, qui sont source de conflits et de destruction de l’humanité.

Ne remettons pas à demain, la conversion ! Le royaume de Dieu est proche ; nous ne savons ni le jour ni l’heure ! C’est pourquoi il nous faut rester éveillés ! Ce sont les incessants délais qui sont un obstacle à la conversion ! Demain, toujours demain ! Mais c’est aujourd’hui que le Seigneur frappe à la porte de nos cœurs !

Que le Seigneur guérisse notre volonté si fragile qui nous empêche de lui dire : je veux vraiment me convertir. Profitez de ce temps de l’Avent qui approche pour renforcer votre volonté et vous mettre ainsi à la suite du Christ.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame