Homélie du vendredi 22 septembre
publié le 03/10/2017 dans Actualité

Jésus, quel révolutionnaire ! Non seulement, ses disciples le suivent, mais il est accompagné de toutes ces femmes dont certaines d’ailleurs furent au pied de la Croix, à la différence de bon nombre de disciples.

Nous sommes, nous aussi, des disciples du Christ et l’apôtre Paul nous rappelle les vertus chrétiennes et le combat spirituel en vue de parvenir à la vie éternelle.

Tout d’abord, il nous faut enseigner la doctrine des Apôtres qui s’appuie sur la Parole de Dieu. Il y a toujours le risque de s’annoncer soi-même pour notre gloire personnelle ou pour notre profit. Le disciple doit vivre de la gratuité de Dieu et ne pas être aveuglé par son orgueil. Il y a des théologiens qui, au nom de la liberté de recherche, arrivent à perturber les fidèles. Le théologien est d’abord un contemplatif et sa théologie est le fruit de sa contemplation.

Une intelligence corrompue, c’est-à-dire tordue, ne peut pas entrer dans le mystère de Dieu. Il faut demander à l’Esprit Saint de rendre droit ce qui est tordu.

L’apôtre ensuite nous exhorte à vivre simplement : « Si nous avons de quoi manger et nous habiller, sachons nous en contenter. » Point n’est besoin d’accumuler des richesses ; mais dans notre monde du profit, on cherche à s’enrichir ; nous le savons bien, l’argent appelle l’argent… Mais on n’a jamais vu un coffre-fort derrière un cercueil !

Oui, l’argent peut nous éloigner de la foi, car il peut supprimer notre liberté spirituelle !

« Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle », nous redit saint Paul.

C’est pourquoi, non seulement il ne faut pas jouer avec la foi, mais il faut la nourrir et comment ? Par la lecture quotidienne de la Parole de Dieu, par la prière, par une vie sacramentelle, par la lecture d’ouvrages de spiritualité, par des conférences ou des cours, que sais-je ?

La foi est de l’ordre du combat parce que le disciple doit affronter les ténèbres ; c’est pourquoi il est signe de contradiction. Il nous faut donc demander au Seigneur la grâce de la fidélité ; il nous faut tenir jusqu’au bout, malgré les tempêtes.

Demandons aussi la grâce de l’abandon ; oui le Seigneur ne peut pas nous abandonner ; il faut lui faire confiance.

« Empare-toi de la vie éternelle » car c’est la récompense ! La vie éternelle, c’est la vision de Dieu.

Comme Paul à la fin de notre vie, nous pourrons alors dire : « J’ai mené le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi. »

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame