Homélie du vendredi 18 aout
publié le 03/10/2017 dans Actualité

Le Christ nous ramène toujours au dessein d’amour de son Père qui se révèle déjà dans la création de l’homme et de la femme. « Ce que Dieu a uni que l’homme ne le sépare pas. » C’est l’occasion pour le Christ de rappeler l’indissolubilité du mariage avec la fidélité qui lui est liée.

Le mariage est-il héroïque ? Pas plus que le sacerdoce ! Ce sont des aventures à la sainteté et c’est normal que l’on traverse des tensions, des combats spirituels ! Donnons-nous les moyens de vivre la fidélité ! Le Seigneur nous les donne par la grâce du sacrement du mariage et de l’ordre ; encore faut-il s’appuyer dessus ! Nous aimons jouer avec le feu… et on se brûle ! Personne ne peut faire le malin ! Notre monde nous fragilise, nous incitant à être infidèles… internet, bien meilleur et bien pire !

« Il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. » Ceux qui vivent le célibat consacré, c’est bien pour être signe du royaume à venir, et non pour être disponibles à la mission. Ce n’est là qu’une conséquence ! C’est dire que le célibat consacré est d’abord un don et non une discipline imposée par l’Église. D’ailleurs l’Église ne l’a jamais imposé ! C’est librement que nous choisissons d’accueillir ce don de Dieu. Et si un jour, un Pape autorise l’ordination d’hommes mariés, cela n’enlèvera pas le sens du célibat consacré, tout simplement parce qu’on ne peut pas supprimer cette Parole du Seigneur !

Ce célibat consacré sera toujours signe de contradiction, car il renvoie à ce monde futur, là où nous sommes tous attendus. Le consacré rappelle ainsi que nous ne sommes que des pèlerins et que notre vraie demeure est celle du Père. C’est pourquoi le consacré vit dans l’intimité de Dieu. Sa prière nourrit sa fidélité et fait croître son désir d’être avec son Seigneur. Le cœur du prêtre est tout donné à son Seigneur ; configuré au Christ prêtre, il se donne au peuple qu’on lui confie. Ce qui ne lui empêche pas d’avoir une vie affective, entouré d’amis fidèles. Cette solitude demandée par le célibat est aussi habitée par le Christ. Elle n’est pas repli sur soi, mais disponibilité à l’écoute et à l’accueil. Le prêtre est proche, comme aime le rappeler le Pape François : « Proximité à Jésus-Christ, dans la prière et dans l’adoration. Proximité aux gens. Aimez votre peuple, soyez proches des gens. C’est ce que je vous demande à vous prêtres, cette double proximité : proximité à Jésus et proximité aux gens. »

Le Christ achève en disant : « Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne. » Alors Seigneur éclaire les intelligences de nos jeunes pour qu’ils puissent s’engager sans crainte dans le mariage ou le sacerdoce, car notre monde a tant besoin de témoins de ta tendresse.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame