Homélie du dimanche des Rameaux
publié le 07/04/2017 dans Non classé

le samedi 8 avril 2017 à 18h30

Le contraste se poursuit ! Cette foule qui criait Hosanna, voilà qu’elle crie désormais « Crucifie-le ».

Nous sommes alors invités à contempler le Crucifié, le serviteur souffrant. Ce n’est pas si évident ! Toute la Semaine Sainte veut nous faire entrer dans ce mystère Pascal.

Avec la Messe chrismale, présidée par Mgr Beau en communion avec notre archevêque, mercredi prochain, où les prêtres renouvelleront leurs promesses sacerdotales, où il consacrera les huiles qui deviendront des sources jaillissantes de vie ; puis ce sera le jeudi Saint où le Christ a institué l’Eucharistie, où sa prière devient sacrement, source jaillissante de vie éternelle ; puis nous irons avec le Christ au Calvaire, non pas pour devenir des crucifiés, mais pour reconnaître le don de sa vie pour chacun d’entre nous et contempler l’eau et le sang qui coulent de son côté ouvert, source jaillissante de vies ; enfin, après une longue journée de silence, nous vivrons la Pâque avec Géraldine, catéchumène de la paroisse Saint André de l’Europe ; nous serons renouvelés en profondeur, envahis par la vie qui ne meurt plus.

Comme vous le voyez, il ne s’agit pas d’être triste, puisque c’est le triomphe de la vie, mais il s’agit plutôt de notre fidélité et de notre confiance en notre Messie crucifié et glorifié.

« Le Seigneur Dieu m’a ouvert l’oreille et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé »

Nous traversons tous des épreuves, plus ou moins lourdes, mais le Seigneur nous demande de tenir. Je sais que le Christ blessé, outragé, est avec moi et qu’il me porte. « Le Seigneur vient à mon secours ».

La meilleure façon de tenir, c’est d’entrer dans l’obéissance de la foi comme le Christ « abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir et à mourir sur une Croix ».

Mais Dieu répond à notre obéissance et c’est pourquoi il nous élève à la gloire de la Résurrection, à la vision de sa face, source de vie éternelle.

Que cette semaine Sainte ravive en nous le désir d’être des disciples du Christ, fidèles jusqu’au bout, avec des visages rayonnant de la gloire qu’il veut nous conférer… Mais, il nous faut aller jusqu’à la vigile Pascale !

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame