Homélie du dimanche 22 octobre 2017
publié le 15/02/2018 dans Non classé

Non seulement le Christ a vu le piège des pharisiens, mais il ne s’est jamais mis en dehors de la législation. Le Christ n’a jamais prêché la révolte fiscale et il se soumet comme un bon citoyen.

Mais comme d’habitude, le Christ en profite pour aller beaucoup plus loin et rappeler ainsi aux pharisiens le cœur de leur foi. En effet quelle effigie portons-nous ?

Nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. L’effigie est bien celle de Dieu. Nous portons le reflet de la gloire de Dieu. Nos visages sont illuminés parce que le visage du Seigneur resplendit sur nos pauvres visages. Non seulement le Christ nous rappelle que nous sommes créés par Dieu pour participer de sa bonté, de sa liberté et de sa vie, mais que nous avons à tout lui rendre pour progresser dans sa ressemblance.

« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » : ma vie, mon être, mon cœur, bref tout ce qui lui appartient.

Comment s’offrir au Seigneur ? Par exemple dans l’Eucharistie, chacun d’entre nous doit entrer dans l’acte d’offrande du Christ ; lorsque le prêtre redit les paroles de la consécration : Ceci est mon corps ; nous devons dire dans nos cœurs cette parole. La messe est le lieu source où je m’offre en me laissant saisir dans l’acte eucharistique du Christ à son Père.

Cet acte d’offrande est source d’humilité, car tout appartient à Dieu. Comme pour Cyrus, il est roi, mais par l’œuvre de Dieu.

« Je t’ai rendu puissant… pour que l’on sache qu’il n’y a rien en dehors de moi. Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autres. » Tous les charismes, les talents, les pouvoirs, les responsabilités nous sont donnés par Dieu. Il nous faut les vivre non pas comme des orgueilleux, des despotes, mais comme des serviteurs. Une autre façon de nous donner au Seigneur !

S’offrir au Seigneur, lui redonner tout suppose une confiance et un abandon. Nous avons du mal à lâcher prise. Nous voulons tout tenir, voulant demeurer maître de nos vies. Attention, il ne s’agit pas de devenir des êtres irresponsables, mais quelle place je donne au Seigneur ? Il faut de temps en temps s’asseoir et discerner : que veut le Seigneur pour moi ? Qu’attend-il de moi ?

 

Nous devons rendre grâce, c’est-à-dire rendre toutes les grâces reçues, non pas pour les perdre, mais pour en recevoir davantage.

Nous devons rendre gloire à Dieu ; certes, Dieu n’a pas besoin de gloire ; s’il nous demande de rendre sa gloire, c’est aussi pour en recevoir davantage.

C’est cette gloire qui nous transfigure et le monde attend des témoins illuminés.

En cette journée missionnaire, il nous faut raviver ce désir de l’annonce de l’Évangile. Comme le rappelle saint Paul aux Thessaloniciens : « notre annonce de l’Évangile n’a pas été chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude. Nous le savons, une foi qui ne s’annonce pas est vouée à mourir » ; entendons la question du Christ : « Quand le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Cette question s’adresse à chacun d’entre nous. Chaque baptisé a comme mission d’annoncer la Bonne Nouvelle. Ce n’est pas très facile aujourd’hui, mais ce fut toujours difficile. Il nous faut prendre notre part de souffrance. L’Église a besoin de missionnaires joyeux dont leur seule fierté est la Croix du Christ, c’est-à-dire l’amour donné.

Notre Cathédrale est un lieu missionnaire : comment aider les visiteurs à devenir des pèlerins ? La présence des chapelains, des bénévoles si disponibles, des fidèles qui prient, la beauté de la liturgie, la beauté des chapelles, oui, toute la Cathédrale, parce qu’elle est habitée par la Présence de Dieu, grâce à nous tous, est un lieu missionnaire. Mais nous pouvons aller plus loin et je compte sur vous tous.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame