Homélie du dimanche 22 juin 2018
publié le 31/05/2018 dans Non classé

Comme le dit le Pape François, on n’a jamais vu de coffre-fort suivre un corbillard ! Alors point n’est besoin de cumuler, mais bien plutôt d’investir dans des actions célestes, des sicav à long terme et des contrats d’assurance-vie éternelle !

Comment se constituer un tel capital ? Comment entretenir notre patrimoine ? Il faut aller à la source, à savoir le cœur qui est le lieu du trésor. C’est là où le Seigneur nous comble sans cesse de son amour. C’est la grâce du baptême, grâce de sainteté ! Cette grâce baptismale grandit par les sacrements de l’Eucharistie, de la confirmation et de la réconciliation. Cette grâce, elle grandit aussi par notre prière, nos cœurs à cœur avec le Seigneur. Cette grâce, elle grandit par la charité.

Voilà les investissements à faire ! Et croyez-moi, ni les mites, ni les vers, ni les voleurs ne mettront la main sur ce patrimoine spirituel.

En revanche, les petits démons vont rôder, car plus vous devenez saint, plus le diable attaque ! Il est jaloux du Bon Dieu. Quand vous vous approchez du Seigneur, quand vous demeurez en lui, vous excitez le diable ! Et finalement, c’est un bon signe. S’il n’y a pas de combat spirituel, cela signifie que nous sommes tièdes !

Il nous faut protéger nos cœurs ; non pas les verrouiller, parce qu’ils sont le lieu de l’amour et du don ; nous aimons de tout notre cœur !

Nous les protégeons grâce à nos yeux intérieurs. Au lieu de voir ce qui n’est pas très beau, regardons les œuvres du Seigneur ; regardons la charité en acte ! Regardons la beauté de la Création, alors vous serez dans la lumière !

Il est vrai que parfois notre regard est mauvais, alors nous sommes dans les ténèbres ! Mais nous sommes des enfants de lumière !

Chassons les ténèbres de nos cœurs, pour retrouver la source de la Présence lumineuse. Le Christ nous exhorte souvent à demeurer en lui, chemin de pureté.

« Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » oui, c’est notre désir de voir Dieu qui n’est que lumière !

Notre monde a besoin de témoins transfigurés ! Laissons transparaître la lumière divine sur nos visages et nos regards deviendront des regards d’amour, des regards qui consolent, qui pardonnent, qui remettent debout, qui reconstruisent.

Oui, des regards qui se préparent au face à face avec le Père, vision éternelle et béatifique.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame