Homélie de la fête de la Sainte Famille
publié le 28/12/2016 dans Non classé

Le vendredi 30 décembre 2016

Ce soir, nous fêtons la Sainte Famille qui, cette année, ne tombe pas un dimanche. Nous sommes toujours dans ce temps de Noël et l’Évangile nous montre une nouvelle fois l’obéissance de foi de saint Joseph. Une paternité offerte au service de la Sainte Famille.

En cette fête, nous confions au Seigneur toutes les familles souvent fragilisées par l’environnement, les idéologies, les contextes économiques, politique. Nos jeunes ont du mal à s’engager, car ils manquent de maturité à cause d’un manque de liberté, c’est pourquoi, il faut soigner le temps de la préparation au mariage ; un temps de discernement, d’approfondissement de la foi, une véritable catéchèse sur le sacrement de mariage. Dans sa dernière encyclique, le Pape a donné tout un programme.

L’Église doit aussi aider les familles chrétiennes. Cela suppose un accompagnement. Ne l’oublions pas, toute famille chrétienne est « une bénédiction pour le monde », pour reprendre une expression de saint Jean-Paul II.

Saint Paul dans sa lettre aux Colossiens donne quelques conseils que chaque famille pourrait partager.

Tout d’abord, la famille est un lieu privilégié de sainteté non pas que supporter son époux ou son épouse y contribue, mais parce que vous répondez ensemble à l‘appel à la sainteté.

Toute la vie du couple devient alors signe de la présence de Dieu.
Par la douceur, la famille dit la douceur de notre Dieu.
Par l’humilité, la famille dit que le Christ est doux et humble de cœur.
Par le pardon, la famille dit combien notre Dieu est riche en miséricorde. Par la beauté de l’amour, la famille rayonnera la beauté de l’amour de Dieu.

L’apôtre ensuite montre à chacun sa place « vous les femmes soyez soumises à votre mari ». Le mot “ soumis ” doit être explique ! Il ne s’agit pas de cette soumission proche de l’esclavage. Pour bien comprendre ce terme, il faut se rappeler que le couple est à l’image des épousailles du Christ et de l’Église. La soumission est l’offrande, le don de l’Église, le lieu de communion au Christ qui est la Tête de l’Église.

« Et vous les hommes, aimez votre femme. » Parfois, les hommes ne se rendent pas toujours compte de cette exhortation. Il s’agit d’aimer vos femmes comme le Christ aime l’Église ; c’est-à-dire se donner sans compter jusqu’à en mourir !

Quant aux enfants, ils doivent obéir et respecter leurs parents et ces derniers doivent leur faire confiance en leur donnant les moyens de devenir des êtres libres. Une autorité qui soit au service de la croissance ; l’apprentissage des vertus et des dons de l’Esprit, un juste équilibre entre intériorité et extériorité, entre personnalité et ouverture à autrui, entre pour soi et pour autrui.

Il me paraît important de redonner des points de repères, qui ne sont que le bon sens, malheureusement perdu en éducation.

Ce soir, rendons grâce pour toutes les familles ; confions au Seigneur toutes celles et tous ceux qui se préparent au mariage.

« Que dans nos cœurs, règne la paix du Christ ».

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame