Homélie de la Fête de l’Epiphanie
publié le 09/01/2017 dans Non classé

le dimanche 8 janvier 2017 à 11h30

« Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage… dans le Christ Jésus, pour l’annonce de l‘Évangile. »

Le Christ n’a rien enlevé de l’élection d’Israël, mais il est venu révéler le Salut à toutes les Nations. Le dessein d’amour du Père s’adresse à tous sans exception, c’est là le sens de la présence des Mages venus d’Orient, offrant l’or, l’encens et la myrrhe à l’Enfant-Dieu.

Mais saint Paul ajoute que le Salut est proposé par l’annonce de l‘Évangile. Une foi qui n’est plus annoncée est vouée à la mort. Ainsi en cette fête de l’Épiphanie, il y a un véritable appel à l’évangélisation. Cette annonce de l’Évangile n’est pas réservée aux missionnaires, mais bien à chacun d’entre nous.

Nous connaissons les résistances qui nous habitent parfois. Nous avons peur du prosélytisme, mais la foi se propose, elle ne s’impose pas. Au nom de ce mot “tolérance”, nous sommes comme paralysés et notre foi demeure dans le domaine du privé. Nous avons l’impression de ne rien savoir, de ne pas avoir les mots pour expliciter notre foi ; mais je vous rappelle que c’est l’Esprit Saint qui agit et non une belle rhétorique. Laissez parler votre cœur et vous toucherez les cœurs rencontrés.

Il y a aussi la pudeur, nous baissons les bras face aux difficultés. En ce jour, nous sommes donc invités à être des étoiles pour guider vers le Christ, ceux que nous rencontrerons.

Alors comment devenir des étoiles ?

Le propre de l’étoile est de briller, non pas pour devenir une star de l’évangélisation, mais pour éclairer le chemin qui conduit au Christ.

« Elle est venue la lumière et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi », vient de nous redire Isaïe. C’est le Christ qui nous illumine ! La lumière laisse transparaître sur nos visages la lumière du Christ. Ne soyons pas des éteignoirs ; n’ayons pas des têtes de poivrons vinaigrés !

L’étoile ensuite accompagne, comme elle l’a fait pour les mages. La foi est une démarche ; cela ne se fait pas en un jour et les chemins sont tellement différents. Dans l’évangélisation, il faut de la patience et accepter d’emprunter des chemins qui nous bousculent… même s’ils conduisent tous au Christ. Il faut du discernement ; prendre les gens là où ils en sont, accueillir leur histoire, faire grandir leur désir d’être avec Dieu et leur proposer l’Évangile.

Certains pensent qu’il faut adapter l’Évangile au monde d’aujourd’hui ; surtout pas ! On ne peut pas supprimer la saveur de la Parole ; c’est le monde qui doit s’adapter à l’Évangile. En revanche, n’allons pas réduire l’Évangile à une morale de l’interdit et des obligations ! Le Christ propose un chemin de liberté : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaitrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » (Jn 8, 31-32)

L’étoile enfin témoigne de la présence. Sommes-nous les témoins transfigurés dont notre monde a tant besoin. Avant même d’annoncer la Parole, il nous faut, par notre vie, poser la question de Dieu. Quel est son secret ? Là encore point besoin de se regarder dans une glace pour savoir si nous brillons, mais n’ayons pas peur de regarder nos vies et de nous poser la question : est-ce que ma vie transpire l’Évangile ?

La charité est un lieu privilégié de l’évangélisation, car elle est de l’ordre de la gratuité ; c’est déjà une annonce implicite qui ne supprime pas l’annonce explicite, tout aussi importante, surtout pour notre monde d’aujourd’hui.

Après avoir offert leurs présents, les Mages regagnèrent leur pays ; Après avoir vu le Seigneur réellement présent en son eucharistie, nous allons reprendre nos chemins ; n’oublions pas de dire notre joie.

« Alors tu verras, tu seras radieuse ton cœur frémira et se dilatera. »

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame