The Rector Archpriest

3I7A2795_Yannick BOSCHATBorn October 11, 1951, Patrick CHAMBERS is ordained a priest of the diocese of Paris in 1980 by cardinal François MARTY. Professor of french, latin and Greek from 1972 to 1975 and the institution of Holy Cross in Neuilly, or after his ordination, he became chaplain.
He was appointed in September 1984 Director of the Seminary of Saint-Sulpice at Issy-les. Professor of theology, he formed laypeople and religious in the cathedral school of Paris.

He was appointed in 1995 Rector of the Basilica of the sacred heart of Montmartre, load, which he left in September 1999, following his appointment as episcopal Vicar for Catholic teaching. He was also appointed superior of the school Saint-Jean de Passy.

In September 2002, he was appointed pastor of the parish of Saint-Honoré of Eylau. (16th arrondissement).

September 1, 2003, he became vicar general of the Diocese of Paris by cardinal Jean-Marie LUSTIGER.

In October 2008, he became parish priest of the parish of St. Francis Xavier (7th District).

Since 2011, he is Dean of the chapter of the Cathedral Notre Dame de Paris, to the Holy see to Unesco for educational issues expert, Professor at the College of Bernardine.

September 1, 2016, he became rector-Archpriest of the Cathedral Notre Dame de Paris.

January 14, 2017, the Holy Father named him Consultor of the Congregation for divine worship and the discipline of the sacraments.

He is the author of close to 30 theological books. The latest publications are «» Lent «and «» Joy of the forgiven sinner: confession »

His latest book, «» Letter to a young person who is thinking about the priesthood', has been published to the word and Silence editions.

Mgr Chauvet donne ses conférences à la cathédrale, les dimanches à 17h :

Ses prochaines conférences sur le thème « Georges Bernanos, Un prophète pour notre temps » :

 

Conférences à venir : 

  • Dimanche 16/09/2018 : Mon âme a soif du Dieu Vivant
  • Dimanche 23/09/2018 : Entrer dans le mystère
  • Dimanche 30/09/2018 : Demeurer dans le mystère
  • Dimanche 07/10/2018 : La réforme liturgique
  • Dimanche 14/10/2018 : Entrer dans l’acte d’offrande du Christ

 

  • Dimanche 02/12/2018 : La conversion de Claudel vue par lui-même
  • Dimanche 09/12/2018 : Partage de Midi
  • Dimanche 16/12/2018 : l’Annonce faite à Marie

 

  • Dimanche 13/01/2019 : Tous appelés à la sainteté
  • Dimanche 20/01/2019 : Le programme de la sainteté : les Béatitudes
  • Dimanche 27/01/2019 : Etre saint en union avec la Trinité
  • Dimanche 03/02/2019 : Etre saint grâce à la réconciliation
  • Dimanche 10/02/2019 : Etre saint grâce au combat spirituel
  • Dimanche 17/02/2019 : Etre saint grâce à l’Esprit Saint

 

  • Dimanche 12/05/2019 : Marie l’Immaculée
  • Dimanche 19/05/2019 : Marie, notre Mère
  • Dimanche 26/05/2019 : Marie Reine

Conférence sur Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus :

Pictures taken at his mass of installation on September 11, 2016 (c) Y. BOSCHAT

3I7A2555_Yannick - BOSCHAT

3I7A2660_Yannick - BOSCHAT

 

See also
Homélie du dimanche 10 juin 2018

    Toute  la  vie  du  Christ  est  un  grand  combat  contre  le  Prince  de  ce  monde.  Mais  qui est  ce  Satan  ?  Certains  disent  qu’il  n’existe  pas  !  Mon  Dieu,  il  suffit  de  regarder  notre monde  pour  voir  qu’il  agit  encore.  La  plus  grande  ruse  de  cet  ange  déchu  est  défaire  croire qu’il  n’existe  pas. La  Parole  de  Dieu,  en  ce  I0ème  dimanche  du  temps  ordinaire,  nous  éclaire  sur  les méthodes  du  prince  de  ce  monde.  Tout  d’abord  le  livre  de  la  Genèse  :  l’auteur  nous montre  que  le  tentateur  n’est  que  menteur.  En  effet  toute  tentation  repose  sur  un mensonge.  Satan  a  fait  croire  à  Adam  et  Ève  qu’ils  peuvent  être  comme  des  dieux  par  leur propre  force,  en  mangeant  du  fruit  défendu.  Dans  le  projet  de  Dieu,  l’homme  a  été  créé  à l’image  de  Dieu  et  donc  appelé  à  devenir  comme  Dieu,  mais  par  pure  grâce.  Ainsi  le  diable est  là  pour  brouiller  les  points  de  repère  ;  nous  le  voyons  aujourd’hui  dans  notre  société, qui  a  perdu  le  bon  sens  !  Les  gens  sont  perdus  et  n’arrivent  plus  à  discerner  le  bien  du  mal.Méfions-nous  des  expressions  :  « tout  le  monde  le  fait »  ;  « il  faut  bien  évoluer »… Notre  critère  de  discernement  n’est  pas  l’opinion  générale,  souvent  peu  éclairée  ;  c’est  la Parole  de  Dieu  et  l’enseignement  du  Magistère  de  l’Église  qui  nous  éclairent. Dans  l’Évangile,  Jésus  montre  comment  l’homme  se  laisse  ligoter.  En  effet,  nous connaissons  la  chaîne  du  péché.  Le  démon  est  un  séducteur  ;  nous  péchons  et  nous  y prenons  goût.  Le  péché  entraîne  un  autre  péché  et  c’est  ainsi  que  nous  perdons  notre liberté.  Dans  notre  vocabulaire,  nous  dirions  il  est  devenu  accro  ou  addict.  Le  péché devient  pulsionnel.  Quand  on  joue  avec  le  feu,  on  se  brûle  !  Mais  le  Christ  d’ajouter  : «  Tout  sera  pardonné  aux  enfants  des  hommes  :  leurs  péchés  et  les  blasphèmes  qu’ils auront proférés.  » Comment  retrouver  notre  liberté  ?  Précisément  en  demandant  régulièrement  le pardon  du  Seigneur.  Ne  l’oublions  pas.  Dieu  ne  se  lasse  pas  de  nous  pardonner  ! Il  y  a  aussi  la  prière  et  le  jeûne  ;  le  Christ  nous  rappelle  que  c’est  ainsi  qu’on  chasse les  démons.  Il  y  a  aussi  les  nuits  de  prière  pour  ne  pas  entrer  en  tentation. Et  il  me  semble  qu’il  faut  avoir  le  courage  de  prendre  une  décision  spirituelle  !  Le combat  spirituel  commence  ici.  Notre  volonté  est  blessée  par  le  péché  :  nous  voulons  nous en  sortir  ;  mais  voulons-nous  vraiment  ?  Tout  est  dans  le  vraiment. Heureusement  saint  Paul  dans  sa  seconde  lettre  aux  Corinthiens  nous  rappelle «  que  l’homme  intérieur  se  renouvelle  de jour  en  jour. C’est  l’Esprit  Saint  avec  ses  sept  dons  qui  fortifie  notre  être  intérieur.  Nous l’oublions  trop  souvent  dans  notre  combat  spirituel. Enfin  le  Christ  nous  donne  en  exemple  sa  mère,  «  celle  qui fait  la  volonté  de  Dieu. Il  s’agit  de  l’orientation  de  notre  être  vers  la  source,  ce  pour  quoi  nous  avons  été  créés. Voilà  l’essence  de  la  liberté.  Si  vous  êtes  enracinés  dans  cette  source,  alors  vous  posez  des actes  qui  vous  feront  grandir  ;  celui  qui  n’est  plus  orienté  vers  la  source,  pose  des  actes, mais  cela  dérape  souvent  au  dernier  moment  !  Comme  le  dit  saint  Paul  :  «  je  ne fais  pas  le bien  que je  veux  et je fais  le  mal  que je  ne  veux  pas.  » Est  libre,  celui  qui  met  ses  pas  dans  ceux  du  Christ  pour  être  à  l’écoute  de  la  Parole et  obéir  au  Père.  Pour  les  hommes,  c’est  un  paradoxe,  pour  le  disciple,  c’est  le  chemin  du bonheur  ;  l’obéissance  à  Dieu  est  le  plus  beau  chemin  de  liberté.

    Light a candle to Our Lady