Homélie du dimanche 24 septembre
publié le 03/10/2017 dans Actualité

Je ressens toujours beaucoup d’émotion en méditant ce passage de la lettre aux Philippiens où saint Paul nous partage son désir d’être totalement avec le Christ.

« Je désire partir pour être avec le Christ… Mais à cause de vous, demeurer en ce monde est encore plus nécessaire. »

Telle est la passion de l’apôtre de Nations : « vivre, c’est le Christ ». C’est là son espérance qui est source de joie.

Attendons-nous ce retour du Christ ? Désirons-nous partager la vie du Christ assis à la droite du Père ? Il ne s’agit pas de se suicider pour aller plus vite auprès du Christ ! Il s’agit de faire croître notre désir d’être avec lui.

Il y a ainsi une tension en nous : être au cœur du monde pour le transformer et être avec le Christ. Nous ne sommes plus du monde, mais au cœur de ce monde. Notre mission n’est-elle pas de poursuivre celle du Christ, à savoir annoncer la Bonne Nouvelle du Salut.

Nous sommes tous appelés à travailler à la vigne du Seigneur. L’Évangile pointe la jalousie des ouvriers. Il nous faut toujours regarder dans l’assiette du voisin ! Mais on devrait se réjouir de voir tel frère égaré se retrouver au cœur de la vigne.

« Les derniers seront premiers et les premiers seront derniers. » Ce n’est pas une exhortation à être dernier, mais bien plutôt à nous rappeler que la grâce distribuée ne vient que de Dieu et qu’il est libre de la distribuer quand il veut !

Comment ne pas se réjouir des saints qui sont comblés de grâces ! Ce denier, n’est-ce pas la grâce de sainteté ? Cette grâce est à la fois un don de Dieu, reçu à notre baptême et le travail à la vigne est l’engagement de ma liberté. La grâce est active, si je participe à son travail ! Les sacrements ne sont pas magiques !

L’Eucharistie ne me comblera pas, si je ne m’offre pas avec le Christ pour être vivante offrande.

La confession ne me comblera pas si je n’entre pas dans ce chemin de conversion !

Le sacrement des malades portera des fruits de paix si j’accepte de m’abandonner un peu plus dans les bras du Seigneur.

 

La grâce ne détruit pas la nature ; elle l’améliore, mais je reste ce que je suis aux yeux du Seigneur.

La coopération à la grâce consiste à ouvrir son cœur et à donner sa liberté au Christ : « Fais de moi ce que tu voudras ; l’essentiel est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé. »

Notre travail à la vigne est divers ; chacun a une mission ; et toute mission est essentielle ; de même dans l’Église, chacun à sa place. Toute pierre est indispensable dans un édifice : évêques, laïcs, prêtres, diacres, bénévoles, salariés… Et pour éviter les jalousies et les rivalités, rappelons-nous que nous sommes tous des serviteurs inutiles et que notre spiritualité est celle de la communion.

« Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver » ; voilà le moteur spirituel de notre vie ! Nous sommes tous des chercheurs de Dieu, mais pour cela, il nous faut vivre de cette grâce de sainteté : « Que le méchant abandonne son chemin, vient de nous redire Isaïe, et l’homme perfide, ses pensées ! »

Notre espérance, c’est que notre Dieu est riche en miséricorde. Si nous sommes des chercheurs de Dieu, n’oubliez pas que Dieu est chercheur des hommes. Il est sur le seuil de la porte comme le père du fils prodigue. Il est vrai que parfois, il joue à cache-cache avec nous, disparaissant dans un repli de l’âme ; à nous alors de le chercher… Il n’est pas loin, mais il ne fait pas de bruit. C’est pourquoi c’est dans le silence, le recueillement que l’on trouve Dieu.

« Il est tout proche de tous ceux qui l’invoquent,

de tous ceux qui l’invoquent en vérité. »

Alors, revenons à la prière d’oraison, de commencement en commencement, en des commencements qui n’auront jamais de fin.

à voir aussi
Le recteur-archiprêtre

Né le 11 octobre 1951, Patrick CHAUVET est ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1980 par le cardinal François MARTY. Professeur de français, latin et grec de 1972 à 1975 à l’institution Sainte-Croix de Neuilly, ou il devient aumônier après son ordination.Il est nommé en septembre 1984 directeur du Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Professeur […]

allumer une bougie à notre-dame